jeudi 30 juin 2011

Confiture de tomates vertes Green Zebra- Marmellata di pomodori verdi

Green zebra tomatoes jam
Versione italiana più giù

Je cherche depuis longtemps des tomates vertes, surtout la green zebra (qui a des rayures ;-) une variété ancienne. Quand je les ai vues j'ai sauté de joie...même si je n'avais aucune idée sur comment les utiliser.
Elle sont assez fermes, avec un goût légèrement acidulé, agréable et très végétal.
Rentré chez moi, je me suis souvenue d'une confiture de tomates proposée dans un numéro du magazine italien La cucina italiana servie sur une tartine de pain avec une crème de morue. Très intrigant. Vu qu'il me manquait tout le reste des ingrédients, j'ai commencé par la confiture, en modifiant un peu la recette. C'est très bon, pas trop sucré, on sent bien le goût des tomates et je trouve qu'elle est idéale avec des plats salés, notamment avec le fromage.
D'ailleurs la prochaine fois, vous saurez comment je l'ai utilisée.

Confiture de tomates vertes (pour 2 petits pots)

- 400 g de tomates vertes (anciennes, green zebra)
- 180 g de sucre de canne
- 1 cs d'huile d'olive, fleur de sel

Laver puis enlever le pédoncule des tomates. Les couper en petits dés. Dans une casserole à fond épais faire revenir l'huile, ajouter les tomates et les sucre puis faire cuire pendant 20-30 minutes à feu moyen. Le tout doit devenir dense, un peu sirupeux (en versant une goutte de confiture sur une assiette elle ne doit pas couler). Eteindre, ajouter une pincée de fleur de sel. On peut aussi mixer le tout. Verser al confiture dans des pots stérilisés (au four 10 minutes à 130°C), renverser pour faire le vide et laisser refroidir. Garder au réfrigérateur.
P.S. A la place du sel vous pouvez ajouter avant cuisson ½ gousse de vanille bien pulpeuse


Confiture de tomates vertes

Versione italiana

I pomodori verdi sono stati un oggetto del desiderio per un po' di tempo, soprattutto quelli zebrati. Quando li ho visto ho fatto i salti di gioia anche se non avevo idea di come usarli.
Sono sodi, delicati leggermente aciduli e molto vegetali (per forza ;-)
Mi sono poi ricordata di una marmellata proposta nel numero di settembre di un anno fa' da La cucina italiana. Era servita su un crostino con una crema di baccalà. Molto intrigante, solo che mi mancavano tuti gli altri ingredienti. Ho quindi cominciato con la marmellata, un po' modificata :-)
Molto buona, non troppo dolce, il sapore del pomodoro si sente bene. Trovo sia ideale sul pane ma anche con piatti salati con il formaggio. La prossima volta vi racconto dove l'ho infilata.

Marmellata di pomodori verdi (per 2 piccoli vasetti)

- 400 g di pomodori verdi (varietà green zebra)
- 180 g di zucchero di canna
- 1 cucchiaio d'olio d'oliva, fior di sale

Lavare i pomodori e togliere il picciolo poi tagliarli a dadini. In una pentola con fondo spesso far leggermente soffriggere l'olio poi aggiungere i pomodori e lo zucchero. Cuocere 20-30 minuti a fuco medio finché non diventano tutto un po' denso e sciropposo (versando un cucchiaino di marmellata su un piattino non deve colare). Spegnere e aggiungere un pizzico di sale. Volendo si puo' frullare. Versare la marmellata in vasetti sterilizzati (al forno 10 minuti a 130°C) poi rovesciarli e farli raffreddare. Conservare in frigorifero.
P.S. Al posto del sale, potete aggiungere prima della cottura mezzo baccello di vaniglia ben polposa.

mardi 28 juin 2011

Granita, sorbetto e gelato al limone pour un été italien (et des conseils pour des glaces maison sans sorbetière)

Granita al limone e Limoncello
Versione italiana più giù

L'été en Italie. La chaleur du jour et le vent tiède du soir. Assis à table tout est calme presque immobile....on a besoin de fraîcheur et de peps. Et voilà qu'arrive le festival du citron froid sous forme de granité, sorbet ou glace. Absolument incontournable, c'est le symbole par excellence de la fin du repas italien.
Je reçois beaucoup de messages adorables de votre part. Vous me demandez souvent des recettes très très classiques, que je n'aurais jamais pensé publier en me disant que vous la connaissez sûrement. Mais je me rends compte de plus en plus grâce à vous que rien n'est vraiment acquis ou plutôt, en cuisine, il peut y avoir mille nuances.
Je dédie ce post à tous les amoureux de l'Italie et de ses plaisir simples. En particulier à un lecteur assidu de Chine, Angelo, qui m'avait questionné sur le sorbet au citron italien.
Je vous propose donc la fameuse trilogie avec quelques conseils pour une glace à la maison sans sorbetière.
Pour moi tout ceci est presque sentimental tant je me revois en Italie quand je les déguste.
Il y a tout d'abord la granita al limone, elle vous aidera toujours à faire face à l'été torride, à clôturer un repas en légèreté et à digérer ;-) Je me souviens la première fois que je l'ai préparée. J'étais à Stromboli, un île au large de la Sicile, en vacances avec des amis. Nous avions repéré des citrons magnifiques et géants dans le jardin. Avec trois fois rien nous avons préparé des kilo di granita (en grattant et grattant) qui nous a accompagné pendant tout le séjour.


lundi 27 juin 2011

Mon carnet de recettes de Gwyneth Paltrow, Calissons et autres lectures gourmandes- Ultime letture golose

Versione italiana in corsivo

Je raffole de livres de cuisine mais ça vous le savez. Ils cachent souvent (quand ils sont réussis) tout un monde de joie et de gourmandise. Des livres qui font du bien. En plus, il y a quelque chose de rêveur, des projets culinaires pour l'avenir. D'accord ce ne sont que des recettes mais pour moi c'est un petit bonheur tout simple.
Dernièrement, je manque de temps pour réaliser tout ce que j'amerais, je vous raconterai aussi pourquoi dans pas longtemps ;-) Alors je lis et je note.
Voici mes dernières lectures gourmandes. Quand j'aurai testé je vous tiendrai au courant.

