vendredi 26 février 2010

Sorbet chèvre et romarin

Sorbet chèvre et romarin
Versione italiana più giù
Non ce n'est pas une phase "romarinesque" mais il s'agit simplement du sorbet que j'ai servi avec la tarte fine. Glace-gâteau un couple qui s'entend toujours très bien. En bonne italienne j'apprécie les gelati toute l'année si versatils, crémeux, gourmands et légers....
Je souhaitais associer à ce gâteau une glace délicate mais originale. J'ai essayé d'imaginer un sorbet au goût de chèvre frais (plutôt de lait de chèvre) mais équilibré pas trop fromage mais pas trop yaourt non plus, en tentant de trouver les bonnes proportions. Et voilà un sorbet doux avec un arrière goût subtil de lait de chèvre et aux parfums du sud avec le romarin et le citron qui apporte un belle fraîcheur. Je n'ai pas voulu ajouter du miel (très bon avec d'ailleurs) car il aurait un peu couvert la saveur du chèvre que je voulais par contre exalter près de la tarte aux pommes. Mais vous pouvez bien entendu en mettre, le résultat sera plus doux un peu moins dans le domaine du fromage. Pour un goût plus prononcé vous pouvez remplacer le lait par du lait de chèvre ou au contraire adoucir le tout avec du yaourt de vache.

jeudi 25 février 2010

Tarte fine aux pommes vertes et au romarin

Tarte fine aux pommes et romarin
Versione italiana più giù
La tarte fine aux pommes: profondément classique et française. Symbole de goût simple mais avec une grande finesse.
Je me suis replongée dans la pâte feuilletée (cette fois-ci classique), plus peur ;-) mais surtout je l'apprécie beaucoup plus qu'avant (ah le fait maison). En effet dans ce gâteau elle a vraiment sa raison dêtre, entre le croustillant, le moelleux et souple, qui acceuille les fruits.
Pour donner un peu de peps à la tarte, j'ai tout d'abord utilisé des pomme granny (que j'adore) pour leur côté acidulé et juteux puis j'ai ajouté de la crème d'amande (juste un voile de gourmandise) et enfin du romarin. L'association pomme-romarin n'est pas nouvelle, je crois que je l'ai vue la toute première fois il y a plus de dix ans sur la carte d'un restaurant italien près de Rome. Mais je n'avais jamais tenté...heureusement que je l'ai fait: quel équilibre et quel parfum!
Donc voilà finalement cette tarte reste peu sucrée, un peu virile, séduisante. Vous pouvez bien entendu ne pas ajouter de romarin ou le remplacer par du thym ou du thym citron par exemple.
Concernant la pâte feuilletée, cette grande inconnue qui finalment est faisable, vous pouvez aller voir ce billet les conseils de base. Elle peut se préparer à l'avance et chaque étape est vraiment très rapide.

mardi 23 février 2010

Granola à l'huile d'olive

Granola à l'huile d'olive
Versione italiana più giù
Je m'y mets aussi au granola (comme Clea ou Débo par exemple ;-). Le granola, souvent apparenté au müesli, est un mélange de céréales, fruits secs et sucre généralement grillés au four, très consommé par les Américains. Très en vogue (déjà dans les années 60' lors du mouvement hippie) grâce au retour à la nourriture saine, il est surtout délicieux fait maison, pratique, energétique et déclinable à l'infini. Un vide placcard aussi d'ailleurs. En gros vous mélangez les céréales et les fruits que vous aimez et vous les faites griller au four. C'est aussi simple que ça, ça se garde longtemps et plus besoin de courir à la dernière minute dans les magasins pour résoudre le problème petit déjeuner ou goûter.
Je lui ai donné une toute petite touche méditerrannéenne (quoi qu'il y ait aussi des canneberges et du sucre muscovado) avec l'huile d'olive, les abricots et les pistaches. L'huile d'olive, avec le sucre, enrobe en partie les céreales et leur donne plus de goût. 

lundi 22 février 2010

Mais où se sont cachées les huîtres Marennes-Olérons?

Huîtres en gelée d'agrumes
Versione italiana più giù
Les huîtres., un produit frais, vivant, unique, raffiné...on n'aime ou on n'aime pas, pas de demi-mesure! Comme beaucoup d'enfants (et adolescents) je les ai écartées pendant très longtemps, elles m'impressionnaient par leur texture et leur saveur forte. Alors que mon père, très fin gourmet, se régalait d'huîtres toutes fraîches arrivées le jour même en Italie grâce à un ami, pilote d'avion et originaire de Bretagne. Pendant ces dîners, je préférais jouer à cache-cache, c'est sûr.
Et je les ai redécouvertes à vingt ans dans un restaurant parisien et j'ai adoré, toute la finesse, la fraîcheur et le parfum de la mer en une douce bouchée.
Il faut dire qu'en Italie, elles sont moins répandues qu'ici et l'idée de les manger crues ne plait pas à tout le monde. Du coup, j'en profite ici!

vendredi 19 février 2010

Macaron Medélice (Pierre Hermé)

'Macarons

Versione italiana più giù

Je reviens vers mes amours récents et parisiens: les macarons et Pierre Hermé. Cela faisait longtemps que j'avais envie d'associer les noisettes (ou chocolat gianduia) au citron, mariage vu maintes fois chez plusieurs pâtissiers. Et puis j'ai goûté à ces macarons "Medélice" lors de la journée du macaron et suis complètement tombée sous le charme de cette crème au citron sans pareil, ce coeur chocolat-noisettes croustillant... Sans parler du fait que les noisettes sont les fameuses noisettes du Piémont et que Pierre Hermé conseille même l'utilisation du Nutella (si on n'a pas de pâte de noisettes bien sûr) ;-D
Comme souvent, les garnitures de Pierre Hermé sont un équilibre subtil, recherché et réussi. Le macaron n'est plus un simple biscuit mais presque un gâteau, un dessert qui se suffit à lui-même.

Pour les coques j'ai utilisé une recette classique à base de meringue française plus rapide et plus facile que celle à base de meringue italienne. J'ai en plus remplacé les amandes par les noisettes, pour accentuer le contraste frais du citron et plus chaleureux des noisettes. Les macarons étaient réussis du premier coup même si n'ai pas pris toutes les précautions (j'étais pressée, erreur!) puisque je n'ai pas tamisé les noisettes (d'ailleurs ils ne sont pas esthétiquement parfaits ;-).
Concernant les macarons en général, quelques règles sont à suivre: l'utilisation de blancs vieux, travailler à température ambiante sans humidité, bien tamiser, macaronner, avoir un bon four... Mais ce n'est pas impossible, il faut juste un peu de patience.
Par ailleurs je peux vous conseiller deux excellents livres: Macaron de Pierre Hermé (bien sûr) et Solution Macarons de Mercotte.

