mardi 31 janvier 2012

Crêpes : recette de base et quelques astuces

Crêpes...

Versione italiana più giù

Il est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de recettes de crêpes ici et pourtant, nous les aimons énormément. Elles ont bercé mon enfance. C'est la spécialité de ma maman, française, le plat cadeau qu'elle nous faisait le dimanche pour nous faire plaisir ou pendant les fêtes d'anniversaire avec nos copains (je n'oublierai jamais leur enchantement devant les crêpes chaudes au chocolat, ils ne s'y attendaient pas).
En plus, même si cela peut surprendre, les crêpes (crespelle) sont aussi entrées dans la tradition culinaire italienne plutôt du centre-nord. Elles sont en général un peu plus épaisses et s'utilisent surtout salées à la place des pâtes fraîches (comme les lasagnes, et oui) mais je vous en reparlerai.
Pour l'instant (et pour toute la semaine) nous restons dans la cuisine française :-)
En cette semaine de chandeleur nous ne vous étonnerez pas que je vous propose la recette facile des crêpes dans ma rubrique techniques de base. C'est toujours pratique d'avoir la base sous la main non ?
Les gestes sont simples mais il est important de bien choisir les matère première, appliquer quelques astuces pour le moelleux et surtout les faire reposer (je vous explique plus bas pourquoi).

La recette est classique et inratable j'aime y ajouter de l'alcool ou de la bière mais vous pouvez les omettre.
Autre point important, la chaleur de la poêle, ni tiède ni trop chaude, la pâte doit prendre mais ne pas figer trop vite. Vous verrez après la 2ème crêpe vous trouverez l'équilibre.

dimanche 29 janvier 2012

Chou-fleur rôti - Cavolfiore arrostito

Roasted cauliflower

Versione italiana più giù

Le chou-fleur malgré son nom romantique (il y a bien le mot fleur non ? ;-) ne l'est pas forcément. Beau et candide, son odeur ne fait pas toujours des adeptes. Et pourtant c'est bon, sain et de saison (on dirait un slogan ;-). Ceci dit, comme souvent, j'ai envie de lui donner un air ou un goût sexy : qu'il soit en salade avec des oranges, gratiné au pecorino, en purée avec la fontina....ici il est tout simplement rôti avec des saveurs italiennes. Vous pouvez bien entendu l'assaisonner à vôtre guise avec des épices, d'autres herbes mais faites attention au choix car il cuit à haute température.
Le petit goût de rôti, son léger croustillant et ses parfums végétaux sont très agréables. Les légumes tout simplement rôtis sont en effet très très attrayants, le chou-fleur ne fait pas exception.
Encore une jolie recette (ou assemblage) où il ne faut rien faire et surtout, qui permettra aux plus récalcitrants d'aimer cette fleur...
Bonne soirée à tous !

Chou-fleur rôti aux herbes, anchois et câpres (pour 4 personnes)

- 1 chou-fleur moyen bien blanc et sans taches
- 40-50 ml d'huile d'olive vierge extra
- 2 filets d'anchois à l'huile d'olive
- 1 cs de jus de citron ou de vinaigre +zeste
- 1 cs de câpres sous sel et dessalées (½ h dans l'eau et bien rincées)
- origan séché, persil, piment d'oiseau, sel...

Préchauffer le four à 200°C. Enlever le vert du chou-fleur et couper les branches (on obtient de petits bouquets). Les poser sur une plaque légèrement huilée et saler. Mixer l'huile avec les câpres, les anchois, les herbe et le piment. Badigeonner le chou-fleur avec cette préparation en ayant soin de bien recouvrir tout le légumes, les retourner si besoin. Cuire pendant 40 minutes environ, le temps que le chou-fleur devienne plus tendre tout en se colorant (dans certains endroits il sera plus noir) et en ayant des parties grillées. Enlever les herbes qui ont noirci. Servir chaud ou tiède comme accompagnement de viande ou poisson.

