vendredi 29 juillet 2011

Calamars farcis à l'italienne et promenade dans Gaeta

Stuffed squids...Italian way

Versione italiana più giù

L'air marin de l'été en Italie donne envie de poisson et de fruits de mer. Après la tiella voici les calamars (ou encornets) farcis, des incontournables italiens. Cette version, très méditerranéenne, est terriblement gourmande : des herbes, du pain (toujours là), des câpres, des pignons...et un fromage doux au j'aime beaucoup, la scamorza fumée. On dit souvent que le poisson n'est pas un copain du fromage, qui a tendance à vouloir dominer. Moi aussi j'ai mis des années à l'associer et puis finalement beaucoup de recettes traditionnelles utilisent ce binôme...gagnant surtout si le poisson a du caractère (ou pas du tout ;-)). Dans ce cas, la scamorza donne un goût fondant absolument délicieux qui ne couvre pas le charme des calamars.

jeudi 28 juillet 2011

Boulettes d'aubergines aux pignons (végétarien)- Polpette di melanzane ai pinoli

Polpette di melanzane e pinoli

Versione italiana più giù

Je vous ai déjà parlé du monde des polpette (les boulettes). En Italie, on aime les rondeurs, les petits en-cas qui se mangent avec les doigts, les plats qui se font avec les mains comme ceux de nos grand-mères ;-)
Grosso modo tout peut devenir rond, bon et rigolo. La viande, le poisson mais aussi les légumes.
Les boulettes d'aubergines existent en différentes versions dans toute la Méditerranée. Celles-ci viennent du sud de l'Italie (Calabre, Sicile...) et surtout sont 100% végétales. Les boulettes des pauvres (un peu comme le caviar d'aubergines ;-) mais avec l'illusion de la viande : de par la couleur et un peu le goût (si si je vous assure).
Croustillantes et fondantes avec la petite surprise des pignons, difficile de faire plus italien. Chez nous, elles ont disparu en 5 minutes. Ces polpette peuvent être servies comme apéritif, entrée ou même comme plat (en augmentant les quantités). Rapides et faciles, ne vous en privez pas !

mercredi 27 juillet 2011

Pavlova aux fraises des bois et coco- Pavlova alle fragoline e cocco

Wild strawberry pavlova
Versione italiana più giù

Cela faisait des siècles que je ne préparais pas de pavlova, un de mes premiers desserts, tout simple, frais et très esthétique ;-). Un gâteau avec un nom d'une danseuse russe, Anna Pavlova, et d'origine océanique (l'Australie et la Nouvelle Zélande se disputent encore la paternité).
C'était un dimanche en famille et il me restait des blancs d'oeuf après le semifreddo au sabayon. En général, leur destin penche plutôt vers les macarons ou les meringues mais là il fallait un gâteau festif, d'après-midi d'été. La pavlova s'est donc vêtue de fraises des bois parfumées avec une touche de noix de coco.

La base est une grosse meringue, croustillante à l'extérieur et un peu souple à l'intérieur. Dans ce billet, vous trouverez tous les secrets de la meringue. En gros le but est de faire sécher la base lentement. Dans le cas de la pavlova, elle est stabilisée par du vinaigre et de la maizena. Ensuite on ajoute de la crème chantilly où sont posés des fruits frais.
Quel plaisir que de plonger la cuillère dans la crème, les fraises avec un petit goût de coco et rencontrer le croustillant de la meringue.
Je vous invite pour le thé?

Pavlova au coco et fraises des bois (pour 6 personnes)

- 3 blancs d'oeuf (90 g) (dans l'idéal vieux de quelques jours)
- 90 g de sucre semoule
- 90 g de sucre glace
- 4 cs de noix de coco râpée + un peu
- 1 cs de vinaigre de vin blanc ou de cidre (ou de jus de citron)
- 1 cs d'amidon de maïs (maizena)
- 200 g de crème fleurette bien froide
- 300 g de fraises des bois

1. Préparer la meringue (même la veille). Préchauffer le four à 120°C. Monter les blancs d'oeuf en neige ferme en incorporant en 3 fois le sucre semoule. Dès qu'ils gonflent incorporer le sucre glace tout en continuant de fouetter. Ils doivent devenir fermes et brillants. Ajouter le vinaigre et la maizena et mélanger. Sur une plaque couverte de papier cuisson, former un disque (avec une poche à douille ou une cuillère) de 3-4 cm d'épaisseur avec un creux au milieu. Parsemer de 2 cs de coco.
2. Cuire pendant une heure à 120°C puis encore une heure à 100°C. Faire sécher au four toute une nuit.
3. Le lendemain. Monter la crème fouettée froide jusqu'à ce qu'elle devienne mousseuse (elle doit former des pointes sur le fouet). Ajouter 2 cs de coco puis garnir la meringue avec la crème et les fraises. Décorer de coco. Servir (elle se garde bien 2-3 heures au frigo).


Versione italiana

Un dolce perfetto per una domenica pomeriggio d'estate, in giardino, in famiglia. Uno di quei dolci freschi, belli e semplici. La pavlova porta il nome di una ballerina russa e ha origini oceaniche (la Nuova Zelanda e l'Australia si contengono ancora la paternità ;-)
Mi rimanevano degli albumi dopo il semifreddo allo zabaione, la pavlova era probabilmente il loro destino. L'ho vestita con fragoline di bosco profumate e un po' di cocco.

Faceva secoli che non preparavo la pavlova. Costituita da una grossa meringa (croccante fuori e un po' morbida dentro), panna montata e frutta fresca, viene solo voglia di tuffarci il cucchiaio.
Su questo post trovate tutti i trucchi per fare le meringhe, grosso modo lo scopo è far asciugare dolcemente gli albumi. Nella pavlova la meringa è ulteriormente stabilizzata da aceto e maizena.
Venite per il tè?