Enfin si les macarons vous font peur (ou ne vous plaisent pas), vous pouvez tout séparer, en préparant les carrés croustillants qui se dévorent comme des petits chocolats ou la crème au citron, délicieuse!

Avec cette recette je participe au jeu gourmand d'Hervé de "les ateliers d'hys" sur les macarons

Macaron noisette à la crème de citron et coeur praliné noisette feuilleté (pour une trentaine de macarons)

Pour les coques de macarons:
- 100 g de blancs d'oeufs (vieux, séparés des jaunes quelques jours avant)
- 25 g de sucre en poudre
- 1 càc de jus de citron
- 225 g de sucre glace
- 125 g de poudre de noisettes (ou d'amandes)
Pour les carrés pralinés:
- 10 g de noisettes entières
- 10 g de beurre
- 25 g de chocolat au lait (dans l'idéal de couverture à 40% de cacao)
- 35 g de praliné noisette (ou noisettes et amandes)
- 50 g de pâte de noisettes du Piémont (ou du Nutella ;-)
- 45 g de gavottes (ou pailletté feuilletine)
Pour la crème au citron:
- 110 g d'oeufs entiers frais
- 110 g de sucre en poudre
- 4 g de zeste de citron jaune bio ou non traité (un gros citron environ)
- 80 g de jus de citron fraîchement pressé
- 170 g de beurre
- 50 g de poudre d'amandes

1. La veille (ou même plusieurs jours à l'avance), préparer les carrés pralinés.
Faire griller les noisettes dans le four à 170°C pendant 10-15 minutes puis mettre dans une grosse passoire. Ensuite, éliminer les peaux. Les mettre dans un sac en plastique et les écraser avec le rouleau à pâtisserie
Faire fondre le chocolat au bain-marie puis incorporer le praliné noisette haché, la pâte de noisettes et le beurre en morceaux. Mélanger de manière homogène puis ajouter les morceaux de noisettes et les gavottes en miettes. Verser cette pate dans un plat à gratin à 4 mm d'épaisseur puis couvrir au contact de papier film et mettre au congélateur 2 heures. Couper des carrés de 1,5 cm de côté et remettre au congélateur. Ils se gardent plusieurs jours.
2. La veille, préparer la crème au citron. Rincer et sécher les citrons puis prélever les zestes. Les mélanger avec le sucre semoule en frottant avec les mains de manière à ce que le sucre s'imprègne du parfum de citron. Mélanger ce sucre avec le jus de citron et les oeufs dans un récipient puis le mettre au bain marie et cuire jusqu'à 84°C-85°C tout en fouettant (la crème ne doit pas bouillir mais en traçant un trait sur le cuillère celui-ci doit rester net). Faire tiédir (jusqu'à 60°C) puis incorporer le beurre en morceaux. Mixer pendant 5-10 minutes la crème et enfin ajouter la poudre d'amande. Couvrir au contact avec du papier film puis mettre au congélateur 10 minutes et enfin au réfrigérateur jusqu'au lendemain.
3. Préparer les macarons. Sortir tous les ingrédients au moins une heure à l'avance de manière à ce qu'ils soient à température ambiante. Mixer rapidement (par à coup) les noisettes et le sucre glace, puis tamiser. Monter les blancs d'oeufs avec le jus de citron et le sucre semoule jusqu'à ce qu'ils soient fermes (il devra se former une pointe, dite bec d'oiseau, sur le fouet). Puis incorporer délicatement le mélanger noisettes-sucre. Mélanger avec une spatule par mouvement circulaires tout en faisant retomber la pâte. Elle doit être presque fluide (pas liquide ;-) et retomber en faisant un ruban.
Verser la pâte dans une poche à douille n.11 puis dresser des ronds de pâte de 4 cm de diamètre sur une plaque recouverte de papier cuisson en les espaçant de 2 cm. Taper légèrement la plaque sur un linge de manière à aplatir la surface des macarons. Faire croûter au moins une vingtaine de minutes.
Pendant ce temps, préchauffer le four à 160°C. Cuire les macarons pendant 12-15 minutes en ouvrant rapidement une ou deux fois la porte du four à moitié cuisson. Les coques doivent durcir, monter et former la collerette.
Glisser les feuilles avec les macarons hors des plaques et laisser refroidir. Détacher les macarons (à ce stade on peu aussi très bien les surgeler dans une boîte hermétique et les sortir deux heures avant de les garnir)
4. Avec une poche à douille garnir la moitié des coques avec un peu de crème au citron. Poser au centre un carré feuilleté puis recouvrir d'un tout petit peu de crème et fermer les macarons avec les autres coques. Garder les macarons au réfrigérateur 24 heures et les sortir deux heures avant de les déguster.

IMPRIMER LA RECETTE

'Macaron

Versione italiana

Torno alle mie passioni recenti e parigine: i macarons e Pierre Hermé. Già da tempo volevo provare l'abbinamento cioccolato al latte-nocciole-limone, visto da anni da vari pasticceri. E poi durante la "journée du macaron", avevo asssaggiato questi macarons al limone e pralinato, rimanendo totalmente sedotta dalla crema unica (con farina di mandorle) e il cuore cioccolatoso-croccante. Inoltre Pierre Hermé usa le deliziose nocciole del Piemonte e consiglia anche l'uso della Nutella (in mancanza di pasta di nocciole naturalmente). Un legame italico c'era e non potevo non provare ;-)
Trovo che spesso i ripieni dei macarons di Hermé (come qui ad esempio) sono frutto di ricerca, equilibrio sottile e spesso riusciti. E' molto più di un biscotto, quasi una torta sontuosa (anche se piccola) e da mangiare quasi da sola (un po' ricca insomma).

Per la base del biscotto ho usato una ricetta classica francese (quella, diversa, di Hermé la trovate qui) senza meringa italiana, più rapida e facile. Inoltre, anche perché non avevo il colorante giallo, ho usato le nocciole al posto delle mandorle. Un modo per accentuare il contrasto tra la freschezza del limone e il calore della nocciola. Il cuore croccantino è composto da pralinato (un croccante di nocciole tritato a lungo che forma una pasta) e di gavottes, una specie di crêpes sottili e molto croccanti. Se non trovate quest'ultime (cosa mooolto probabile) sostituitele con granella di nocciole, non è la stessa cosa ma rimane un buon surrogato.