Versione italiana

Un nome con una doppia identità, il cavolo non sempre amato per il suo odore e il fiore, per l'aspetto così intrigante. Il cavolfiore è buono e sano (non è una pubblicità ;-) però riconosco che a volte bisogna dargli un tocco un po' sexy per farlo piacere. In insalata con l'arancia, gratinato con il pecorino....oggi è ancora più pigro, è semplicemente arrostito (un po' come i finocchi, una cosina facile e geniale). E naturalmente l'ho aromatizzato con sapori mediterranei come erbe, capperi... ma potete fare come vi pare.
Un'altra ricetta dove non bisogna fare prati camente nulla, perfetta per la domenica sera :-)

Cavolfiore arrostito alle erbe, acciughe e capperi (per 4 persone)

- 1 cavolfiore medio, sodo e senza macchie
- 40-50 ml d'olio d'oliva extra vergine
- 2 filettti d'acciughe sott'olio
- 1 cucchiaio di succo di limone (+ scorza) o aceto
- 1 cucchiaio di capperi sotto sale e dissalati (una mezz'ora nell'acqua e ben sciacquati)
- origano, prezzemolo, peperoncino, sale...

Scaldare il forno a 200°C. Togliere la parte verde del cavolfiore, ricavare le cimette. Sistemare il cavolfiore su un taglie oleata e salare. Frullare l'olio con le acciughe, i capperi, le erbe e il peperoncino. Irrorare il cavolfiore con questo condimento avendo cura di oliarlo bene tutto (riggiarli anche con le mani). Cuocere per una quarantina di minuti, il tempo che il cavolfiore si ammorbidisca ma si colori e diventi più sodo in superficie (alcune parti saranno più scure). Togliere eventualmente le erbe annerite. Servire caldo o tiepido con carne o pesce.  

jeudi 26 janvier 2012

Velouté de topinambours au coco et curry rouge

Velouté de topinambur au curry rouge

Versione italiana più giù

Décidément cette semaine, c'est la semaine de la cuisine facile. On mélange tout et on attend que ça cuise. Très pratique quand on a très peu peu de temps mais on est gourmands ;-). Nous sommes en hiver (vraiment ? ;-), c'est donc le festival des racines et de tout ce qui pousse sous la terre dont les topinambours. Comme pour beaucoup d'entre vous, c'est une découverte assez récente (elle ne remonte pas à l'enfance) mais j'adore son léger goût d'artichaut, son côté, doux, aqueux...
Aujourd'hui le topinambour, loin des souvenirs de guerre de nos grands-mères, a décidé de s'habiller exotique, thaï (et très facile).

mercredi 25 janvier 2012

Cake au chocolat et raisins inspiré de Thierry Mulhaupt

Soft chocolate cake
Versione italiana più giù

Encore du chocolat et un gâteau pour le petit déjeuner ou le goûter. Voici donc un cake au chocolat très moelleux et différent des autres, vu sa texture, sa composition. La recette, un peu réinterprétée, vient du pâtissier talentueux Thierry Mulhaupt (alsacien lui aussi ;-). Je l'ai découverte sur le blog de Mercotte qui en avait fait un bel éloge. Pascale aussi d'ailleurs est tombée sous le charme.
Ce qui m'a interpellée est la proportion de blancs d'oeuf, l'absence de levure (compensée par les blancs ;-) ainsi que la présence des amandes. Vu que je me retrouve depuis Noël avec une grande quantité de raisins secs, j'ai décidé d'en ajouter pour le côté humide et fruité qui se marie bien avec le chocolat. C'est aussi pour ça que j'ai un peu modifié les proportions.
Concernant les cake en général, notamment quand s'ils sont grands je vous conseille de ne pas les cuire à trop haute température car ils risquent de sécher (160-170°C va bien) et lentement. Le dicours est différent pour les cake individuels.
Le procédé est précis (en même temps il vient d'un pâtissier) mais vraiment facile.

mardi 24 janvier 2012

Biscuits croustillants aux flocons d'avoine et chocolat (sans beurre)

Biscuits au chocolat et flocons d'avoine

Versione italiana più giù

Vous devez improviser des biscuits au chocolat et avez des flocons d'avoine qui dorment dans le placard par hasard ? Ces rochers sont pour vous ! Une recette géniale, délicieuse et qui ne prend que 5 minutes de préparation et qui vous permet d'utiliser le beurre de noix de cajou (ou de cacahouètes) à la place du beurre (juste pour s'amuser). Je crois même que j'en ai mangé à moi seule la moitié de la fournée. Il fallait que je goûte non ? et avec l'excuse du côté sain des flocons d'avoine me voilà eue :-)

dimanche 22 janvier 2012

Pinolata: gâteau toscan à la crème et aux pignons (Trattoria)