Pavlova al cocco e fragoline di bosco (per 6 persone)

- 3 albumi (90 g) (meglio se vecchi di qualche giorno)
- 90 g di zucchero semolato
- 90 g di zucchero a velo
- 4 cucchiai di cocco grattuggiato + un po'
- 1 cucchiaio d'aceto di vino bianco o mele (o succo di limone)
- 1 cucchiaio d'amido di mais (maizena)
- 200 g di panna fresca intera ben fredda
- 300 g di fragoline di bosco

1. Preparare la meringa (meglio se la vigilia). Scaldare il forno a 120°C. Montare gli albumi versando in 3 volte lo zucchero semolato (finché viene assorbito). Aggiungere lo zucchero a velo e montare ancora finché diventano bianchi, brillanti e spumosi. Incorporare delicatamente l'aceto e la maizena. Su una placca coperta da carta da forno, formare un disco di 3-4 cm di spessore scavando un po' al centro. Cospargere con 2 cucchiai di cocco. Cuocere per un'ora a 120°C poi 1 ora a 100°C. Far asciugare in forno una notte.
2. L'indomani, montare la panna ben fredda finché diventa spumosa quasi soda (deve formare una punta sulle fruste). Aggiungere 2 cucchiai di cocco. Decorare la torta con la panna, le fragoline e ancora un po' di cocco. Servire (si conserva bene 2-3 ore in frigorifero)

lundi 25 juillet 2011

Tisane glacée aux fleurs et aux pêches blanches de l'Etna

Ice tea with peaches
Versione italiana più giù

Je ne sais si c'est mon côté grand-mère mais j'aime beaucoup les tisanes, les thés. C'est un peu comme boire des parfums et des arômes... tout en légéreté. C'est réconfortant, calmant ;-)
J'aime aussi cuisiner avec, leur donner une autre texture ou température.
Les tisanes et les thés glaçés sont un vrai plaisir l'été surtout si associés aux fruits (comme dans ces pêches au sirop et leur sorbet au thé).
Et le secret est...l'infusion à froid. Oui, oui, ça marche même avec l'eau.


jeudi 21 juillet 2011

Semifreddo au sabayon de Vin Santo (sans sorbetière)

Semifreddo allo zabaione di Vinsanto
Versione italiana più giù

Encore une petite recette très italienne pour finir en douceur. Le semifreddo (demi-froid) est une sorte de parfait, une mousse froide mais pas trop, très très répandue en Italie. Extrêmement facile à faire et sans sorbetière, c'est la glace maison des fêtes en famille.
Il existe plusieurs méthodes en fonction des parfums (crème, fruits...) à base d'oeufs cuits avec un sirop, de la meringue italienne, des oeufs crus ou bien à base de sabayon, comme celui-ci. Vous vous souvenez de celui à base de Passito de Pantelleria? Le principe est le même, sauf qu'on ajoute de la crème fouettée et au met tout au congélateur.
Ce semifreddo voyage en Toscane et en Ombrie puisque je l'ai arômatisé au Vin Santo (vin saint ;-). Il s'agit d'un vin liquoreux né aux alentours du XIIème siècle, servi pendant les messes et qui, apparemment, était donné aux pestiférés pour les guérir. D'où le nom de vin saint.
Il est particulièrement doux et se sert généralement avec les cantucci.
J'ai aussi ajouté des raisins macérés dans le Vin Santo qui accompagnent le semifreddo. C'est la petite touche de caractère, indispensable à mon avis. D'ailleurs, déjà la mousse, avant passage au congélateur, est irrésistible.

mercredi 20 juillet 2011

Bagnetto rosso : sauce tomate poivron en direct du Piémont

Bagnet Ross...no, it's not ketchup
Versione italiana più giù

Histoire de rester sur le thème des tomates et de l'Italie...je vous présente le bagnetto rosso (en patois, bagnet ross, qui signifie bain rouge). Une sauce douce typique du Piémont, à base de tomates et de poivrons, qui se sert à Noël avec les pots au feu (bollito). D'accord, Noël est loin, mais les ingrédients sont de saison et j'avais envie de vous proposer, après la sauce verte, la variante rouge.
Elle ressemble d'ailleurs au ketchup maison mais en plus italien et délicat.
Le principe est simple : cuire à feu doux avec des épices et du vinaigre pour que la sauce devienne dense et goûteuse. La saveur est séduisante, une petite pointe de douceur et une d'acidité...un petit régal. Idéale pour accompagner pour vos barbecues ou viandes de l'été.
Il existe, comme d'habitude, plusieurs versions. Celle-ci est la mienne avec des touches du sud : l'oignon rouge de Tropea, d'une douceur incroyable, et le poudre de piment (tous deux de Calabre), les tomates cerise de Sicile. Ingrédients tout à fait remplaçables ;-)
Bon bain :-)


Bagnet ross, sauce piémontaise aux tomates et poivrons (pour 1 pot de 250g environ)

- 500 g de tomates cerise ou en grappe bien mûres
- 50 g d'oignon (j'ai utilisé le rouge de Tropea)
- 1 petite carotte
- 1 poivron rouge (ou jaune) moyen, coupé en dés
- 3 gousses d'ail (dans l'idéal nouveau)
- 25 g de sucre
- huile d'olive, noix de muscade, cannelle, clou de girofle, graines de moutarde
- vinaigre de vin, 1/2 petite carotte, sel piment d'oiseau entier et en poudre

Ciseler l'oignon et le faire revenir dans une poêle avec 3 cs d'huile, la petite carotte en dés, un petit piment et les gousses d'ail en morceaux. Dès qu'il colore, ajouter le poivron rouge. Après 2-3 minutes, ajouter le sucre, 1 càc de cannelle en poudre, 3 clous de girofle, une pincée de noix de muscade et de graines de moutarde. Laisser cuire une dizaine de minute puis ajouter les tomates coupés en deux, une pincée de sel et 3 cs de vinaigre. Cuire à feu doux pendant deux heures environ. La sauce doit devenir dense et savoureuse. Passer au moulin à légumes, corriger de sel et ajouter 2 cs d'huile. Verser dans un pot bien propre. Servir avec une pincée de piment en poudre sur un pot au feu, une viande rôtie... La sauce se garde 3-4 jours couverte, au réfrigérateur.
Pour en faire une conserve : ajouter ½ verre de vinaigre et verser dans un pot stérilisé (au four à 130°C pendant 15 minutes). Renverser pour faire le vide et mettre au frais quand il a refroidi.