Il macaron, un po' capricciosetto, richiede alcuni accorgimenti: usare albumi vecchi, setacciare le mandorle e lo zucchero a velo, lavorare a temperatura ambiente e senza umidità...Comunque niente di impossibile, solo un po' di pazienza.
E se poi vi fanno proprio paura (o non vi piacciono per l'alto tasso zuccherino ;-) potete sempre scorporare tutto, preparando questi quadratini di cioccolato, che si divorano in un attimo o la crema al limone, strepitosa. :-)

Macaron alle nocciole, crema al limone e cuore pralinato (per una trentina di macarons)

Per i macarons:
- 100 g di albumi d'uovo (vecchi, separati dal tuorlo qualche giorno prima e tenuti in frigo)
- 25 g di zucchero
- 1 cucchiaino da caffè di succo di limone
- 225 g di zucchero a velo
- 125 g di farina di nocciole (o di mandorle)
Per i dadi pralinati:
- 10 g di nocciole intere
- 10 g di burro
- 25 g di cioccolato al latte (meglio se di copertura con 40% di cacao)
- 35 g di pralinato alle nocciole (o nocciole e mandorle)
- 50 g di pasta di nocciole del Piemonte (o di Nutella ;-)
- 45 g di crêpes gavottes (ou granella di nocciole)
Per la crema al limone:
- 110 g d'uova fresche intere
- 110 g di zucchero semolato
- 4 g di scorza di limone non trattato (uno grosso circa)
- 80 g di succo fresco di limone
- 170 g di burro
- 50 g di farina di mandorle

1. La vigilia (o anche diversi giorni prima), preparare i quadratini pralinati. Far tostare le nocciole al forno a 170°C per 10-15 minuti poi metterle in un passino e togliere la pellicina. Versare in un sacchetto di plastica e schiacciarle con un mattarello.
Far sciogliere il cioccolato a bagno maria poi incorporare il pralinato tritato, la pasta di nocciole e il burro a pezzi. Mescolare in modo omogeneo. Aggiungere le nocciole e le gavotte sbriciolate. Versare questa pasta su un vassoio o tortiera, stenderla a 4 mm di spessore poir coprirla (a contatto diretto) con la pellicola. Mettere nel congelatore 2 ore poi tagliare a quadratini di 1,5 cm di lato e rimettere nel congelatore. Si conservano diversi giorni.
2. La vigilia, preparare la crema di limone. Pulire ed asciugare il limone poi prelevare le scorze. Strofinarle con le mani nello zucchero. In un recipiente mescolare questo zucchero aromatizzato con il succo di limone e le uova. Cuocere a bagno maria come una crema inglese fino a 8'-85°C (non deve assolutaente bollire ma la crema deve velare il cucchiaio in modo che la traccia del dito sul cucchiaio rimanga netta). Lasciar intiepidire (fino a 60°C) poi incorporare il burro a pezzetti. Frullare per 5-10 minuti poi aggiungere la farina di mandorle. Mescolare e coprire a contatto diretto con la pellicola. Mettere nel congelatore una decina di minuti poi in frigorifero fino all'indomani.
3. Preparare i macarons. Far uscire tutti gli ingredienti almeno un'ora prima in moda che siano a temperatura ambiente. Frullare rapidamente la farina di nocciole e lo zucchero a velo, poi poi settacciare il tutto. Montare gli albumi con il succo di limone e lo zucchero. Il composto deve risultatre sodo e brilllante e formare una punta sul frullino.
Incorporare delicatamente il miscuglio nocciole-zucchero a velo lavorando con movimenti circolari. La crema deve diventare quasi fluida (non liquida), formare un nastro quando ricade, con ancora una certa consistenza. Con un sac à poche liscio (n.11) formare dei macarons di 4 cm di diametro su una placca ricoperta di carta forno avendo cura di distanziarli di 2 cm. Sbattere leggermente la placca su un panno in modo da appiattire la superfice del macaron. Far seccare per almeno mezz'ora a temperatura ambiente.
Nel frattempo scaldare il forno a 160°C. Cuocere i macarons per 12-15 minuti aprendo rapidamente il forno a metà cottura per far fuoriscire l'umidità. Devono indurirsi, alzarsi e si deve formare la base detta collerette.
Una volta cotti, far scivolare i fogli con i macarons fuori dalla placca e lasciar raffreddare. A questo punto si possono benissimo surgelare chiusi in una scatola ermetica.
4. Con un sac à poche versare un po' di crema al limone sulla metà dei biscotti. Poggiare al centro un quadratino pralinato poi mettere una goccia di crema e richiudere i macarons con le metà rimanenti. Conservare in frigo 24 ore e far uscire due ore prima di servire.

STAMPARE LA RICETTA

jeudi 18 février 2010

Tarte douce au chocolat d'après Conticini

Tarte chocolat
Versione italiana più giù
On pourrait écrire un traité sur les tartes au chocolat, les différentes méthodes, les textures infinies. J'ai voulu tester la version Conticini (histoire de bien tester le livre ;-) qu'il a mise au point en 1985 (c'est loin!). Très simple, avec une ganache cuite (un peu comme un flan) et sans beurre. Je suppose que quand il parle de tarte douce il se réfère à la sensation de douceur de la crème mais pas à son goût sucré car en effet c'est le chocolat à l'état pur, linéaire, pour les amateurs (comme nous). Un autre aspect qui m'a plu est l'impression-illusion de légèreté, on ne sent aucune note grasse, juste un chocolat crémeux avec une veste croustillante. Pour la pâte sucrée j'ai opté pour la recette de Pierre Hermé, que j'aime beaucoup, et, tout simplement, car j'en avais sous le coude.
A servir les yeux fermés!

Tarte douce au chocolat (pour 6 personnes)

Pâte sucrée (Hermé)
- 150 g de beurre
- 30 g de poudre d'amandes (ou de noisettes)
- 90 g de sucre glace
- la pulpe d'une demi-gousse de vanille
- 1 oeuf (moyen)
- 2 g de fleur de sel
- 250 g de farine
Ganache chocolat (Conticini)
- 170 g de chocolat noir (dans l'idéal de couverture et à 70% de cacao)
- 30 g de chocolat au lait (dans l'idéal de couverture et à 40% de cacao)
- 150 g de lait demi-écrémé
- 150 g de crème liquide
- 1 oeuf entier (50 g)