Soupe tiède de lentilles, orge, épeautre et moules- Zuppa tiepida mare e monti

Lentils and cereals soup with mussels
Versione italiana più giù

Les soupes de légumineuses sont un de ces plats profondément ancrés dans la tradition italienne. A l'origine paysannes et pauvres (les protéines du pauvres ;-), elles ont été ensuite adoptées par tous et encore aujourd'hui pour moi elles sont synonyme de famille, di casa (maison).
Les variantes sont infinies (je vous en ai proposées aux haricots frais, aux pois chiches...) selon les régions et les saisons.... mais elles sont toujours là.
Suite à mes petits tours dans les épiceries italiennes (vous avez toutes les bonnes adresses dans ce billet), grâce à Pascale, j'ai découvert RAP (15, rue Rodier, Paris 9ème). Une vraie épicerie (toute nouvelle) aux parfums d'Italie avec surtout beaucoup de produits du placard de qualité : vous y trouverez du très bon riz carnaroli (aussi la marque Aquerello, affiné 7 ans), des pâtes artisanales, de la bottarga, de la colatura d'alici... J'y ai déniché des paquet de céréales et légumineuses sèches bio fabriquées en Toscane absolument excellent.

vendredi 24 juin 2011

Nuggets de poulet aux corn flakes, tandoori et moutarde Amora

Chicken nuggets corn flakes
Versione italiana più giù

Petites bouchées anglo-saxonnes qui rappellent un peu les fast food mais qui, à part peut-être les corn flakes, nous sont familières. Au fond, ce sont des dés de poulet frits, que l'on mange d'ailleurs beaucoup en Italie....mais sans la moutarde et le tandoori (de chez Roellinger, épicerie que je vous recommande), ma petite touche indienne :-)
C'est un plat que l'on trouve très couramment aux Etats-Unis mais que j'ai eu envie de préparer après avoir goûté la délicieuse version épicée de Minouchka :-). J'ai juste fais quelques petites modifications. C'est vraiment un plat extra : rapide, goûteux et les cornflakes apportent un croustillant incroyable. Et puis il y a la moutarde qui donne un beau moelleux et du peps.

mercredi 22 juin 2011

Butterscotch and chocolate pudding (pots de crème au caramel et chocolat)

Butterscotch and chocolate pudding

Versione italiana più giù

Un petit pot très gourmand (mais frais...du moins en température) pour ces jours pluvieux.
Désormais le caramel est mon copain et l'idée d'en faire des petites crèmes douces me trotinait depuis que j'ai vu le pudding de David Lebovitz. J'aime beaucoup son blog, en anglais, très connu d'ailleurs, de très bons conseils et surtout un joli ton, plein d'humour.
Je ne sais pourquoi mais je voulais absolument utiliser du chocolat, il fallait donc modifier la recette, enlever l'amidon, décider la quantité de chocolat. Enfin, ce dessert m'a fait réfléchir (ça m'arrive hein ;-).
Je pense que je n'ai pas besoin d'insister sur son goût délicieux, une crème onctueuse assez légère (que du lait) et surtout avec cette petite touche discrète de caramel...
Pas besoin de four, il suffit d'une casserole et d'un quart d'heure de temps :-)

mardi 21 juin 2011

Bruxelles et le superbe Salon du blog culinaire belge

Restaurant à Bruxelles

Versione italiana più giù

Avant de partager avec vous mes belles émotions lors du Salon du blog culinaire de Bruxelles, je souhaitais remercier vivement Chef Damien, toute l'équipe de 750g, Philou et Apolina pour leur chaleur et l'organisation impeccable. Vous nous avez chouchoutés !
Cette fois, le cadre était différent du Salon de Soissons. Toutes les démos se sont déroulées...dans un musée. Plus précisément au Parc du Cinquantenaire, musée Autoworld. Non, non nous n'avons pas cuisiné dans les voitures mais à l'entrée du musée avec un super équipement.
Nous étions moins nombreux qu'à Soissons, tous dans une grande salle avec cet enthousiasme palpitant de toujours, la curiosité, l'envie de rire, de partager, de découvrir et de goûter. Une atmosphère très belle et intense, presque familiale.

lundi 20 juin 2011

Salade de melon, cerises et mozzarella affumicata

Melon, cherries and smoked mozzarella
Versione italiana più giù

De retour d'un magnifique week-end à Bruxelles avec des bloggueurs ( je vous en reparlerai), bien fatiguée mais avec le sourire aux lèvres et plein de beaux souvenirs dans le tête.
Le gris nous accompagne toujours (c'est la vie hein ;-) et moi qui regarde la météo à Rome avec du soleil, du soleil et encore du soleil :-)
Encore une recette facile, pas préméditée, zero casse-tête mais avec une association de saveurs que j'ai adoré.

Il y a quelques temps, j'ai profité d'une journée de libre pour aller découvrir des nouvelles épiceries italiennes à Paris (vous avez la liste mise à jour ICI). En particulier je suis allée à l'épicerie-restaurant Simone e Nicola (92, rue de la roquette, 75011), que je vous recommande. Un décor très sud, de bons produits et un accueil charmant. Ce que j'aime dans ces cas, c'est me mettre à papoter avec les proprétaires, en italien bien sûr. Il se créé une sorte de complicité gourmande et nous pouvons parler de produits ou de recettes pendant des heures. Cela me ramène un peu en Italie, je me plonge dans les parfums des épiceries de ma vie là-bas...
Je suis ressortie avec deux gros sacs et en particulier avec la mozzarella de bufflonne fumée (sur la paille). C'est toujours une mozzarella fraîche mais sa petite robe beige donne un léger goût fumé absolument addictif. L'avantage, je trouve, par rapport à la mozzarella classique (on devient exigeant quand on a goûté à celle tiède à peine sortie di caseificio), c'est qu'elle se conserve un peu mieux. L'idéal serait de ne pas la mettre au frigo mais la garder dans son eau (pas de contact avec l'air) à température ambiante.