Red Pepper Powder

Versione italiana

Giusto per rimanere in tema pomodoroso...e dopo il ketchup fatto in casa, ecco il bagnetto rosso piemontese. La versione rossa e intensa della salsa verde. Ehm...vi confesso che in genere si serve a Natale, con il bollito. Non mi guardate male, so' che Natale è lontanissimo ma è la piena stagione dei pomodori e dei peperoni no? E poi che ci mettete sulle votre carni arrostite al barbecue o il petto di pollo semplice semplice?
L'idea di base della salsa (che puo' anche diventare una conserva, per l'inverno, appunto :-) è farla addensare con zucchero, spezie, aceto. In modo che diventi saporitissima. Profumata, delicata, dolce è veramente seducente (anche da sola :-)
Naturalmente esistono tante varianti, questa è la mia, a cui ho aggiunto degli intrusi del sud: ciliegini siciliani, cipolla di Tropea e della polvere di peperoncino gentilmente offerti dalla Garofalo come benvenuto in Gente del Fud (ci sono anch'io insomma :-). Ingredienti sostituibili con quelli nordici ovviamente.
Buon bagnetto ;-)


Bagnetto rosso (per 1 barattolo di 250g circa)

- 500 g di pomodorini ciliegini (Campani o Siciliani) oppure pomodori ramati ben maturi
- 50 g di cipolla (ho usato quella di Tropea)
- 1 peperone rosso (o giallo o metà di entrambi) tagliato a dadi
- 3 spicchi d'aglio (novello)
- 25 g di zucchero
- olio d'oliva, noce moscata, cannella, chiodi di garofano, grani di senape
- aceto di vino, sale, 1/2 piccola carota, peperoncino intero e in polvere

Tagliare la cipolla a fettine e farla rosolare con 3 cucchiai d'olio, il peperoncino, la carota a dadini e l'aglio. Non appena si colora, aggiungere il peperone. Dopo 2-3 minuti, aggiungere lo zucchero, 1 cucchiaino da caffè di cannella, un pizzico di noce moscata e di grani di senape, 3 chiodi di garofano. Cuocere una decina di minuti poi aggiungere i pomodorini tagliati in due, un pizzico di sale e 3 cucchiai d'aceto. Cuocere a fuoco lento per due ore circa. La salsa deve diventare densa e saporita. Correggere di sale e passare al passaverdure. Aggiungere 2 cucchiai d'olio e versare nel barattolo. Servire con una spolverata di peperoncino. Si conserva diversi giorni, coperto in frigorifero.
Per farne una conserva : aggiungere ½ bicchiere d'aceto a inizio cottura poi versare in un barattolo sterilizzato. Rovesciare, fare il vuoto poi mettere in fresco quando si è raffreddato.

mardi 19 juillet 2011

Carpaccio de tomates anciennes, pecorino et balsamique

Heirloom tomatoes salad
Versione italiana più giù

Cette fois-ci je n'ai rien fait...ou plutôt il n'y a rien à faire. En pleine période (personnelle) de tomates anciennes, après la confiture, la pizza tout tomates, voilà un carpaccio ! Enfin presque, vu la finesse des tranches mais les tomates étaient bien mûres et je n'ai pas de mandoline (je vous avais dit que j'ai un blocage avec elle? ;-)

Une salade des vacances, de l'été et des plaisirs tous simples où la matière première est la reine. Les tomates anciennes sont absolument délicieuses (et leur nom très rigolo), plus ou mons douces, acidulées, juteuses... si vous avez l'occasion d'en trouver n'hésitez pas !

Et puis il y a mes petits ingrédients italiens fétiches : le pecorino et le vinaigre balsamique.
Le pecorino, que vous avez vu plusieurs fois ici, est une sorte de parmesan, fromage un peu granuleux à base de lait de brebis produit dans différentes régions, la plupart du temps avec des méthodes artisanales. Dans certaines zones, il est encore plus frais, à pâte molle.
Ici j'ai utilisé le très bon pecorino de Crotone, produit en Calabre, avec 2/3 de lait de brebis (des Pouilles ;-) et 1/3 de lait de chèvre. Vous pouvez aussi utiliser, à part le pecorino romano, le plus courant, le pecorino di Fossa. Un fromage de niche, produit au centre de l'Italie (Ombrie, Emilie-Romagne...) affiné dans des puits (fossa signifie puits en italien) dans des très longs tissus. Il a une saveur très particulière, fine, avec un arrière goût de truffe et de musc. Là aussi à goûter !
Sur ce lien vous avez toutes les adresses des épiceries italiennes à Paris, où trouvez certains de ces fromages :-)
Le vinaigre balsamique tradizionale ne se présente plus, à base de moût de raisin, affiné dans des greniers, dans des tonneaux de bois différents et de différentes tailles, il a une saveur unique, douce, acidulée et fraîche en même temps. Si vous ne pouvez vous permettre le tradizionale (d'au moins 25 ans d'âge et un prix conséquent), utiliser une bonne marque ou bien un vinaigre de 10 ans d'âge, un bon compromis.

A part aller chercher les produits, tout est prêt en 5 minutes :-)

Salade de tomates anciennes, pecorino et vinaigre balsamique (pour 4-6 personnes)

- 2 tomates vertes (green zebra)
- 2 tomates oranges allongées (banana legs)
- 2 tomates jaunes (ananas jaune)
- 2 tomates rouges zebrées (red zebra)
- 2 tomates noires (ananas noire)
- pecorino romano ou de Crotone ou de Fossa (au moins 2 mois d'affinage)
- huile d'olive, fleur de sel, vinaigre balsamique (dans l'idéal au moins 10 ans d'âge), basilic

Peu avant de servir, laver, essuayer puis couper les tomates en tranches fines. Les disposer en rosace sur les assiettes puis assaisonner avec un filet d'huile d'olive, de la fleur de sel et quelques goutte des balsamique. Servir avec des copeaux de pecorino et des feuilles de basilic.


Tomates anciennes
Versione italiana

Questa volta non c'entro niente o piuttosto non c'è de fare niente. Una di quelle insalate dell'estate e delle vacanze, quei piccoli piaceri semplicissimi che ci sono familiari. La cucina italiana è piena di queste piccole magie pronte in 5 minuti e con una materia prima eccezionale.
L'ho chiamata grossolanamente carpaccio ma ehm visto lo spessore dei pomodori è piuttosto un'insalata (vi avevo detto che ho un problema con la mandolina? ;-)

La particolarità? (ce ne vuole almeno un po' per non vergognarsi di aver postato un'insalata di pomodori) L'uso di pomodori di antiche varietà che ricominciano ad apparire. Sono colorati, buonissimi, tutti diversi (aciduli, dolci...) e con nomi a volte comici. Immagino non si trovino facilmente in Italia, la patria dei pomodori rossi deliziosi. Non v'impiccate, dei buoni pomodori classici vanno bene.
E poi ho aggiunto due ingredienti molto italiani che adoro: il pecorino e l'aceto balsamico (meglio se tradizionale). Per il pecorino, a Parigi, comincio a trovare oltre a quello romano anche altri tipi (tutti gli indirizzi sono qui). Qui si puo' usare quello crotonese (Milena approverà ;-) o anche di Fossa. Un tocco speciale per un'insalata per dummies.