1. La veille, préparer la pâte sucrée: travailler le beurre pour le rendre souple et homogène puis ajouter un à un les ingrédients dans l'ordre, jusqu'à former une boule lisse. Couvrir de papier film et laisser reposer au réfrigérateur
2. Le lendemain, étaler la pâte à 5mm d'épaisseur puis la placer dans un moule beurré ou un cercla à tarte beurré en ayant sointde bien faire adhérer la pâte aux parois. Mettre au réfrigérateur au moins une demi-heure.
Préchauffer le four à 170°C et cuire la pâte à blanc, recouverte de papier cuisson et de billes de cuisson (ou légumineuses sèches: pois chiches...) de 15 minutes environ (12-13 minutes s'il s'agit de tartellettes) . Elle doit blondir. Faire refroidir.
3. Préparer la ganache. Mélanger les deux chocolats, les hacher et les mettre dans un récipient. Porter à ébullition le lait et la crème. Verser en deux fois sur les chocolats et tourner pour les faire fondre. Ensuite incorporer l'oeuf et mélanger à nouveau. La ganache sera ainsi semi-liquide. Verser cette ganache dans le fond de pâte cuite ( à quelques millimètres du bord). Cuire à 150°C pendant une vingtaine de minutes (même moins). La crème doit figer mais rester encore tremblotante. Laisser tiédir et déguster tiède.
Tarte chocolat
Versione italiana

Si potrebbe scrivere un trattato sulle crostate al cioccolato, dalle mille techniche e sensazioni. E soprattutto sempre amate. Conticini torna alla ribalta con questa crostata semplicissima che ha ideato nel lontano 1985. La ganache è cotta al forno (un po' come una crema) e senza burro. Cremosa, cioccolatosa allo stato puro (senza impressioni grasse) per gli amanti di questo ingrediente meraviglioso. Lui la chiama tarte douce, non penso si riferisca al quantitativo di zucchero (anche perché non ce n'è e il cioccolato al latte è in grande minoranza), ma penso piuttosto alla consistenza che si scioglie al palato. Moooolto piacevole. Ero tentata dall'aggiungere aromi o spezie poi ho preferito servirla cosi', lineare e decisa. Insomma una ricetta classica che piace sempre!

Crostata al cioccolato (per 6 persone)

Pâte sucrée (Hermé)
- 150 g di burro
- 30 g di farina di mandorle o di nocciole
- 90 g di zucchero a velo
- la polpa di una bacca di vanilla
- 1 uovo (medio)
- 2 g di fior di sale
- 250 g di farina
Ganache al cioccolato (Conticini)
- 170 g di cioccolato fondente (idealmente di copertura e con 70% di cacao)
- 30 g di cioccolato al latte (idealmante di copertura e con 40% di cacao)
- 150 g di latte scremato
- 150 g di panna fresca intera
- 1 uovo (50 g)

1. La vigilia, preparare la pasta sucrée: lavorare il burro per renderlo leggermente cremoso, aggiungere uno ad uno gli altri ingredienti nell'ordine poi lavorare nuovamente fino ad ottenere una palla omogenea. Coprire di pellicola e lasciar riposare in frigo
2. L'indomani, stendere la pasta a 5 mm di spessore. Rivestire uno stampo da crostata o un cerchio da pasticceria imburrato (20 cm diametro circa), avendo cura di far bene aderire la pasta alla pareti. Mettere in frigo almeno mezz'ora.
Scaldare il forno a 170°C. Cuocere la pasta in bianco coperta da carta forno e legumi (o biglie di cottura), per 15 minuti circa (deve imbiodirsi) se si tratta di una crostata unica o 12-13 minuti se sono tartellette (come nel mio caso). Far raffreddare
3. Preparare la ganache. Tritare i due cioccolati. Portare a bollore il latte e la panna poi versare sui due cioccolati in due volte. Mescolare in modo che si sciolgano. Aggiungere l'uovo e mescolare di nuovo per ottenere una crema omogenea e semiliquida. Versarla nel guscio di pasta (lasciando qualche mm di margine) e cuocere in forno a 150°C per una ventina di minuti (anche meno). La crema deve rapprendersi ma rimanere ancora un po' tremolante. Lasciar intiepidire e degustare tiepido.

mercredi 17 février 2010

Salade de poulet in salsa verde

Salade de poulet in salsa verde

Versione italiana più giù

Que faire alors avec la viande qui reste du bouillon des cappelletti (ou du pot au feu)? Voici une sauce toute simple d'origine Piémontaise, la salsa verde (qui signifie tout simplement sauce verte) ou bagnetto verde. Désormais répandue dans tout le nord de l'Italie elle se sert (là aussi à Noël mais toute l'année ça va bien aussi) avec le bollito (littéralement bouilli, l'équivalent italien du pot-au-feu). Et bien entendu, chaque famille a sa version ;-) En général la différence réside dans la présence de l'oeuf dur (ou seulement du jaune) ou pas. Celui-ci permet de donner de l'onctuosité à la sauce. Mais, sans l'oeuf, la salsa verde se garde plus longtemps couverte d'huile d'olive au frais (1 semaine).
Comme le pesto, il s'agit d'une sauce fraîche, crue, prête en quelques minutes et qui s'accomode non seulement avec les viandes (en particulier si elles sont un peu fades) mais aussi bien avec les légumes à la vapeur ou pochés comme les pommes de terres, les courgettes... Son côté végétal, acidulé et prononcé la rend particulièrement agréable et donne du caractère au reste du plat.
Une sauce super pratique à garder sous le coude.

Salade de poulet in salsa verde (pour 4 personnes)

- 500 g de chair de poulet ou de chapon ou de poule bouilli (restes du bouillon)
- 1 bouquet de persil (40 g environ de feuilles)
- 20 g de mie de pain (mieux si de campagne)
- 5 cs de vinaigre de vin
- 1 petite gousse d'ail
- 30 g de câpres (déssalés)
- 20 g de cornichons
- 1 oeuf dur
- 5 filet d'anchois à l'huile d'olive
- 40-50 g d'huile d'olive
- sel et poivre

Tremper la mie de pain dans le vinaigre pendant 5 minutes. Passer au mixeur le pain avec le reste des ingrédients dans l'ordre en terminant par l'huile d'olive. La sauce devra avoir une texture crémeuse. Saler et poivrer. Servir avec la viande (tiède ou froide) coupée en morceaux.