Vu que j'avais un très beau melon et des cerises délicieuses j'ai tenté l'association. Les fruits bien sûr apportent de l'eau, de la fraicheur mais aussi une certaine douceur qui se marie bien avec le côté fumé. Le melon fond, la cerise craque et la menthe donne un petit peps surprenant. C'est la salade joyeuse de l'été !

Salade de melon, cerises et mozzarella fumée (pour 3-4 personnes)

- 1 melon (Cantaloup) mûr et parfumé
- 20 cerises (bigarreaux)
- 300 g de mozzarella de buflonne fumée
- quelques feuilles de menthe
- fleur de sel, poivre noir, huile d'olive

Eplucher, vider puis couper en petits dés le melon. Dénoyauter les cerises, les mélanger au melon et les accompagner avec la mozzarella en tranches. Assaisonner avec un peu d'huile d'olive, de la fleur de sel et du poivre. Servir avec des feuilles de menthe.


Beloved cherries...

Versione italiana

Questa qui non è stata premeditata (si vede ;-), è solo uscita fuori così dopo aver fotografato le ciliegie. Mi è venuta l'acquolina (capita troppo spesso), ho cominciato a divagare, aprire il frigo....ed ecco l'insalata colorata dell'estate!

Qualche tempo fa', approfittando di una giornata libera, sono andata in missione per scoprire delle nuove épiceries italiane. Le chiamo così e non alimentari visti i prezzi ;-). Tra l'altro ho aggiornato la lista QUI, sul post buoni indirizzi a Parigi. Quel che mi piace in questi casi, a parte il profumo dei salumi che mi tuffa in Italia, è mettermi a chiaccherare con il proprietario, si crea una specie di complicità golosa e tutti esaltati cominiciamo a parlare di prodotti per ore. La mozzarella di bufala affumicata l'ho trovata da Simone e Nicola (92, rue de la roquette, molto in voga ultimamente) e sono ormai dipendente ;-). Trovo anche che si conserva meglio rispetto a quella classica.
Il matrimonio con il melone fondente e dolce, la ciliegia soda e il piccolo gusta affumicato è stupendo. La menta da un piccolo tocco tonico. Il tipo d'insalata molto fruttosa che potrei mangiare a chili.

Insalata di melone, ciliegie e mozzarella affumicata (per 3-4 persone)

- 1 melone (francesino) maturo e profumato
- 20 ciliegie
- 300 g di mozzarella di bufala affumicata
- qualche foglia di menta
- fior di sale, pepe nero, olio d'oliva

Sbucciare, svuotare poi tagliare a dadi il melone. Snocciolare le ciliegie, mescolarele al melone e accompagnare con fette di mozzarella affumicata. Condire con un filo d'olio d'oliva, sale e pepe. Servire con qualche foglia di menta.

vendredi 17 juin 2011

Mangia e bevi à la fraise et à la menthe- Zuppa molto fragolosa

Strawberry and mint soup
Versione italiana più giù

Avant de partir pour le Salon du blog culinaire belge (d'ailleurs si vous y êtes, je serai ravie de vous rencontrer) je voulais juste vous laisser une belle idée avec les fraises. Le jus, la fraise et la menthe pour rougir de plaisir !
Cette belle idée qui prend 5 minutes je l'ai pêchée dans un petit livre dont je vous ai déjà parlé La fraise, 10 façons de la préparer, d'Olivier Etcheverria aux éditions de l'Epure.
Avec le gratin de fraises aux amandes que je vous conseille vivement, c'est une des recettes (réadaptée) à base de fraises, que j'ai le plus faite ces dernières années.

En italien on appelle ce genre de dessert avec du jus et des fruits entiers un mangia e bevi (mange et bois :-) Mot moins à la mode dernièrement mais que je trouve très expressif.
Vous pouvez aussi mélanger des fruits rouges, remplacer la menthe avec du basilic (en plus petites quantités)...tout le monde aimera.
Très bon week-end !

Soupe de fraises à la fraise et à la menthe (pour 4 personnes)

- 400g de fraises bien parfumées (Mara des bois ou même fraises des bois)
- 70 g de sucre glace
- 20 feuilles de menthe fraîche (selon les goûts)
- quelques gouttes de jus de citron jaune

Rincer très rapidement les fraises puis retirer le pédoncule. Mixer 250 g de fraises avec le sucre, le citron et la menthe. Servir frais avec le reste de fraises coupées en deux.


Versione italiana

Non chiamatela ricetta ma una bellissima e semplicissima (diciamo anche stupida ma bisognava pensarci) idea tutto fragolosa. Il succo, i frutti e la menta.
Di solito qui a Parigi piango un po' quando assaggio verdure e frutta insipide (la maggioranza) ma con le fragole non mi posso lamentare. La stagione comincia ad aprile e finisce ad...ottobre :-) Ce ne sono di tante varietà, profumatissime e irresistibili (tranne per il portafoglio ma è un lussetto ancora possibile). Le mie preferite sono le mara des bois, un incrocio con le fragoline di bosco che mi tengono compagnia fino all'inizio dell'autunno. Sono anche tra le preferite dei pasticcieri.

Per tornare al desserino magico, si tratta di una zuppetta con fragole intere e menta. Forse più un mangia e bevi (oddio quanto mi suona antica questa parola ;-) delizioso. L'idea, poi personalizzata, l'ho pescata in un libricino francese molto carino sulle fragole. Insieme al gratin di fragole alle mandorle, che vi consiglio assolutamente, è una delle ricette fragolose che ho fatto di più.
Potete anche mischiare le fragole con i lamponi, sostituire le menta con il basilico (in minor quantità), piacerà sempre.
Buon fine settimana rosso e profumato!