Insalata di pomodori "antichi", pecorino e aceto balsamico (per 4-6 persone)

- 2 pomodori verdi (green zebra)
- 2 pomodori arancioni lunghi (banana legs)
- 2 pomodori gialli (yellow ananas)
- 2 pomodori rossi zebrati (red zebra)
- 2 pomodori neri (black ananas)
- pecorino romano o di Crotone o di Fossa (almeno 2 mesi di stagionatura)
- olio d'oliva, fior di sale, aceto balsamico (idealmente tradizionale o di 10 anni), basilico

Poco prima d servire, lavare, asciugare poi tagliare i pomodori a fettine sottili (più delle mie ;-). Posizionarli sui piatti facendo accavallare le fette e condire con un filo d'olio d'oliva, fior di sale e qualche goccia d'aceto balsamico. Servire con fettine di pecorino e foglie di basilico.

lundi 18 juillet 2011

Tiella di Gaeta (tourte italienne aux calmars et olives)

Tiella di Gaeta, a very special pizza

Versione italiana più giù

Lors d'un après-midi à la plage où le vent était doux et un peu frais, j'ai eu une envie subite de préparer la tiella, une tourte-pizza, typiquement italienne et plus précisément de la ville de Gaeta (très connue aussi pour ses olives et son huile). "Ce week-end je vais préparer la Tiella di Gaeta", les yeux de mon père s'illuminent et nous commençons à parler de ses origines et des milles variantes de cette tourte typique.

Gaeta est une ville historique, située sur un promontoire, à mi-chemin entre Rome et Naples. Colorée, rocheuse, elle donne sur la mer. Datant du VIIème siècle a. J.C., Gaeta a été vite conquise par le Romains de l'époque qui ont fait un lieu de villégiature de luxe. Gaète a été aussi longtemps un bastion romain, encore aujourd'hui on peut y retrouver les traces de ce passé.
Il se trouve que je la connais bien, que je suis liée à ses plages, découvertes toute petite avec mes parents. J'aime toute cette partie de la côte, un peu sauvage.

Mais qu'est-ce que c'est que cette tiella me direz-vous? Tiella signifiait poêle et indiquait souvent des préparations cuites dans ce contenant, au feu de bois. Il existe plusieurs types de plats régionaux qui s'appellent tiella. Trois d'entre eux sont les plus connus. Celle de Bari (Pouilles), une sorte de gâteau de riz ou de pommes de terres aux fruits de mer et safran (influence espagnole? ;-) qui se cuit donc dans une poêle au four. Puis il y a la Tigella ou Crescentina de la zone de Modène (Emilie Romagne) : essentiellement de la pâte à pain plus riche cuite comme des gaufres. Et enfin, il y a celle-ci, de Gaeta, une des plus connues qui est composée de pâte à pain farcie. Le principe est le même que pour la pizza de scarole. D'origine pauvre, elle était préparée par les femmes des pêcheurs ou des paysans avec la pêche ou la récolte du jour. Les ingrédients (poissons ou saucisses et légumes, calmars et poulpes, thon et oignons...) sont cachés dans la pâte. Une sorte de sandwich très goûteux, qui se garde bien et est facilement transportable. La Tielle a été aussi exportée au sud de la France (Sète), par les émigrés italiens au XVIIIème siècle :-)

Celle-ci est farcie aux calmars, olives de Gaeta bien sûr et de câpres, difficile de faire plus méditerranéen. Un plat des vacances avec le poisson du jour, que vous pouvez préparer à l'avance et sans aucun ustensile particulier.

Tiella : tourte-pizza farcie aux calamars, olives et câpres (pour 6-8 personnes)

Pour la pâte :
250 g de farine riche en gluten (de gruau ou T45)
130 g environ d'eau tiède
3 g de levure sèche de boulanger active (ou 10 g de levure fraîche)
huile d'olive, sel, sucre, piment en poudre, origan séché
Pour la farce :
1,2 kg de calamars (encornets)
4-5 petites tomates allongées (datterini) ou une grosse tomate bien mûre
80 g d'olives noires de Gaeta (dénoyautées) ou de bonne qualité
40 g de câpres sous sel et déssalées (½ heure dans l'eau claire)
persil, basilic, huile d'olive, ail, sel, piment d'oiseau « pili-pili »

1. Laver et évider les calamars.Les couper en tranches. Couvrir et mettre au réfrigérateur.
2. Préparer la pâte. Mélanger la levure à 30 g d'eau et laisser fermenter une dizaine de minutes (il doit se former une petite écume). Mélanger la farine avec 6 g de sel, une pincée de sucre, de piment en poudre et d'origan séché. Ajouter la levure puis incorporer me reste de l'eau peu à peu. Enfin, ajouter 3 cs d'huile d'olive. Travailler la pâte une dizaine de minutes jusqu'à ce qu'elle soit souple, lisse et homogène. Couvrir d'un linge humide ou de papier film et laisser lever 40 min à 1 heure, dans un endroit tiède à l'abri des courants d'air, jusqu'à ce qu'elle double de volume.
3. Pendant ce temps, faire revenir dans une poêle 3 cs d'huile d'olive, un petit piment et 2 petites gousses d'ail. Ajouter les calmars, dès qu'ils colorent ajouter les tomates coupées et une pincée de sel. Cuire à feu doux pendant 20 minutes environ puis enlever l'ail, ajouter les olives, les câpres et des feuilles de persil, de basilic, hachés. Eteindre et laisser tiédir.
4. Préchauffer le four à 180°C.
Après la levée de la pâte à pizza, l'écraser avec les mains pour la dégonfler, l'étaler et la plier en 3 sur elle-même. A ce stade on peut soit la couvrir à nouveau et la laisser au réfrigérateur une nuit (très bonne solution, dans ce cas, les calamars seront cuits le lendemain) soit l'utiliser de suite.
5. Former une boule avec la pâte et prélever 2/3. L'étaler très finemement en disque de 26 cm de diamètre environ et ½ cm d'épaisseur. Recouvrir un moule à tarte rond (20-22 cm), légèrement huilé en laissant déborder les bords. Garnir avec la farce. Etaler le reste de pâte en un disque plus petit, recouvrir la farce puis replier les bords en réunissant les deux pâtes vers l'intérieur de manière à bien sceller la tourte. Piquer la pâte avec une fourchette puis badigeonner avec une émulsion d'huile et d'eau (2cs chacune) et cuire pendant 20-25 minutes. Servir tiède ou à température ambiante (le lendemain).