Pinolata : gâteau toscan à la crème pâtissière et aux pignons
Pinolata
Versione italiana più giù

La pinolata, gâteau typique de la Toscane (notamment de Sienne) est un vrai cocon. Tout doux au bon goût de crème pâtissière et de pignons, c'est le gâteau de grand-mère qui a accompagné l'enfance de beaucoup d'amis. Vous les trouverez aussi dans les trattorie toscanes ou le dimanche en famille.
Pinolata vient du mot pinoli : pignons. On utilise beaucoup les pignons en Italie que ce soit dans les plats salés ou sucrés et je dois dire (pour avoir aussi un pin dans mon jardin italien) qu'ils sont vraiment très bons (et chers). Comme moi, beaucoup d'entre vous ont sûrement de beaux souvenirs liés à l'ouverture des pignons, les mains noires, les pierres et la curiosité, la gourmandise de chaque enfant ravi d'avoir trouvé seul un petit quelque chose à manger.
Ce gâteau est très simple à faire mais aussi en goût. Il y a le croustillant des pignons, la pâte est un peu moelleuse et cache en son coeur de la crème pâtissière et des pignons. Difficile de faire plus réconfortant.

vendredi 20 janvier 2012

Carabaccia: ancienne soupe à l'oignon italienne

Carabaccia: Tuscan onion soup

Versione italiana più giù

Cette fois-ci nous sommes en Toscane, à Florence, avec une soupe magnifique (à l'époque servie aux princes...aujourd'hui en trattoria :-) qui nous vient de la Renaissance : la carabaccia. Découverte il n'y pas très longtemps, j'ai été absolument fascinée par ses origines, son procédé, sa saveur sucrée-salée qui pourtant est encore très actuelle.
Le nom est bizarre j'en convient, apparemment il se réfère à une sorte de soupière où elle était servie. Totalement végétale, douce avec des ingrédients luxueux pour l'époque (comme le miel ou le sucre, les épices et les amandes), la carabaccia était chère à Léonard de Vinci. 
Il semblerait même (ne vous fâchez pas ;-) qu'elle soit l'ancêtre de la très française soupe à l'oignon gratinée. Catherine de Médicis l'exporta (avec d'autres ingrédients comme l'estragon) en France quand elle épousa Henri II d’Orléans.
Une soupe qui a des racines, une histoire...
Mise à part ces considérations, c'est vraiment bon. Je l'ai servie à des invités sans rien dire sur les ingrédients et ils ont adoré.

jeudi 19 janvier 2012

Comment préparer les gnocchi de pomme de terre (2 recettes)

Making gnocchi...

Versione italiana più giù

Voici notre rendez-vous mensuel sur les bases de la cuisine et pâtisserie (comme le risotto, les meringues...) Pour rester dans le thème trattoria et l'Italie (et suite à de nombreuses demandes) je vous parlerai de gnocchi de pomme de terre. Faits maison c'est un délice. En réalité je m'étais déjà lancée dans cet exercice au tout début du blog dans ce billet où je raconte mes mésaventures liées aux gnocchis.
Je vous donne ici deux versions de gnocchi (pas de s en italien)Toutes deux sont valables et très bonnes. J'alterne en fonction de ce que j'ai sous la main mais personnellement je préfère la recette avec les oeufs (entiers ou que des jaunes) pour la texture. La différence est subtile hein. De plus je trouve que la version aux oeufs se congèle mieux. Après c'est une question d'habitude et de tradition.

Comme vous savez, les gnocchi sont très ancrés dans la tradition italienne (je commence à me répéter). Les plus connus et mangés sont ceux de pomme de terre mais ce n'est pas les plus anciens. Apparemment ces boulettes à l'origine à base de farine, de semoule ou de pain, remontent très loin dans le temps. Ceux de pommes de terre ont commencé à connaître un grand succès à partir du XIXème siècle (grâce aussi au célèbre livre de Pellegrino Artusi, dont je vous parle souvent mais je deviens passéiste ;-).
Au centre de l'Italie et notamment à Rome, on avait l'habitude de manger les gnocchi le jeudi (et le vendredi le poisson, notamment la morue). Ils étaient donc préparés maison qu'une fois par semaine, aujourd'hui on peut en manger tous les jours. Un plat à l'origine pauvre qui est devenu un plat de fête, rustique ou élégant.