Zuppa di fragole alle fragole e menta (per 4 persone)

- 400g di fragole molto profumate (anche di bosco)
- 70 g di zucchero a velo
- 20 foglie di menta fresca (a seconda dei gusti)
- qualche goccia di succo di limone

Sciacquare molto rapidamente le fragole poi togliere il picciolo. Frullare 250g di fragole con lo zucchero, il limone e la menta. Servire freddo con il resto delle fragole tagliate in due.

jeudi 16 juin 2011

Frozen yogurt à l'huile d'olive et souvenir d'une soirée avec Alba Pezone et Carapelli

Olive oil frozen yoghurt
Versione italiana più giù

J'aime beaucoup le yaourt, sa légèreté, sa fraîcheur, le fait de pouvoir presque tout faire avec. En Italie, il y a trente ans il n'y avait pas vraiment le culte du yaourt, c'était un produit un peu de niche. Puis est arrivée l'ère des régimes et désormais il y a l'embarras du choix. Pas seulement des très grandes marques mais aussi de petites productions (absolument délicieuses) surtout du Trentino Alto Adige (le nord ;-)
Je me souviens que ma mère, arrivée en Italie, en bonne française ne pouvait imaginer sa journée sans yaourt. Elle allait donc à sa recherche et quand elle en trouvait du bon elle en achetait en grandes quantités. Mon père, en bon italien, ne dissimulait pas sa perplexité, ne comprenait pas cet engouement pour ce produit blanc et délicat, sans grand intérêt à ses yeux....Ironie du sort, aujourd'hui c'est lui qui en achète et en mange des tonnes :-))
Mais revenons à la recette. Le yaourt glaçé je l'ai découvert il y a presque 20 ans (ouh ça fait peur tout ça) au Canada et j'ai été tout de suite séduite. C'est si soyeux avec son petit arrière-goût acidulé et léger.
Dans cette version, inspirée par une recette pêchée dans Thuriès, élaborée par le Chef pâtissier Fabrice Lecleir du restaurant Le V à Paris, elle cache en son coeur l'or de la Méditerranée : l'huile d'olive. J'ai juste modifié les proportions.
L'huile d'olive est la touche qui change tout, ce goût chaud et végétal que l'on sent qu'en dernier. Pas particulièrement sucré, il est idéal comme pré-dessert ou avec le fromage.

mercredi 15 juin 2011

News du soir : Yummy n°3 et petite interview


Versione italiana più giù

Juste quelques petites nouvelles du soir.
Le magazine Yummy est en ligne avec sa robe d'été. Vous y trouverez ma rubrique pâtisserie très très fruitée et bien sûr d'autres recettes les unes les plus colorées et goûteuses que les autres. Et même une rencontre avec Gontran Cherrier !
Un avant goût de vacances qui fait du bien

Vous pouvez le feuilleter ICI et le télécharger ICI

Par ailleurs, Babali couleur Kémia, un blog particulier, plein de soleil et de souvenirs, m'a invitée à répondre à quelques questions sur les recettes de mon enfance. Vous pouvez lire l'interview ICI

Je le remercie vivement au passage pour sa présentation si chaleureuse

A demain...avec une recette très légère


Versione italiana


Giusto qualche notiziola sul fronte francese e non.

La rivista on-line Yummy, alla quale partecipo nel "reparto" pasticceria, è on line con i colori e la freschezza dell'estate. Trovete a p. 32-33 un mio dolce molto fruttoso :-)
Potete sfogliarlo qui

Babali couleur Kemia, un blog particolare con ricette piene di ricordi e di storia, mi ha chiesto di rispondere a qualche domande sulle ricette legate ai miei ricordi d'infanzia. Potete leggere l'intervista (in francese I know) QUI.

Infine un'informazione molto più seria e importante. La Fondazione Umberto Veronesi insieme allo Chef Marco Bianchi ci presentano i magnifici 20. Il giro d'Italia con 20 ricette buone e sane legate al territorio per sostenere la ricerca contro il cancro ed educare a mangiar bene.
Se vi va' di partecipare con una ricetta o anche solo divulgare la notizia, date un'occhiata QUI.

A presto con una ricetta leggera!

lundi 13 juin 2011

Cake au caviar d'aubergines et comté- Cake al caviale di melanzane e comté

Cake au caviar d'aubergines et comté
Versione italiana più giù

Comme promis voici une recette d'été (heu elle va très bien aussi pour ces jours de pluie et de ciel gris à Paris) que j'ai eu envie de préparer au retour de mon voyage au pays du comté.
L'idée de base est un cake et puis je n'ai pu m'empêcher d'y mettre quelques touches personnelles très méditerranéennes avec un intru de la Bretagne (les algues, tout simplment parce qu'elles me contemplent depuis des mois ;-).
Comme chaque mois de juin (allez savoir pourquoi) j'ai rendez-vous avec le caviar d'aubergine qui devient un must de l'été : d'abord aux poivres et mozzarella, puis à la pomme verte et aujourd'hui aux tomates.

dimanche 12 juin 2011

Petit voyage en images au pays du fromage comté

Jura (France)
Versione italiana in corsivo

Juste un petit coucou du dimanche. Je vous laisse avec quelques images d'un joli voyage dans le Jura que j'ai eu la chance de faire, en qualité de jury du Challenge Comté. Avec la collective du Comté, les gagnants, certains parrains, nous avons fait une petite escapade pour découvrir où et comment se fabrique le comté, du lait au fromage. Si vous êtes curieux quant à la fabrication vous pouvez lire les billets de Pascale, Mercotte (1 et 2) et de Papilles, très complets.
Nous avons rencontré des gens spéciaux, avec une passion sans limites, des amoureux de leur métier, de leur terroir, des gestes ancestraux qu'ils répètent depuis des siècles pour avoir le meilleur. Nous avons senti l'odeur du lait, du fromage, nous avons dégusté des morceaux délicieux...je ne verrai plus le comté de la même façon. D'ailleurs si je peux vous donner un conseil pratique, prenez du comté d'été (il est plus parfumé) et si possible achetez-le chez le fromager. C'est autre chose :-)
Les paysages là-bas sont magnifiques, du vert à l'infini et la nature à l'état pur. On envie presque les superbes vaches montbéliardes qui broutent (6 mois par ans) en pleine liberté de l'herbe et des fleurs. Voilà. La prochaine fois, une recette d'été avec ce fromage :-)
Je vous souhaite un excellent dimanche ensoleillé !