IMPRIMER LA RECETTE

Versione italiana

Giusto una scusa per poter riciclare gli avanzi del brodo dei cappelletti. Ecco, la salsa verde come il pesto è un'altra di quelle invenzioni geniali. Semplice, fresca, rapida e con il suo carattere acidulo e vegetale dà sempre un tono al piatto (anche quello che potrebbe sembrare il più triste ;-).
Ho notato tra le miriadi di versioni (è anche questo il bello della cucina italiana) che alcuni non mettono l'uovo sodo. Qui c'è per la cremosità che dà, ma poi vedete voi. Tra l'altro la mia salsa non è abbastanza verde causa penuria di prezzemolo. La riscoperta dell'acqua...cioè del bagnetto verde ;-)

Insalata di pollo in salsa verde (per 4 persone)

- 500 g de polpa di pollo o cappone o gallina (resti del brodo) o del bollito
- 1 mazzetto di prezzemolo (40 g circa di foglie)
- 20 g di mollica di pane
- 5 cucchiai d'aceto di vino
- 1 spicchio d'aglio piccolo
- 30 g di capperi (dissalati)
- 20 g di cetriolini sotto aceto
- 1 uovo sodo
- 4 filetti d'acciuga sott'olio
- 40-50 g d'olio d'oliva
- sale e pepe

Ammolare il pane nell'aceto per 5 minuti. Poi frullarlo con le foglie di prezzemolo e il resto degli ingredienti. La salsa dovrà risultare cremosa. Salare e pepare. Servire con la carne tagliata a pezzi (tiepida o fredda).

STAMPARE LA RICETTA

lundi 15 février 2010

Cappelletti in brodo

Cappelletti
Versione italiana più giù
Je vous disais l'autre jour que les pâtes peuvent être incroyablement simples mais aujourd'hui...un peu compliquées aussi. Les cappelletti (littéralement petits chapeaux) sont des sorte de ravioli mais avec une autre forme, farcis de viande et de charcuteries, qui se servent généralement avec un bouillon de chapon à Noël et le premier de l'an (je suis un peu en retard ;-). Ils sont d'origine de l'Emile Romagne puis se sont diffusés dans le centre de l'Italie. Un plat somptueux, de fête, qui regorge de bons ingrédients et demande beaucoup de travail (pas difficile techniquement mais long). Puisque c'est un plat traditionnel, de transmission, chaque famille a sa recette, les arômates et proportions secrètes. Et comme toujours ce qui me fascine c'est ces gestes ancestraux, en particulier la fermeture de ces raviolis que des milliers de personnes continuent de répéter chaque année. Je trouve ça magnifique.
J'ai découvert les cappelletti chez la grand-mère de mon mari, un plat traditionnel, un de ses préférés, que sa famille prépare chaque Noël depuis plus de cinquante ans. J'ai été immédiatement conquise par ces pâtes si rassurantes, goûteuses avec un équilibre de textures et de saveurs vraiment incroyable. Il est devenu aussi un de mes plats favoris.

vendredi 12 février 2010

Choux comme un Paris-Brest d'après Conticini pour la Saint-Valentin

Choux Paris-Brest
Choux Paris-Brest
Versione italiana più giù
Inutile de tourner autour, ces choux inspiration Conticini sont tout simplement sublimes.
Je vous ai déjà parlé de son livre Sensations, cher à Débo, Mamina et Mercotte par exemple ;-) et bien, si vous aimez la pâtisserie n'hésitez pas à l'acheter (ou à vous le faire offrir). Il regorge d'idées et surtout d'explications. Des recettes les plus simples aux plus élaborées tout est très pédagogique. Un travail gigantesque. En plus ce que j'aime (comme dans le PH10 ;-) c'est que l'on y trouve les recettes de la pâtisserie (la vraie), celles que vous avez goûtées en vous demandant comment pouvoir reproduire ce délice. Je ne sais pas vous, mais moi j'aime bien avoir la recette de ce que j'ai mangé.
Pour revenir à ces choux farcis comme un Paris-Brest, contrairement au Paris-Brest classique souvent un peu dense-lourdet, ils sont moelleux et donnent une sensation de légèreté et douceur incroyable. Concernant la crème, il n'y pas énormément de beurre mais surtout il y a une bonne dose de praliné (la qualité fera la différence). Moi qui ne raffolais pas de Paris-Brest me voilà conquise. Donc déjà la crème à elle seule vaut le détour (presque à la petite cuillère mais j'exagère).

jeudi 11 février 2010

Smoothie tonique pour l'hiver

Smoothie pomme banane airelles
Versione italiana più giù

Il tente de neiger, l'hiver est encore bien installé et il faut un peu d'énergie. Quoi de mieux qu'un smoothie tonique avec les fruits de saison (sauf les airelles mais j'ai mes faiblesses). Le résultat est très agréable, comme toujours la banane apporte del la texture et de la douceur . Pour le reste c'est très frais et fruité (forcément) presque pétillant. Un bonne façon de commencer ou continuer la journée. Sain et zéro fatigue :-)

mardi 9 février 2010

Spaghetti aux tomates du Vésuve, câpres et origan

Spaghetti aux tomates, câpres et origan
Versione italiana più giù

Mes premiers pas en cuisine ont commencé avec les pâtes ;-), à l'origine pour survivre à mes longues journées d'étudiante. La passion est née peu après et ne me quitte plus depuis. Ce genre de plat est pour moi désormais instinctif, presque intime. Les pâtes peuvent être incroyablement simples, rapides, goûteuses, réconfortantes avec juste de très bonnes matières premières. Avec des ingrédients du placard, elles résolvent bien des repas. Je vous propose des spaghetti ultra classiques pour remercier aussi deux foobloggueuses italiennes qui ont eu la gentilleses de m'offrir des ingrédients superbes comme les tomates du Vésuve, l'origan de Sorrento (Campanie) et les câpres de Pantelleria (Sicile). En particulier, ces petites tomates, qui poussent sur une terre volcanique et sans irrigation, sont un concentré de goût du soleil. Elles ne sont pas très juteuses mais même en conserve vous aurez l'impression de manger des tomates fraîches. Bien entendu en saison vous pouvez utiliser des produits frais, remplacer l'origan par du basilic ... Des parfums intenses du sud (même s'il neige) prêts en 20 minutes.

Spaghetti aux tomates du Vésuve, câpres et origan (pour 2 personnes)

- 200 g de spaghetti (mieux spaghettoni)
- 1 boîte de petites tomates en conserve (idéalement Pomodorini du Vésuve, "Piennolo", produit DOP, Slow Food) 330 g
- 1 cs bombée de câpres sous sel (idéalement de Pantelleria), déssalées dans l'eau au moins ½ h
- 1 càc ou à thé d'origan séché (idéalmeent du sud de Italie aussi ;-)
- 1 gousse d'ail, 1 piment d'oiseau « pili-pili »
- Huile d'olive, sel (fin et gros), sucre (éventuellement)

Dans un faitout mettre à bouillir 2 litre d'eau, puis saler avec du gros sel. Pendant ce temps dans une poêle faire revenir la gousse d'ailo coupé en gors morceau dans 2-3 cs d'huile d'olive. Dès qu'elle colore ajouter l'origan et les tomates. Mélanger puis ajouter les câpres et saler. Cuire à feu moyen une dizaine de minutes (si on utilise les fameux pomodorini, 5 minutes suffisent car ils ne sont pas très juteux). Goûter et si la sauce est un peu acide, ajouter 1 pincée de sucre.
Dès que l'eau bout, ajouter les spaghetti, mélanger avec une fourchette (ou une louche-fourchette spéciale spaghetti). Cuire le temps indiqué, ajouter un peu d'eau de cuisson (2-3 cs) dans la sauce. Puis égoutter et verser les spaghetti (toujours avec un peu d'eau) dans la poêle. Mélanger puis servir sans attendre avec un filet d'huile d'olive.