Stuffed pizza with squids and olives
Versione italiana

Un pomeriggio sulla spiaggia, il vento tiepido e gli occhi pieni del blu infinito, ho avuto una voglia improvvisa di preparare la Tiella di Gaeta.
Tornata a casa l'annuncio a mio padre ( un golosone) e i suoi occhi s'illuminano. Cominiciamo a parlare delle sue origini povere e delle sue mille varianti, quelle di terra e di mare, quelle d'inverno (scarola e baccalà) e quelle d'estate.
Gaeta è una piccola città-promontorio, speciale per la sua geografia ma anche per la sua storia antica. I romani ne avevano fatto un luogo di villegiatura di lusso (ma anche un bastione). La conosco da tempo e ho un debole per tutta questa parte della costa, ancora un po' selvaggia.

Di tielle ne esistono tante varianti in tutt'Italia (tra cui la famosa di Bari o la Tigella modenese). Mi piace l'idea che basta il nome del contenitore per evocare piatti deliziosi e diversi da famiglia a famiglia.
Questa qui quindi è quella di Gaeta. Piatto povero, preparato dalle mogli dei contadini o dei pescatori con il raccolto e il pescato del giorno. In sostanza una pasta da pane farcita, golosa che si conserva bene ed è facilmente trasportabile.
Perfetta per le vacanze d'estate : si compra il pesce fresco, si prepara in anticipo e non si ha bisogno di nessun utensile particolare.
Questa versione è con i calamari, le olive di Gaeta e i capperi. Leggera e piena di mare, moooolto mediterranea. Buon inizio settimana!

Tiella di Gaeta ai calamari, olive e capperi (per 6-8 personnes)

Per la pasta:
- 250 g di farine forte (manitoba...)
- 130 g circa d'acqua tiepida
- 3 g di lievito di birra secco attivo o 10 g di fresco
- olio d'oliva, sale, zucchero, peperoncino in polvere, origano essiccato
Per il ripieno:
- 1,2 kg di calamari freschi
- 4-5 pomodori datterini o un pomodoro grosso bene maturo
- 80 g d'olive nere di Gaeta (snocciolate)
- 40 g di capperi sotto sale, dissalati
- prezzemolo, basilico, aglio, sale, peperoncino

1. Lavare, pulire e togliere le interiora i calamari. Tagliarli a fette, coprire e conservare in frigorifero.
2. Preparare la pasta. Mescolare il lievito con 30 g d'acqua e lascair fermentare per una decina di minuti (si deve formare una schiumetta). Mescolare la farina con 6 g di sale, un pizzico di zucchero, d'origano e peperoncino in polvere. Aggiugere il lievrio poi a poco a poco il resto dell'acqua e infine 3 cucchiai d'olio. Lavorare l'impasto una decina di minuti finché non diventa elastico, liscio ed omogeneo. Formare una palla, fare un incisione croce, coprire con un panno umido o pellicola. Lasciar lievitare in un posto tiepido senza correnti per 40-60 minuti finché non raddoppia di volume.
3. Nel frattempo, soffriggere due spicchi d'aglio con 3 cucchiai d'olio e un peperoncino. Aggiungere il calamari e non appena si colorano aggiungere i pomodori tagliati e un pizzico di sale. Cuocere a fuoco dolce per una ventina di minuti. Togliere l'aglio e aggiungere le olive, i capperi e le erbe tritate. Far intiepidire.
4. Scaldare il forno a 180°C.
Dopo la lievitazione della pasta da pizza, schiacciarla con le mani perché perda aria, stenderla e ripiegarla in 3 su se stessa. A questo pnto si puo' sia coprire di nuovo e mettere in frigo per una notte (buona soluzione, in questo caso i calamari verrrano preparati l'indomani) oppure usarla subito.
5. Formare una palla. Prelevare 2/3 e stendere la pasta in un disco di 26 cm circa di diametro e ½ cm di spessore. Rivestire uno stampo da crosta leggermente oleato lasciando i bordi all'esterno. Versare il ripieno. Stendere il resto di pasta, coprire i calamari e richiudere la torta siggillando i bordi verso l'interno. Punzecchiare la superficie con una forchetta poi spennellare con un'emulsione di 2 cucchiai d'olio e 2 d'acqua. Cuocere per una ventina di minuti. Servire tiepido o a temperatura ambiente (l'indomani).

mercredi 13 juillet 2011

Recettes d'été : suggestions 2011

C'est l'été, le soleil est là (pas partout), la lumière magnifique et surtout l'envie de détente. Voici quelques suggestions de recettes simples, rapides (sauf la charlotte ;-) et fraîches pour bien profiter des vacances, des légumes colorés et des fruits juteux (cliquez sur la photo ou la recette)
Pour ceux qui ne sont pas encore partis, bonnes vacances et à très bientôt !

******

E' estate non c'è dubbio, con il suo caldo dolce ;-), la luce magnifica e la voglia di rilassarsi. Ecco qualche suggerimento fresco e semplice per gustare appieno le verdure colorate e la frutta succosa, magica, di questa stagione (cliccate sulla foto o il titolo della ricetta)
Per quelli che non sono ancora partiti, buone vacanze (io ci sono ancora :-)

ANTIPASTI

Focaccia1 Crème poivrons ricotta Girellebest
creme courgette 3 Sauce câpres olives Zuppa1

SALADES ET PLATS

Auberginesblog1 Salade ble 1 Salade_melon_mozzarella
polpette sarde Salade poulpe 1 pollo e peperoni blog
DESSERTS AUX FRUITS

Tiramisu2 Budino limone macro1 Tiramisù ricotta framboises
Red berries charlotte Tortablog1 Mousse coco 1

GLACE, GRANITA, SORBET, SEMIFREDDO

Glace figues2 Granita_limone5 Glace_yaourt
Sorbetto_limone1 Glace aux mûres et yaourt Semifreddo pêches meringué

1. Glace aux figues et lait d'amandes- Gelato di fichi e mandorle
2. Granité au citron et Limoncello- Granita al limone e Limoncello

mardi 12 juillet 2011

Pizza 100% tomates ! (G2 Kitchen estate)