Les vaches et le lait (France)

jeudi 9 juin 2011

Granité exotique au champagne

Granita allo champagne e frutta esotica

Versione italiana più giù

Des fois il fait bon de constater qu'en 5 minutes (plus attente), on peut préparer un petit truc délicieux, tout chic, comme ce granité.
Je sais, juin est ma saison des glaces, ça va passer :-) Mais celle-ci est un peu spéciale puisqu'elle contient du Champagne et surtout peut se servir comme pré-dessert ou en apéritif, car peu sucrée. La présence de l'alcool, comme dans ce sorbet aux poires et porto, empèchera que votre granité devienne un bloc unique indestructible.
Sur le même principe vous pouvez utiliser d'autres fruits acidulés, même si j'ai un faible pour la touche fruit de la passion.

mercredi 8 juin 2011

Courgettes farcies aux oignons et gorgonzola- Zucchine con cipolle di Montoro e gorgonzola

Stuffed zucchini with onions and gorgonzola
Versione italiana più giù

Même un oignon, simple et gentil, peut avoir belle allure. Une robe blanche et pourpre, un parfum présent et une belle douceur en bouche. Non non je ne suis pas en train de délirer (presque ;-) je parle juste d'un oignon particulier de la Campanie qui jouit du label européen IGP (Indication Géographique Protégée) : la cipolla ramata di Montoro. Il pousse dans les montagnes, une zone volcanique pas loin d'Amalfi et est cultivé encore selon des méthodes traditionnelles.
Ses caractéristiques? Un manteau doré, une robe mauve (on pourrait presque penser à un oignon rouge) et une chemise de nuit blanche. Un parfum piquant, un bonne tenue en cuisson mais surtout un goût délicat. Je suis sous le charme.
Je l'ai découvert il n'y a pas longtemps grâce à une amie. Oui parce que les amis ça offre aussi des oignons ;-) Je pense que seulement des toqués de cuisine peuvent comprendre.

Bon, tout ça pour expliquer la recette d'aujourd'hui. Je ne prétends pas que vous trouviez cet oignon chez l'épicier du coin (quoique, je suis souvent surprise par les ressources de mes lecteurs ;-) mais au moins utilisez un bon oignon doux et si vous faites un tour en Campanie, goûtez-y.
Les petits farcis, comme en Provence, sont très très italiens, on aime remplir le ventre des légumes :-) Ici j'ai voulu garder le côté croquant et aqueux de la courgette mais aussi le côté chaleureux de l'oignon avec le fromage. Le plat peut sembler costaux mais pas du tout, il est très végétal et la note de menthe (délicieuse avec le gorgonzola, une autre découverte) annonce l'été.
A faire et à refaire (quand j'aurais un nouveau four :-)

P.S. Vous aimez mon bouquet de menthe (plus bas) tout décoiffé? On dirait qu'il vient de se réveiller.

Courgettes farcies aux oignons et gorgonzola (pour 4 personnes)

- 4 courgettes moyennes bien fermes
- 3 tranches de pain sans la croûte (60 g environ)
- 1 gros oignons doux ou 2 moyens (j'ai utilisé celui de Montoro)
- 80 g de gorgonzola
- huile d'olive, grana ou parmesan, sel, poivre, persil, menthe fraîche

1. Préchauffer le four à 180°C. Couper les courgettes en deux dans le sens de la longueur et creuser la chair. Mettre de côté.
2. Faire revenir dans une poêle 4 cs d'huile d'olive, puis ajouter l'oignon ciselé et cuire pendant 10 minutes en ajoutant 2-3 cs d'eau. Ajouter la chair de courgette, le mie de pain émiettée, une dizaine de feuilles de persil et 2 cs de grana. Saler, poivrer et laisser cuire encore 5 minutes. Enfin, ajouter 50 g de gorgonzola en dés et 4-5 feuilles de menthe ciselée. Farcir les demi-courgettes avec cette farce, verser un filet d'huile d'olive puis faire gratiner au four une dizaine de minutes. Servir avec le reste de gorgonzola posé sur le courgettes chaudes.


Special onion...
Versione italiana

Sì perché anche le cipolle possono essere speciali. Bistratte, poverette, sempre in secondo piano, anche loro a volte vogliono farsi belle...come le cipolle ramate di Montoro. Non so' se le conoscete, sono cipolle IGP tipiche della Campania che crescono nella zona tra Avellino e Salerno. Hanno un cappotto violaceo e una camicia bianca. Ma soprattutto sono dolci, profumate e delicate (un complimento per una cipolla :-).
Le ho scoperte poco tempo fa', regalate dall'amica Lydia sempre generosissima. Sì lo so' gli amici (non i mariti eh) possono anche regalare delle cipolle ad una pazzetta come me sempre a caccia di cosine buone, ricche o povere.
Tutto questo per spiegare perché ho dato un pancione morbido e dolce di cipolle e gorgonzola alle zucchine. Ho mantenuto la freschezza e l'acquosità delle zucchine ancora croccanti e soprattutto aggiunto (per provare) un tocco di menta, delizioso con il gorgonzola.
Da fare e rifare (quando avrò un forno nuovo :-).

P.S. Vi piace il mio bouquet di menta spettinato?

Zucchine ripiene di cipolla di Montoro e gorgonzola (per 4 persone)

- 4 zuchine medie ben sode
- 3 fette di pane solo con la mollica, senza la crosta (60 g circa)
- 1 grossa cipolla di Montoro o due medie, dolci
- 80 g di gorgonzola
- olio d'oliva, grana, sale, pepe, prezzemolo e menta fresca

Scaldare il forno a 180°C. Tagliare le zucchine in due nel senso del lungo e scavare la polpa. Metterla da parte.
Far soffriggere la cipolla a fettine in 4 cucchiai d'olio. Cuocere per una decina di minuti con 2-3 cucchiai d'acqua. Aggiungere la polpa di zucchine, il pane sbriciolato, una decina di foglie di prezzemolo e 2 cucchiai di grana. Salare, pepare e cuocere per ancora 5 minuti. Aggiungere 50 g di gorgonzola a dadi 4-5 foglie di menta fresca. Farcire le mezze zucchine con il ripieno, versare un filino d'olio e far gratinare in forno per una decina di minuti. Servire con l resto di gorgonzola poggiato sulle zucchine calde.