IMPRIMER LA RECETTE


Versione italiana

I miei primi passi in cucina, le mie sponde più familiari, quasi istintive...torno sulla pasta. Primi esercizi culinari per sopravvivere alla mie lunghe giornate da studentessa. La passione è nata poco dopo e non mi abbandona più.
Lo so' questo piatto per voi è ultra classico, quasi banale, la pasta della dispensa che risolve la cena. Ma volevo cosi' ringraziare Lydia e Giovanna che mi hanno regalato ingredienti semplici ma pieni di profumi del Sud come i pomodorini del Piennolo (Giovanna ne ha scritto un'ode ;-), i capperi di Pantelleria e l'origano di Sorrento. Anche se qui sta' nevicando, posso consolarmi e viaggiare con questi "du' spaghi". Più che altro volevo anche ricordare ai nostri amici d'oltralpe come la pasta puo' essere incredibilmente semplice, gustosa e confortante.

Spaghetti ai pomodorini del Piennolo, capperi ed origano (per due persone)

- 200 g di spaghettoni
- 1 confezione di pomodorini (idealmente del Vesuvio, del "Piennolo") 330 g
- 1 cucchiaio di capperi sotto sale (idealmente di Pantelleria) dissalati nell'acqua
- 1 cucchiaino d'origano secco
- 1 spicchio d'aglio, 1 piccolo peperoncino
- Olio d'oliva, sal (fino e grosso), zucchero (eventuale)

Far bollire dell'acqua in un pentolone e salare (sale grosso). Nel frattempo, in una padella, far rinvenire l'aglio sbucciato e tagliato a pezzi con 2-3 cucchiai d'olio. Appena si colora aggiungere l'origano e i pomodorini. Aggiungere i capperi e salare (se sono del Piennolo cuocere solo 5 minuti a fuoco medio altrimenti una decina decina di minuti). Se il sugo dovesse essere un po' acidulo correggere con un pizzico di zucchero.
Cuocere la pasta, mescolare con un forchettone gli spaghetti. Diluire il sugo con 2-3cucchiai d'acqua di cottura. Scolare poi versare nella padella con il sugo. Mescolare e servire subito con un filo d'olio d'oliva.

lundi 8 février 2010

Bonnes adresses à Paris-Buoni indirizzi a Parigi

Bonnes adresses à Paris : pâtisserie, traiteur, ustensiles...  (cercles et emporte-pièce)
Paris : bonnes adresses

Versione italiana in corsivo

Voilà longtemps que je souhaitais écrire un article sur quelques bonnes adresses culinaires, que beaucoup me réclament. Bien entendu, cette liste est subjective et non exhaustive (d'ailleurs j'ai sûrement oublié quelquechose). Il s'agit d'endroits que j'aime bien et où je vais chercher mes ingrédients (même italiens ;-), mes ustensiles et quelques gourmandises. Naturellement, ceux qui ne m'ont pas plu ne sont pas là. Si vous en connaissez d'autres, je serais ravie de les découvrir.
Je mettrai ce billet à jour au fur à mesure de mes découvertes (j'en ai déjà quelques unes en cours) afin qu'il devienne un point de rencontre entre nous.

Désolée mais aujourd'hui pas de photos (mise à jour: il y en a une ;-). D'une part, je pense rarement à prendre mon appareil puisque en général je reviens toujours hyper chargée avec mes sacs et des fois mon bidon d'huile qui fait glou glou et les gens qui me regardent bizarremment dans le métro. Et puis j'avais pris une photo pour ce billet qui est malheureusement râtée.
(Cliquez sur les noms pour voir le site web).

vendredi 5 février 2010

Crème "chocolathée" à l'agar-agar

Crème chocolathée à l'agar agar
Versione italiana più giù
Il faut dire que je n'ai pas une grande familiarité avec l'agar-agar. C'est grâce au livre de Clea que j'ai découvert sa versatilité. Pas toujours facile à doser, il peut donner des résultats trop fermes, cassants ou, en tous cas, très différents de la gélatine. Mais dans certains cas (comme celui-ci) il fait des petits miracles. J'ai préparé une petite crème au chocolat au lait (en petites quantitées) arômatisée au thé à la bergamote, un mariage très heureux. Elle donne une sensation de légereté en bouche, incroyable (il fallait après le cupcake :-), presque acqueuse, tout en gardant la saveur et le parfum du chocolat. J'étais impressionnée et on m'en redemande. J'ai utilisé du lait entier, plus goûteux et qui naturellement s'entend bien avec le chocolat au lait.

jeudi 4 février 2010

Tiramisù cupcake

Cupcake tiramisù
Versione italiana più giù

Malgré les apparences ces cupcakes sont en réalité très italiens (on ne se refait pas non?) puisqu'ils sont devenus des cousins du vrai tiramisù. D'origine anglosaxonne (fairycake en Angleterre et cupcakes aux Etat-Unis), le cupcake est simplement un petit gâteaux garni que l'on sert souvent lors des fêtes. Je trove rigolote l'origine du nom qui se réfère aux récipients pour mesurer les ingrédients (cup) et pour cuire le gâteau (ramequin, cup aussi). J'aime bien le côté ludique des cupcakes et comme beaucoup de genres (à la mode ou pas ;-) on peut donner libre cours à son imagination.
Pour revenir à mon petit mouton marron et un peu blanc, je dois vous avouer (mais je crois l'avoir dis) que je crains toujours que les cakes sucrés soient un peu secs, du coup je cherche toujours un moyen pour éviter cet effet. Dans ce cas, la ricotta et le caffé (en poudre et liquide) jouent bien leur rôle. Et bien entendu le chapeau est à base de mascarpone et de cacao histoire de donner complètement l'illusion du tiramisù...mais à mordre! C'est un régal, le gâteau est très moelleux (ouf) et la rencontre avec le mascarpone apporte une belle fraîcheur (je n'ai pas dis légèreté). Et puisque Dorian nous a invités à jouer, me voilà avec mon tiramisù qui est allé en vacances aux Etats Unis et est rentré tout déboussolé ;-).