Pizza 100% pomodoro
Versione italiana più giù

La pizza et les tomates...c'est toutes les saveurs de l'Italie, les souvenirs des vacances, les pizzeria en plein air l'été où les jours sont longs et les soirs joyeux.
Avec les pâtes, la pizza est un met indissociable de la vie (gourmande) italienne :-)
Je réfléchissais depuis un bout de temps à une pizza qui embrasse passionément les tomates : dedans, dessus. J'ai donc fait quelques tests. En particulier, j'ai remplacé l'eau de la pâte par de la pulpe de tomates, puis ajouté des tomates jaunes, plus douces, sur la pizza, en deux cuisson. La ricotta apporte un peu de douceur, le pecorino et les tomates séchées un peu de peps et enfin le sésame (très utilisé en Sicile) un petit croustillant. Un pizza très italienne, goûteuse et généreuse.
La présence des tomates jaunes m'a fait d'ailleurs penser à Gracianne et sa tarte ;-)

Pour le nouveau numéro du magazine italien G2Kitchen, j'avais choisi le thème des tomates, thème très vaste. J'ai cherché à mettre à l'honneur, presque en solo et avec un grande influence méditerranéenne, ce légume fruit. Cette pizza est une des propositions. Mais vous trouverez aussi des recettes « bikini », des boissons, mon article sur la pâtisserie... et plein de recettes, reportages, colorés pour l'été.
Je vous laisse le feuilleter ICI (en italien).
Et moi je le regarde avec un brin de mélancolie (c'est le dernier numéro).

Pizza 100% tomate ou presque (pour 4 personnes)

- 400g de farine riche en gluten (T45 ou gruau)
- 300 g de tomates noir de Crimée (ou tomates en grappe bien mûres)
- 8 g de sel
- 7 g de levure de boulanger sèche active (20 g de fraîche)
- 1 cs de sucre
- 4 tomates jaunes type coeur de boeuf ou anciennes
- 4 tomates séchées à l'huile d'olive
- huile d'olive, pecorino romano, ricotta, romarin, graines de sésame, sel

1. Mélanger le levain avec 2 cs d'eau tiède et laisser fermenter 10 minutes. L'ajouter à la farine tamisée et aux tomates noires (préalablement lavées, séchées et mixées). Ajouter le sel, le sucre, 1 cs d'huile et de romarin hâché. Travailler la pâte 5 à 10 minutes jusqu'à ce qu'elle devienne lisse et homogène. Former une boule, couvrir d'un linge humide ou de papier film. Laisser lever dans un endroit tiède à l'abri de courants d'air au moins 1 heure et demi (elle doit doubler de volume).
2. Chauffer le four à 210°C. Ecraser la pâte avec les mains, la plier en trois sur elle-même puis former 4 boules. Les étaler délicatement au rouleau puis étaler un peu de ricotta et la moitié des tranches de tomates jaunes. Parsemer de romarin, saler et verser un peu d'huile d'olive. Cuire au four (dans la partie basse) 10 minutes puis ajouter le reste de tomates et un peu de sésame. Cuire encore une dizaine de minutes. Servir chaud ou tiède avec des copeaux de pecorino et les tomates séchées en dés.


Heirloom tomatoes
Versione italiana

L'estate è anche sinonimo di serata tutta pizza in terrazzo quando l'aria è ancora calda e piena d'allegria. Certo che la pasta come la pizza sono veramente imprescindibili dalla nostra vita italica golosa :-) (non è un cliché)
Spesso quando vengono amici italiani a Parigi, dopo qualche giorno cominciano a cercare una pizzeria e il problema (ma è normale) è che non è facile trovarne di buone, sono spesso gommose e care. D'altra parte, secondo me, il cibo migliore si mangia nel luogo d'origine, anche la luce e l'aria e sono diversi.
Per tornare alla pizza, era da un po' che volevo una pizza 100% pomodoro. Ho quindo fatto varie prove e questo è il risultato: ho sostituito l'acqua dell'impasto con del pomodoro frullato, cotto, in due momenti, i pomodori gialli, aggiunto un po' di ricotta e infine dei pomodori secchi e del pecorino per dargli ancora più carattere. E' stata divorata. Una pizza tutta rossa e emozionata perfetta per le serate d'estate con gli amici.

Qesta ricetta è una delle proposte (molto italiche) che ci sono nel mio articolo sul pomodoro del nuovo G2Kitchen estate. Ma troverete tante altre proposte fresche e colorate, bibite, il mio articolo di pasticceria con un dessert estivo e francese, dei reportage... Insomma come sempre lo trovo molto bello, caloroso e divertito.
Potete sfogliarli QUI.
Ed io lo guardo con un pizzico di malinconia visto che è l'ultimo numero. E' stata un'esperienza unica, intensa ed appassionante...grazie!

Pizza pomodorosa (per 4 persone)

- 400 g di farina ricca di glutine (manitoba, Rieper gialla...)
- 300 g di grossi pomodori neri di Crimea ben maturi (o ramati o cuore di bue)
- 8 g di sale
- 7 g di lievito di birra secco attivo o 20 g di lievito fresco
- 1 cucchiaio di zucchero
- 4 grossi pomodori gialli (tipo cuore di bue)
- 4 pomodori secchi sott'olio,
- olio d'oliva, pecorino romano, ricotta, rosmarino, semi di sesamo, sale

1. Sciogliere il lievito in 2 cucchiai d'acqua tiepida e far fermentare per 10 minuti. Mescolarlo alla farina e ai pomodori neri di Crimea, lavati e frullati. Aggiungere il sale, lo zucchero, 1 cucchiaio d'olio, 1 cucchiaio di rosmarino tritato poi lavorare l'impasto 5-10 minuti finché diventa liscio e omogeneo. Formare una palla, coprirla con un panno umido o pellicola. Far lievitare in un posto tiepido senza correnti per almeno un'ora e mezza: deve raddoppiare di volume.
2. Scaldare il forno a 210°C. Stendere delicatamente l'impasto con le mani. Piegarlo in tre su se stesso poi dividerlo in 2 o 4 palle. Stenderle con il mattarello, spalmare un po' di ricotta, poggiare la metà dei pomodori tagliati a fette, un po' di rosmarino, salare e versare un filo d'olio. Cuocere in forno nella parte bassa per 10 minuti poi aggiungere il resto dei pomodori e cospargere di semi di sesamo. Cuocere ancora 5-10 minuti nella parte centrale. Servire con scaglie di pecorino e pezzetti di pomodori secchi.