Fresh mint!

lundi 6 juin 2011

Sorbet abricot, sablés au thé matcha- Sorbetto alle albicocche, sablés al tè matcha

Apricot sorbet and matcha shortbreads
Versione italiana più giù

La pluie est revenue après le temps magnifique, un vrai cadeau de la nature de ces dernières semaines.
J'ai trouvé récemment des abricots délicieux (bergerons) et j'avais envie de sorbet, le fruit presque pur, lisse et froid. C'est vrai que les abricots sont un peu capricieux, une saison minuscule et pas toujours au top, mais là il fallait en profiter.
Pour un dessert plus riche, j'ai préparé des sablés diamants au thé matcha...qui marquent ma réconciliation avec ce thé vert en poudre, précieux et utilisé pour la cérémonie du thé ou en cuisine japonaise. On en trouve dans des épiceries fines ou sur le net.

vendredi 3 juin 2011

Food photography- Photo culinaire : conseils livres, sites...

Le temps des cerises...
Versione italiana più giù

Aujourd'hui pas de recette mais un article pour les passionnés de photo... culinaire.
Depuis plus d'un an, certains d'entre vous m'écrivent souvent pour me demander des conseils photographiques. Cela me fait toujours plaisir même si autodidacte moi-même j'ai encore mille choses à apprendre.
Le virus photo m'a pris à l'ouverture du blog et ne me quitte plus depuis. Je pense que c'est né par gourmandise et par amour de la lumière :-)
Comme vous, je suis souvent à la recherche de conseils, d'inspiration et dernièrement je suis en train d'approfondir le thème. Je voulais partager avec vous des bonnes sources sur la photo culinaire mais aussi sur la photo en général (au fond la technique est la même).

La photo culinaire est maintenant à la mode mais elle reste une photo de niche. Cela peut-être explique pourquoi très peu de livres ou de magazine sont publiés (du moins en France) sur ce sujet. Ce qui aussi normal, les gens préfèrent regarder des photos de voyages, des portraits de personnes, d'enfants...enfin le rêve et l'humain plutôt qu'un rôti ;-)) Mais nous, nous sommes gourmands et même une verrine peut nous transmettre plein d'émotions non?

Avant de vous donner la liste, je souhaitais fixer quelques points à garder en mémoire. Ils m'ont aidé même quand je n'y comprenais rien ;-)
1. Tous les grands photographes vous diront toujours que ce n'est pas l'appareil qui fait la bonne photo mais vous. Bien sûr il faut une qualité minimum. Si vous aimez la photo en général, je vous conseille un appareil reflex tout simplement car, contrairement aux compacts et aux bridges, il vous donnera plus de liberté pour jouer avec la lumière etc... Ceci dit, c'est votre regard, votre travail qui fera le reste. Conclusion, pas besoin de se ruiner en équipement ;-)

2. Concernant les objectifs, chacun a son rôle. Vu que la photo culinaire se prend en général dans un petit espace et les objets sont immobiles, je vous conseille une focale moyenne ou longue (de 50 à 100 mm) et si possible fixe (elles sont de meilleure qualité). Les zooms sont pratiques surtout quand on fait du reportage.

3. Enfin, les nouveaux appareils ont 1000 options et fonctions, c'est très bien mais la plupart du temps vous n'en aurez pas besoin (bonne nouvelle non?) Il y a juste 5 paramètres importants (depuis toujours même avant le numérique): longueur focale (longueur de l'objectif), la balance des blancs (blanc de repère pour la photo), l'ouverture de l'objectif (le f, plus il est ouvert plus la lumière rentre), le temps d'exposition et l'ISO (sensibilité du capteur à la lumière).
Si vous n'avez rien compris jusqu'ici pas de problèmes, ces livres et ces sites expliquent tout ;-)

4. Dernier conseil, plus fatiguant: s'entraîner. La photo est une discipline très pratique (comme la cuisine), ce n'est qu'en pratiquant, en observant les autres, en se trompant aussi, qu'on fini par y arriver. Un cours ou un livre ne font pas le travail à notre place mais il nous mettent sur la bonne voie. Vous trouverez peu à peu votre style et au fond c'est le plus important non?

LIVRES


Plate to Pixel (en anglais) pour moi un must have. Ce livre est écrit par Hélène Dujardin, auteure du superbe (et très célèbre) blog Tartelette et excellente photographe. Je la suis depuis le début du blog et j'aime beaucoup son évolution. Ses photos ont toujours été magnifiques, mais là je trouve qu'elle a vraiment trouvé son style, sa personnalité, elles sont très vraies et expressives.
C'est simple, j'aime tout dans ce livre.
Déjà le feuilleter est un plaisir des yeux et puis il est très très bien conçu. Il y a toute une partie technique illustrée avec les photos, des conseils sur l'usage de la lumière naturelle, artificielle, des conseils de stylisme.
Même si c'est en anglais, le langage est simple, très accéssible. Hélène nous accompagne dans ce parcours avec des conseils très précieux, comme une amie patiente qui nous explique tout de A à Z. J'aime beaucoup son ton. Ne vous en privez pas !


Photo Culinaire de Philippe Barret. Philippe Barret est un photogaphe culinaire depuis plus de 20 ans. Ce livre a été conçu pour les professionnel (mais il est très accéssible). Bien structuré, clair avec beaucoup d'illustrations, il nous explique l'importance de la lumière, de la couleur mais surtout traite les différents types de photo culinaire : commerciale (les photo sur les produits), grand public et reportage. Enfin, il nous livre des conseils sur la mise en place et le stylisme.
Certains aspects de la photo culinaire en particulier commerciale ont été une vraie découverte pour moi. On se rend compte de l'immense travail qu'il y a derrière chaque photo même toute simple. J'ai aimé les illustrations, les explications sur le style à choisir, l'envers du décor...
Vu que c'est un livre pour pro, l'équipement en lumières et la phase retouchent est plus complexe de ce qu'on peut avoir à la maison. Mais je trouve que, dans tous les domaines, il est important de voir ce que font les professionnels, ils nous poussent à aller plus loin et pourquoi pas, devenir professionnels à notre tour.