Cupcake comme un tiramisù (pour 6 cupcakes)

- 60 g de sucre
- 60 g de beurre mou
- 80 g de ricotta
- 1 oeuf
- 80 g de farine
- 20 g d'amandes en poudre
- 1 cuill. à thé rase de levure chimique (baking powder)
- 3 cuill. à café de café moulu
- 1 petite tasse de café (6 cuill. à soupe) à l'italienne ;-)
- Sel
- 150 g de mascarpone, 8 cuill. à soupe de sucre glace, cacao

1. Préchauffer le four à 180°C. Dans une jatte, fouetter le beurre avec le sucre jusqu'à l'obtention d'un mélange crémeux. Ajouter la ricotta, puis l'oeuf. Mélanger la farine à la levure, aux amandes, au café en poudre et à une pincée de sel. Verser sur le mélange précédent. Continuer de fouetter et ajouter enfin le café liquide. Vous devez obtenir une pâte homogène.
2. Versez la pâte aux deux tiers dans 6 moules à muffins garnis de caissettes en papier ou beurrés et farinés ou des moules en silicone. Cuire pendant 18 minutes environ (la croûte doit blondir). Contrôler la cuisson avec la pointe d'un couteau ou un cure-dent qui doivent ressortir secs. Laisser refroidir sur une grille.
3. Mélanger le mascarpone au sucre glace. Garnir les cupcakes à l'aide d'une poche à douille lisse. Mettre au frais ou servir de suite. Au moment de servir, saupoudrer de cacao.
IMPRIMER LA RECETTE
Versione italiana

I cupcakes che ormai imperversano in realtà hanno più di un secolo. Trovo l'origine del nome carina visto che si riferisce all'unità di misura degli ingredienti (cup) e al recipiente di cottura (pure lui cup). Per il resto la fantasia è illimitata. Al di là delle apparenze questo qui ha sangue italiano, grazie alla ricotta nell'impasto, al buon caffè e al mascarpone. Come sapete, riguardo ai cake dolci ho sempre paura che siano secchi ( e come dicono da me, poi ci vuole un litro di latte per mandarlo giù ;-) quindi cerco sempre di trovare un modo per evitare quest'effetto collaterale. E qui la ricotta e il caffè hanno fatto il loro dovere. E' piacevolissimo, morbido con la nota fresca del mascarpone. Dà veramente l'illusione del vero tiramisù anche se un po' scombussolato, poveretto.

Cupcake come un tiramisù (per 6 cupcakes)

- 60 g di zucchero
- 60 g di burro morbido
- 80 g di ricotta
- 1 uovo
- 80 g di farina
- 20 g de farina di mandorle
- 1 cucchiaino raso di lievito chimico (baking powder)
- 3 cucchiaini da caffè di caffè macinato
- 1 tazzina di caffè (6 cucchiai)
- sale
- 150 g de mascarpone, 8 cucchiai di zucchero a velo, cacao

1. Scaldare il forno a 180°C. Una una ciotolona montare il burro con lo zucchero fino ad ottenere una crema. Aggiungere la ricotta poi l'uovo. Mescolare la farina al lievito, le mandorle, la polvere di caffè e un pizzico di sale. Aggiungere al precedente impasto. Continuare a montare e versare il caffè (liquido).
2. Quando l'impasto è omogeneo, versarlo ad altezza di due terzi, in uno stampo da muffin imburrati e infarinati o coperto da stampini di carta per muffin oppure in uno stampo di silicone. Cuocere per 18 minuti circa (la crosta deve imbiondirsi). Controllare la cottura con uno stuzzicadenti che deve uscire asciutto. Lasciar raffreddare su una griglia (se l'impasto è stato messo direttamente nello stampo senza la carta lasciar leggermente intiepidire prima di sformare).
3. Mescolare il mascarpone allo zucchero a velo. Con un sac à poche decorare i cupcakes. Mettere in fresco a servire subito. Al momento di servire, spolverare con il cacao.

mardi 2 février 2010

Crêpes façon Robuchon au caramel et beurre salé pour la Chandeleur

Crêpes au caramel et beurre salé

Versione italiana più giù

Depuis le temps que l'on voit des crêpes fleurir, nous voilà enfin le jour de la Chandeleur. Festivité qui n'est pas restée en Italie (du moins au niveau national) et que j'ai découverte ici la première année, invitée à manger des crêpes avec des collègues. Fête ancestrale, symbolique, elle est en plus gourmande. Et voilà que je la fête aussi avec des crêpes au caramel et au beurre salé. Rien de plus classique, infiniment séduisant, me direz-vous. Mais... c'est la crêpe de Joël Robuchon voyons, qui cache dans la pâte un petit grand secret: le beurre noisette. Ce petit bonhomme infiltré donne du goût et un moelleux incomparable, un petite magie! D'accord ce n'est pas les crêpes les plus légères du monde, en même temps c'est la fête non? Et puis arrive la sauce au caramel et beurre salé, brillante et fluide. Contrairement à mes craintes (ça va se solidifier en deux minutes, ça va gicler de partout et je vais me brûler), elle est très facile à faire. De plus elle se conserve bien et peut même faire l'objet d'un cadeau gourmand, à tartiner à l'infini... Je vous conseille de préparer tous les ingrédients en avance afin de pouvoir suivre sereinement la cuisson du caramel. A vos crêpes!

Crêpes façon Robuchon, sauce caramel au beurre salé (pour 6 personnes)

Pour les crêpes (une dizaine):
- 125 g de farine
- 3 g de sel
- 50 g de sucre
- 3 oeufs
- 250 g de lait
- 60 g de beurre
- 1 noix de beurre ou 1 cs d'huile végétale pour la cuisson
Pour la sauce au caramel (un pot):
- 100 g de sucre
- 120 g de crème fleurette
- 20 g de beurre demi-sel
- 2 pincées de fleur de sel (facultatif)

1. Préparer la pâte à crêpes. Mélanger la farine au sel et au sucre puis ajouter les oeufs. Fouetter pour obtenir un appareil homogène. Enfin verser le lait doucement en mélanger pour éviter la formation de grumeaux. Préparer un beurre noisette: faire fondre le beurre dans uen casserole à feu moyen jusqu'à ce qu'il émane une odeur de noisette (les particules de lait se colorent). Mettre immédiatment hors du feu et laisser tiédir. Enfin, l'incorporer à la pâte à crêpe. Faire reposer à température ambiante (pas au frigo) une demi-heure.
2. Préparer la sauce (elle se garde une semaine, bien fermée à température ambiante ou même au frais). Dans une casserole faire fondre le sucre (à sec) jusqu'à ce qu'il devienne d'une belle couleur brun clair. Ne pas toucher ni remuer. Il faudra environ 3-4 minutes. Ensuite, ajouter la crème en faisant attention aux éventuels giclements, bien mélanger. Hors du feu, ajouter le beurre et mélanger à nouveau. Saupoudrer de fleur de sel
3. Cuire les crêpes. Beurrer ou huiler une poêle. Une fois qu'elle est bien chaude verser une louche de pâte. Cuire des deux côtés, qui deviendront dorés. Poser dans une assiette couverte de papier absorbant. Procéder de même avec le reste de pâte.
Etaler la sauce au caramel sur chaque crêpe. La rouler et servir encore avec de la sauce (de préférence tiède).