lundi 11 juillet 2011

Charlotte aux fruits des bois : ma chouchoute de l'été

Charlotte aux fruits rouges
Versione italiana più giù

La charlotte est pour moi un dessert très français. Festif mais aussi intime, de famille. Même s'il peut sembler un peu vintage je trouve qu'il est indémodable, toujours doux et crémeux.
C'est aussi un des desserts que ma grand-mère maternelle préparait pendant les vacances d'été pour le goûter. Sa version était très simplifiée : des biscuits à la cuillère, des fruits frais et une crème pâtissière légère. De beaux souvenirs très simples, la joie de la voir arriver avec son moule, son sourire quand nous la dégustions enthousiastes. C'est rigolo comme souvent des petits morceaux de vie anodins me reviennent à travers des souvenirs gustatifs (je dois être vraiment obsédée ;-))
L'origine du nom de cet entremets est incertaine.


vendredi 8 juillet 2011

Glace au chocolat, lait concentré et coco- Gelato al cioccolato e latte condensato

Chocolate and coconut ice-cream

Versione italiana più giù

Encore une petite ronde de glaces, là c'est mon Adn italien qui est tout content :-). Vous savez bien que le dessert italien par excellence, en été, est le gelato ou le sorbet ou granité (en fonction de la température extérieure ;-))
Alors, voici comment vous pouvez farcir les chouquettes au cacao proposées hier : avec une glace au chocolat ! Crémeuse, grâce aux oeufs mais surtout au lait concentré, chocolatée avec une petite touche de coco qui la rend intéressante. Le chocolat de l'été.
Après le sorbet au chocolat de Pierre Hermé, très pur, j'avais envie d'essayer une glace bien gourmande et un peu différente, avec le lait concentré. Cet ingrédient, déjà utilisé pour une glace à la vanille, lui donne une douceur incroyable. Essayez vous verrez.

jeudi 7 juillet 2011

Chouquettes au cacao (et une recette de mousse au chaource et moutarde)

Chouquettes au cacao
Chouquettes cacao
Versione italiana più giù

Le brun intense du cacao pour nos chouquettes de l'enfance, celles que l'on ramène toujours de la boulangerie.
C'est aussi une des première recettes que l'on prépare quand on apprend la pâte à choux. Cette version me convient parfaitement et n'ayez pas peur de cette pâte, elle est simple à condition de bien respecter tout le procédé. Puisqu'elle contient beaucoup d'eau (eau+lait+oeuf), elle doit donc bien sécher pour avoir son aspect aérien. Cuisez-la donc de suite.
Le cacao apporte un côté élégant et festif. Il rend ces chouquettes très peu sucrées. Si vous n'êtes pas bec salé, servez-les avec une crème, de la crème chantilly sucrée ou autre (le prochain épisode ? ;-).

mardi 5 juillet 2011

Sauce aïoli à la sauge et Ma cuisine de Marseille de Georgiana

Aïoli
Versione italiana più giù

L'aïoli est pour moi la sauce de l'été en Provence. Ses couleurs douces, ses parfums et son vent.
Cette crème dense et piquante grâce à l'ail a beaucoup de charme. Parfaite avec le poisson poché en particulier la morue (version traditionnelle) masi aussi avec des légumes crus ou cruits, des viandes lors d'un barbecue.
L'aïoli me fait aussi penser aux Etats-Unis car la sauce aïoli est très aimée et proposée à tous les coups avec les frites et la viande :-)

L'inspiration pour cet aïoli qui fait très sud, c'est Georgiana San et son livre ensoleillé Ma cuisine de Marseille qui me l'a donnée. Georgiana a été une de mes premières lectrices, celle qui, à mon grand étonnement de novice du blog, demandait après deux jours à s'abonner, refaisait les recettes et voulait absolument me rencontrer. Son enthousiame m'a toujours touchée. C'est une persone adorable, chaleureuse, généreuse et pleine d'énergie. Ceci se reflète beaucoup dans sa cuisine. Quand elle m'a gentiment offert son livre, j'ai été ravie de redécouvrir la cuisine de Marseille à sa façon, pleine d'herbes, de couleurs, de petits trucs... Les recettes sont très simples, goûteuses et sentent bon le soleil grâce aussi aux belles photos de Marie, auteure du superbe blog Les petits plats de Trinidad. Un joli duo :-)

Pour revenir à l'aïoli, composé d'ail et d'huile comme son nom l'indique, il fait partie de la famille des sauces froides à l'oeuf comme la mayonnaise (vous avez une version aérienne ici). Le secret de sa réussite est la patience, au fond c'est une petite magie chimique : l'émulsion (l'eau qui se mêle à la matière grasse). Il faut donc verser l'huile très lentement de manière à ce qu'elle soit absorbée par l'oeuf. Ici je l'ai aromatisée à la sauge et vous donne deux méthodes de préparation, avec ou sans mortier.

Mais si vous la râtez (elle reste liquide, on dit qu'elle est retombée), il existe deux astuces pour rattraper la mayonnaise ou l'aïoli :

1. sur le bord du récipient ajoutez 1 cs de vinaigre ou d'eau chauds (pas bouillants ;-) puis réincorporer peu à peu, tout en mélangeant, le reste de sauce retombée, jusqu'à qu'à ce qu'elle devienne ferme.
2. Ou bien, à part, mélanger un nouveau jaune d'oeuf avec 1 cs de vinaigre ou même d'eau tiède (ou de moutarde dans le cas de la mayonnaise). Versez-y petit à petit, en filet, l'aïoli retombé comme si c'était de l'huile, très doucement.
Et voilà votre sauce est sauvée !

Sauce aïoli à la sauge (pour un pot)

- 1 jaune d'oeuf extra frais à température ambiante
- 280 g d'huile d'olive vierge extra (de bonne qualité)
- 6 feuilles de sauges fraîche
- 5 gousse d'ail nouveau
- fleur de sel

1. Mixer 1/3 de l'huile avec les feuilles de sauge puis ajouter le reste.
Sans mortier : mixer l'ail épluché avec le jaune d'oeuf et une pincée de fleur de sel. Mettre tout dans un petit saladier et verser en filet l'huile tout en fouettant avec un fouet électrique. Ne rajouter d'huile que quand l'oeuf l'a incorporé et en devenu un peu plus dense. L'oeuf doit absorber la matière grasse très doucement et gonfler (émulsion)
Avec mortier (pour les experts) : écraser l'ail dans un mortier avec le jaune d'oeuf et une pincée de fleur de sel. Verser l'huile en filet, très peu à la fois en tournant sans cesse avec le pillon toujours dans le même sens, de manière à ce que le jaune incorpore l'huile.
3. On doit obtenir une crème un peu dense. Couvrir de papier film et garder au réfrigérateur maximum un jour. Servir avec du poisson et des légumes pochés, des crudités, de la viande...