EN LIGNE : blogs, sites, magazines

Culinographie. Le nouveau blog-site de trois photographes-bloggueuses talenteuses, le seul en français que je connaisse. Un très beau projet, une belle équipe et surtout un espace très très prometteur. Allez déjà voir les premiers articles, bien expliqués et avec un ton adorable.

Foodografia. C'est le blog (en italien et en anglais) d'un grand photogaphe culinaire Alessandro Guerani. Ses photos sont superbes, presque des tableaux, il a une maîtrise de la lumière et de la composition qui me laisse toujours bouche bée.
Il a rédigé des articles (tutorials) sur la photo: règles de bases, la balance des blancs, comment prendre des photos culinaires à la maison avec du matériel basique, les lumières, les réflecteurs....
J'y ai trouvé d'excellents conseils avec un ton sympathique, que j'applique encore aujourd'hui.

G2Kitchen (en italien et en anglais). Vous avez peut-être remarqué qu'à chaque numéro Silvia Luppi photographe professionnelle nous donne des conseils, illustrés et très bien expliqués. J'adore ses articles. Vous pouvez lire :
- numéro 1 (p.42-43) : base et mise en place et utilisation lumière naturelle
- numéro 2 (p. 24-27) comment faire un reportage
- numéro 3 (p. 82-83) comment utiliser la lumière artificielle
- numéro 4 (p. 98-99) comment choisir le fond plus adapté au type de photo

Enfin (en anglais), j'aime bien aussi les bons conseils de:
- Matt du blog Wrightfood.
- Heidi Swanson du blog 101cookbooks

Bien sûr il y a beaucoup d'autres sources (surtout en anglais), je vous ai donné celles que j'aime et connais bien. Mais si vous avez d'autres conseils ou des tuyaux, n'hésitez pas !

Versione italiana

Da un bel po' di tempo, diverse persone mi chiedono consigli sulle foto. Mi fa piacerissimo anche se, essendo autodidatta anch'io ho ancora mille cose da imparare.
La fotografia culinaria è un virus che mi ha attaccato con il blog (chi l'avrebbe mai detto) ed è diventata una passione profonda. Forse perché sono golosa e innamorata della luce :-)
Come molti di voi sono sempre alla ricerca di consigli, d'ispirazione e visto che ultimamente sto un po' approfondendo l'argomento, volevo condividere la mie scoperte di libri e siti con voi.

Immagino che in Italia sia lo stesso: la foto culinaria rimane un settore di nicchia anche se di moda. In fondo si capisce. La maggior parte della gente è molto più interessata a foto dei posti, delle persone che a un arrosto. Insomma l'umano è più attraente. Ma qui siamo dei golosoni, anche una cremina puo' farci sognare ;-)

Prima di darvi la lista di fonti interessanti, volevo giusto fissare 3-4 punti fermi da tenere a mente. Mi sono serviti anche quando non ci capivo niente ;-)

1. Tutti i grandi fotografi vi diranno, e hanno ragione, che non è l'apparecchio, il mezzo, che fa la buona foto ma voi. Certo ci vuole un minimo. Se vi piace la foto in generale vi consiglio di prendere una reflex, perché a differenza delle compatte o delle bridge, beh avete una libertà incredibile di giocare con la luce ecc...
Ciò detto è il vostro sguardo, il vostro lavoro, che farà il resto. Conclusione: non vi dovete rovinare in attrezzatura (buona notizia no?)

2. Per quanto riguarda gli obiettivi, ognuno ha il suo ruolo e anche qui è soggettivo. Visto che la foto di food si fa' di solito da vicino in uno spazio ristretto (non è un tramonto ;-) vi consiglio una focale media o lunga (dai 50mm ai 100 mm). Usate focali fisse, sono di migliore qualità. Lo zoom è pratico soprattutto quando si è in giro.

3. I nuovi apparecchi hanno spesso 1000 funzioni, perfetto, ma la maggior parte del tempo non ne avrete bisogno. Ci sono giusto 4 parametri importanti, sempre: lunghezza focale (lunghezza obiettivo), il bilanciamento del bianco (bianco di riferimento), l'apertura dell'obiettivo (il famoso f, più è grande più entra luce e viceversa), i tempi d'esposizione e l'ISO (sensibilità dell'apparecchio alla luce)
Se non avete capito niente fin qui, niente paura, le fonti che vi dò spiegano tutto e molto meglio di me ;-)

4. Infine, ultima cosa, un po' più faticosa: allenarsi. La fotografia (come la cucina) è una disciplina pratica. E' provando mille volte, osservando le foto preferite (degli altri) e sbagliando che s'impara. Un corso o un libro non possono fare il lavoro al posto nostro pero' ci indirizzano. A poco a poco ognuno trova il suo stile, cio' che lo fa' sentire al proprio agio.

LIBRI


Plate to Pixel (in inglese) per me da avere assolutamente. Il libro è scritto da Hélène Dujardin, famosa e bravissima foodblogger (Tartelette) nonché fotografa. La seguo dall'inizio, ha sempre fatto foto magnifiche ma trovo che adesso ha veramente trovato il suo stile, c'è personalità, espressività, sono affascinanti.
E' molto semplice: mi piace tutto in questo libro.
Già sfogliarlo è un piacere immenso per gli occhi e poi è concepito benissimo. C'è la parte tecnica, consigli sull'uso della luce, naturale o artificiale, lo stilismo...
Anche se in inglese il linguaggio è semplice e accessible. Hélène ci accompagna con calma con consigli preziosissimi e un tono da amica. Non perdetevelo!


Photo Culinaire di Philippe Barret (in francese). Forse il primo libro francese professionale sull'argomento. Philippe Barret è un fotografo di food da più di 20 anni. Il libro è stato scritto per un pubblico professionale ma è molto accessibile (tranne per le macchine fotografiche usate ;-).
Ben illustrato spiega come usare la luce, i colori ma sopratutto tratta i diversi tipi di foto di food: commerciale (le etichette, i cataloghi), libri e i reportage.
L'ho trovato illuminante, si scopre quando lavoro ci puo' essere dietro una foto anche semplicissima. Poi mi è piaciuto sbirciare dietro le quinte. Unica cosa, visto il tipo di pubblico a chi è destinato, spesso fa' riferimento ad attrezzatura fotografica o procedure di ritocco molto evolute, non da foto da blog insomma :-)
Ma, come i tutti i campi, è sempre bello vedere cosa fanno i professionisti, ci spingono ad andare oltre.