IMPRIMER LA RECETTE

Caramel au beurre salé

Versione italiana

Oggi in Francia è la Chandeleur (candelora) festa antichissima pagana poi religiosa, che si ricorda ancora mangiando le crêpes (almeno qui magari nelle campagne e in Italia è diverso). Non ti pareva, un'altra scusa per tuffarsi nella golosità. Tra l'altro pare ci sia tutto un rituale scaramantico per cui bisognerebbe far saltare la crespella con la mano destra tenendo nella sinistra una moneta d'oro per garantirsi prosperità per tutto l'anno. Vi risparmio l'altro rituale che consiste nel conservare la prima crespella in un armadio per garantirsi un buon raccolto (!?!). In realtà, ho scoperto questa festa a Parigi e, all'inizio, quando i miei nuovi colleghi mi dicevano oggi è la Chandeleur dobbiamo andare a mangiare delle crêpes, rimanevo tutta perplessa, perché quest'obbligo? ;-). Quindi per contaminazione, eccomi a festeggiare con voi con una classicissima crespella francese per antonomasia: al caramello salato. Già vedo, sento, Lydia e Giovanna, stregate dal caramello, quindi, preventivamente gli offro tutto il barattolo cosi' non se ne parla più ;-D.

In realtà queste crêpes non sono qualunque ma quelle del grande Joël Robuchon che è riuscito a nobilitare anche il purè per dire (certo a suon di burro ma questa è un'altra storia). L'impasto nasconde un piccolo grande segreto: il burro nocciola (come nei financiers)...che dà un sapore e una morbidezza incredibile! Certo non saranno le crespelle più light del mondo, anzi, ma che piacere! E per coronare il tutto (è una festa no?) ecco che arriva la salsa bruna, fluida, dolce con la puntina salata che riequilibria il caramello. Tra l'altro, contrariamente alla mie paranoie caramellose, tipo adesso schizzerà tutto per la cucina, farà grumoni solidissimi, mi brucero', è facilissima da preparare e si conserva una settimana. Vi consiglio comunque di preparare tutti gli ingredienti in anticipo cosi' potrete seguire con serenità la cottura del caramello. E' l'ora della merenda!

Crêpes metodo Robuchon, salsa al caramello e burro salato (per 6 persone)

Per le crespelle (una decina):
- 125 g di farina
- 3 g di sale
- 50 g di zucchero
- 3 uova
- 250 g di latte
- 60 g di burro
- 1 noce di burro o olio di semi per la cottura
Per la salsa al caramello salato (un barattolino):
- 100 g di zucchero
- 120 g di panna fresca intera
- 20 g di burro demi-sel (salato)
- 2 pizzichi di fior di sale (facoltativo)

1. Preparare l'impasto delle crespelle. Mescolare la farina al sale e allo zucchero poi aggiungere le uova. Montare con una fusta affinché la crema diventi omogenea. Versare il latte a filo, sempre mescolando per evitare la formazioni di grumi. Preparare il burro nocciola: farlo scioglere su fuoco medio-lento finché le particelle di latte si scuriscano (si deve sentire un odore di nocciola appunto). Togliere subito dal fuoco per fermare la cottura e lasciar intiepidire. Infine incorporare il burro all'impasto delle crespelle. Far riposare a temperatura ambiente (non nel frigo) per una mezz'ora.
2. Preparare la salsa (si conserva bene una settimana a temperatura ambiente chiusa in un barattolo o anche al fresco). In In un pentolino far sciogliere a secco (senz'acqua) lo zucchero. Non toccarlo né muoverlo (per evitare grumi) e aspettare che diventi bruno chiaro. Ci vorrano circa 3-4 minuti. Dopo, aggiungere la panna stando attenti agli eventuali schizzi. Mescolare bene. Fuori dal fuoco aggiungere il burro e mescolare nuovamente. Cospargere di fior di sale.
3. Cuocere le crespelle. Imburrare o oliare una padella. Una volta calda versarvi un mestolino di pastella. Cuocere da entrambi i lati (che saranno dorati) e poggiarle su un piatto coperto da carta assorbente. Procedere fino ad esaurimento della pastella.
Spalmare la salsa su ogni crespella poi arrotolarla. Servire con altra salsa (meglio se tiepida).

STAMPARE LA RICETTA

Ricette dolci all'olio d'oliva-Recettes sucrées à l'huile d'olive

Versione italiana in corsivo

Il y a quelques jours, Carole du beau blog, très créatif ,"Alter Gusto", prise elle aussi par le charme de l'huile d'olive et du jeu L'or dans l'assiette nous a contactées, Mariluna et moi. Elle nous a proposé de faire partie du jury de son nouveau jeu, avec Mamina et Erborina. L'idée très gourmande est de proposer des recettes uniquement sucrées à base d'huile d'olive toujours de manière transversale entre la blogosphère française et italienne. Pour les règles c'est chez Carole. Vous avez le temps jusqu'au 15 mars.
Je me réjouis d'avance de vos propositions! 

lundi 1 février 2010

La quiche du frigo...italien

Quiche italienne
Versione italiana più giù
Un plat du lundi conséquence directe de l'ouverture du frigo où dorment les restes des agapes du week end. Je venais de découvrir une bonne épicerie italienne qui m'évitait de faire des kilomètres et dans mon enthousiasme j'ai pris un peu tout ce qu'ils avaient d'italien (pas énormément de choix mais la qualité est très bonne). A savoir le speck, ce jambon fumé et très arômatique que j'adore (dont je vous ai parlé ici), le pecorino romano, une sorte de parmesan mais avec du lait de brebis et du provolone piccante. Ce dernier est un fromage de lait de vache, à la base doux peu affiné avec un léger goût piquant qui se sert beaucoup en antipasti avec la charcuterie et s'utilise souvent en cuisine, fondu (un délice). Des traces de différentes régions italiennes :-) (Tyrol du Sud, le Latium et la Campanie, au moins à l'origine).