Versione italiana

Una salsina per l'estate all'aria aperta. L'aïoli, originaria delle Provenza è una salsa fredda con uova, olio e aglio della famiglia delle maionesi (avete una versione spumosa qui). Apparentement esiste da più di quattro secoli.
Il suo grande fascino sta' nell'aglio che gli dà una piccantezza piacevolissima e nell'olio d'oliva. Come molte salsa fredde italiane, si prepara tradizionalmente al mortaio ma vi do' anche la versione con la frusta. Il trucco? La pazienza. Bisogna incorporare piano piano l'olio. In fondo si tratta di una piccola magia chimica: l'uovo che assorbe l'olio per diventare cremoso.
Buonissima con pesce lesso, grigliato, ma anche verdure cotte o crude, carne...
Quando penso all'aïoli oltre alla Provenza mi viene in mente il viaggio in California dove la servivano ovunque con le patatine. E' molto amata :-)

L'inspirazione sudista ;-) mi viene da un libricino di un'amica Georgiana, Ma cuisine de Marseille. Ricette semplici e piene di sole.

Per tornare alla salsa, come la maionese puo' succedere che impazzisca (cioè rimane liquida). Ecco due trucchetti per salvarle:

- sul lato del recipiente aggiungere 1 cucchiaio d'aceto o d'acqua calda (non bollente eh) poi incorporare mano mano la salsa impazzita come fose olio, finché non diventa densa
- oppure lavorare un altro tuorlo d'uovo con 1 cucchaio d'aceto (o di senape nel caso della maionese) poi versare lentamente il resto di salsa come fosse olio, finché non diventa soda
Ecco la vostra salsa resuscitata!

Salsa aïoli alla salvia (per un barattolino)

- 1 tuorlo molto fresco a temperatura ambiente
- 280 g d'olio d'oliva extra vergine
- 6 foglie di salvia fresca
- 5 spicchi d'aglio (novello)
- fior di sale

1. Frullare 50g d'olio con le foglie di salvia, aggiungere il resto dell'olio.
2. Senza mortaio : frullare l'aglio sbuciato con il tuorlo poi trasferire tutto in una ciotola. Versare l'olio a filo, piano piano montando il tutto con le fruste elettriche. Non aggiungere altro olio finché il tuorlo non ha assorbito la quantità precedente diventando più denso. L'uovo deve incorporare la materia grassa in modo omogeneo e lentamente, gonfiandosi (emulsione).
Con il mortaio (per gli esperti) : schiacciare l'aglio sbucciato nel mortaio con il tuorlo e un pizzico di sale. Versare a filo l'olio molto lentamente lavorando con il pestello sempre nello stesso senso in modo che l'olio venga assorbito dall'uovo.
3. Si deve ottenere una crema densa tipo maionese. Coprire di pellicola e conservare in frigorifero massimo un giorno. Servire con pesce e verdura lessa, verdure fresche, carne....

lundi 4 juillet 2011

Merveilleuse crème au citron et chocolat blanc (sans beurre)- Crema al limone e cioccolato bianco (senza burro)

White chocolate and lemon cream with redcurrants

Versione italiana più giù

J'imagine que cela vous arrive aussi : lire une recette, regarder la photo, saliver et y penser pendant des jours. Dès que j'ai vu cette crème au citron et chocolat blanc chez Pascale (en version tarte), inspirée d'une crème de Valrhona, c'est devenu une obsession. Pascale m'a raconté par la suite que cette recette a été crée par Frédéric Bau aussi dans l'optique d'alléger les desserts, utiliser moins d'oeufs, de sucre et pas de beurre... Je dois dire que c'est très réussi.
Mon four venait de rendre l'âme du coup je ne pouvais préparer de tarte...j'ai donc un tout petit peu remanié les proportions pour en faire une crème. C'est un peu comme un lemon-curd mais encore meilleur, moins acidulé, plus soyeux, délicat...une merveille ! Pour lui donner encore plus de fruité (et d'acidulé) je l'ai servie avec des groseilles. Si vous aimez le citron, ne vous en privez pas, surtout que cela vous demandera un quart d'heure de temps.
Le seul fait d'en parler me redonne intensément envie d'en manger...

Bon début de semaine à tous !

Crème au citron et chocolat blanc (sans beurre) (pour 4 personnes)

- 130 g de jus de citron fraîchement pressé
- le zeste de 2 citrons non traités
- 30 g de sucre
- 2 oeufs entiers (100g)
- 110 g de chocolat blanc (dans l'idéal de couverture Ivoire)
- groseilles

Faire fondre le chocolat au bain-marie. Mélanger les oeufs, le sucre le jus et le zeste des citrons (préalablement lavés). Verser tout dans une casserole et cuire à feu doux, tout en mélangeant, jusqu'à ce que la crème épaississe.
Verser sur le chocolat en 2-3 fois (émulsion) puis passer au mixer. Verser dans des verrines et laisser prendre au réfrigérateur au moins 3 heures. Servir avec des groseilles. La crème se garde bien 1 jour au réfrigérateur.


Versione italiana

Questa crema, ideata da un grande pasticciere, Frédéric Bau della scuola Valrhona, è stata un'ossessione subito dopo averla vista sul blog francese di Pascale. Succede anche a voi vero? Avere una voglia impellente per giorni di realizzare una ricetta.
Questa cremina al limone, simile al lemon curd ma più setosa, delicata, è stata pensata anche con intenti salutisti : usare il cioccolato bianco per la consistenza in modo da diminuire la quantità di uova e zucchero e non mettere burro. Ho modificato qualche virgola nelle proporzioni e me ne sono innamorata. Per renderla ancora più fresca (e acidula) l'ho servita con dei ribes ma già da sola è una meraviglia... Se vi piace il limone, non ci rinunciate, ci vuole solo un quarto d'ora :-)
Buon inizio settimana!

Crema al limone e cioccolato bianco (senza burro) (per 4 persone)

- 130 g di succo di limone appena spremuto
- la scorza di 2 limoni non trattati
- 30 g di zucchero
- 2 uova intere (100g)
- 110 g di cioccolato bianco di copertura (Ivoire) o comunque il migliore possibile
- ribes

Sciogliere il cioccolato a bagnomaria. Mescolare le uova con lo zucchero, il succo e la scorza dei limoni. Mettere in un pentolino su fuoco lento e mescolare finché la crema non diventi più densa (deve velare il cucchiaio). Versarla sul cioccolato in due volte (emulsione) poi frullare (facoltativo).
Mettere la crema in dei bicchierini e lasciar raffreddare in frigorifero per almeno 3 ore. Servire con dei ribes.