DAL WEB: blogs, siti, riviste

Foodografia. Il blog, che conoscete sicuramente, di un grande fotografo: Alessandro Guerani. Le sue foto sono magnifiche, spesso dei quadri, ma soprattutto rimango sempre ammirata davanti alla padronanza della luce, la composizione. E' molto pensato.
Ha scritto vari tutorial sulla fotografia: regole di base, il bilanciamento dei bianchi, comme fare foto di food a casa con quasi niente... Il tono è spesso molto simpatico e i consigli ottimi, mi sono serviti.
Inoltre dà anche dei corsi di fotografia a Milano da Kitchen (tutte le informazioni sono qui)

G2Kitchen. Lo sapete sicuramente: in ogni numero la bravissima fotografa (e blogger) Silvia Luppi ci dà dei consigli semplici e efficaci. Adoro i suoi articoli. Potete leggere:
N. 1 (p.42-43) base per fotografare con luce naturale di casa
N. 2 (p. 24_27) come fare un reportage
N. 3 (p. 82-83) come usare la luce artificiale
N. 4 (p.98-99) come scegliere lo sfondo più adatto al tipo di foto

Articolo di Tartelette (la stessa del libro ;-) tradotto in italiano da Simona del blog Lo spazio di Staximo (grazie Virginia per avermelo ricordato): ottimo spunto per cominciare

Culinographie (in francese). Il nuovo blog-sito di tre bravissime blogger sul tema della foto di food. Un bel progetto e un contenuto molto promettente. Tutto è spiegato chiaramente e con un tono adorabile.

Infine (in inglese), mi piacciono molto anche gli articoli di
- Matt del blog Wrightfood.
- Heidi Swanson del blog 101cookbooks

Certo ci sono sicuramente tantissime altre fonti (soprattutto in inglese), vi ho dato quelle che mi piacciono e che conosco meglio. Ma se avete altri consigli sono benvenuti ovviamente.

mercredi 1 juin 2011

Filet mignon en croûte d'herbes et noix de cajou- Maiale con crosticina alle erbe

Roasted pork with sage and cashews
Versione italiana più giù

Le genre de viande que j'adore : simple, avec une robe croustillante et parfumée qui ne demande qu'un effort mini mini. Vous avez dû d'ailleurs remarquer que je vous propose souvent des viandes au four avec une delicieuse petite croûte (comme ici et ici). J'en fais très souvent surtout quand j'ai des invités, un plat zero risques.
J'ai ajouté des noix de cajou qui donnent plus de croustillant histoire de les faire sortir de leur rôle d'apéritif :-).

En Italie on mange beaucoup de viande de porc sous toutes ses formes (surtout rôtie ou grillée). Elle est considérée moins noble que celle bovine (on ne vous en servira pas lors d'un mariage par exemple ;-)). Et puis il y a les herbes aromatiques qui ne peuvent jamais manquer. Notamment la sauge qui est l'amie des viandes (et des ravioli ;-)
J'avais élaboré cette recette pour le magazine G2Kitchen du printemps, sur le thème des herbes. Vous pouvez le feuilleter ici (en italien).

Filet mignon de porc en croûte de sauge, persil et noix de cajou (pour 4 personnes)

- 1 filet mignon de porc (500 g environ)
- 100 g de mie de pain (mieux si complet)
- 50 g de noix de cajou ou d'arachides non salées (si possible)
- 15-20 feuilles de sauge fraîche et 15 feuilles de persil plat
- ½ gousse d'ail, huile d'olive, sel et poivre

Préchauffer le four à 200°C. Emietter avec les doigts la mie de pain et verser 3 cs d'huile d'olive. Mixer avec les herbes, les noix de cajou et l'ail. Si besoin ajouter encore un peu d'huile d'olive. Saler et poivrer. On doit obtenir une sorte de pâte grossière qui s'émiette.
Couper le filet en 4-6 tranches, le saler légèrement puis couvrir avec le pain aromatisé. Poser dans un plat légèrement huilé et cuire pendant 25 minutes environ le temps qu'il se forme une croûte croustillante ;-). Servir chaud ou tiède.


Versione italiana

Questo è il tipo di piatto di carne che adoro: semplicissimo da fare, saporitissimio con un minimo sforzo. Ve ne sarete sicuramente accorti, vi ho già proposto arrosti di carne panati (come qui e qui). Un piatto a rischio zero, perfetto se si hanno ospiti.
Qui abbiamo il filetto di maiale, ricoperto di pane, erbe e sopratutto anacardi che gli danno quel saporino croccante delizioso. Avevo elaborato questaoricetta per la rivista G2Kitchen di aprile, sul tema delle erbe. Potete sfogliarlo qui.
La cosa divertente è che in Francia il filetto di maiale si chiama filet mignon, filetto carino, senza specificare il tipo di carne, un modo per renderla più nobile? ;-)
Vi consiglio vivamente di farlo, non ve ne pentirete!

Filetto di maiale in crosta di salvia, prezzemolo e anacardi (per 4 persone)

- 1 filetto di maiale (500 g circa)
- 100 g circa di mollica di pane, meglio se integrale (due fette)
- 50 g di arachidi o anacardi non salati
- 15-20 foglie circa di salvia fresca e 15 foglie di prezzemolo
- ½ spicchio d'aglio, olio extravergine d'oliva, sale e pepe

Scaldare il forno a 200°C. Sbriciolare con le mani la mollica e versare 3 cucchiai d'olio. Frullarla con le erbe, gli anarcardi e l'aglio. Se necessario aggiungere ancora un pochino d'olio. Salare e pepare. Si deve ottenere un specie di pasta un po' sbriciolosa.
Tagliare il maiale in 4-6 medaglioni, salarla leggermente. Ricoprire la carne con la pasta di pane aromatizzata e sistemarla in una teglia leggermente oliata. Cuocere per 25 minuti circa, in modo che si formi una crosta croccante. Servire caldo o tiepido.