Mais revenons à nos gnocchi (pluriel de gnocco qui signifie aussi boule et difficile à avaler ;-))
Si vous suivez ces conseil tout simples vous ne pouvez pas les rater et surtout vous vous régalerez. Moelleux, fondants et gentils (rien à voir avec les gnocchi qu'on achète).

PRÉCAUTIONS

mercredi 18 janvier 2012

Saltimbocca alla romana: escalopes de veau au jambon (Trattoria)

Saltimbocca alla romana

Versione italiana più giù

Encore, un petit tour dans une trattoria au coeur de Rome qui sent bon la viande, le fromage, le vin, le bois...et cette ambiance détendue, rieuse et gourmande. Avec les spaghetti à la carbonara, les saltimbocca à la romaine c'est un peu ce qu'il y a de plus classique depuis très longtemps. Saltimbocca, un nom super rigolo qui signifie littéralement saute dans la bouche : c'est si bon que ça se mange tout seul, :-) Des fines tranches de veau, avec du jambon cru de Parme et de la sauge, cuites dans le beurre (oui oui on utilise aussi du beurre en Italie ;-). Une cuisson minute, parfumée et zéro risques. N'ayez crainte, même si ça cuit un peu plus ce sera toujours bon.
Je trouve ce plat d'une élégante simplicité (mais voyons Edda nous sommes en train de parler d'escalope de viande, n'éxagérons rien ;-). Oui croyez-moi même si c'est un plat de tous les jours que l'on mange souvent le dimanche aussi, il est très réussi !

Je vous donne la recette traditionnelle qui date de plus d'un siècle. Sur l'origine Pellegrino Artusi en parlait déjà en indiquant qu'ils les avait mangé dans une trattoria à Rome qui s'appelait Le Venete (les Vénitiennes). Ce détail a fait penser à un plat d'origine du Nord, certains disent même de la Lombardie, de Brescia précisément. Toujours est-il que de Rome ce plat a voyagé dans tout l'Italie pour arriver à l'étranger.
Il y a aussi d'autres variantes : roulé, un peu fariné, cuit seulement dans l'huile... Mais ne mettez pas d'autres ingrédients (genre fromage) vous changeriez complètement l'équilibre. En particulier, ce parfum de sauge avec le jambon est unique.
Prochain billet...rendez-vous mensuel avec une technique de base :-)

Saltimbocca à la romaine (escalope de veau au jambon) (pour 4 personnes)

- 12 tranches de grenadin de veau bien fines (quelqyes mm, demander au boucher)
- 6 tranches de jambon cru de Parme
- 12 feuilles de sauge fraîches
- 60 g de beurre (+ un peu d'huile d'olive, facultatif)
- vin blanc sec

Mettre les tranches entre deux feuilles de papier sulfurisé ou papier film et les écraser à l'aide d'un casserole (ainsi elles seront encore plus fines). Poser la moitié d'une tranche de jambon sur chaque tranche de veau, puis poser une feuille de sauge et bloquer avec un cure-dent.
Chauffer la moitié du beurre dans une poêle jusqu'à ce qu'il devienne mousseux (attention à ne pas le faire brûler, utiliser éventuellement aussi un peu d'huile. Mise à jour: on me dit que c'est une erreur. Dans ce cas mélanger les deux matières grasses à froid). Poser la moitié de la viande côté jambon, laisser cuire 2-3 minutes jusqu'à ce que le jambon soit un peu grillé puis retourner et cuire de l'autre côté 2-3 minutes. Verser un peu de vin blanc et laisser évaporer. Procéder de même avec le reste de viande. Servir chaud avec la petite sauce.

Saltimbocca

Versione italiana

I saltimbocca: un nome carinissimo per un piatto semplice ed elegante. Mi ricorda le trattorie a Roma, le domeniche dagli amici. I saltimbocca funzionano sempre, un equilibrio perfetto. Insieme alla carbonara sono profondamente romani e poi hanno viaggiato all'estero che interpretazioni (ehm ;-)
Sulle origini si pensa siano romani, ne parlava già Pellegrino Artusi ma alcuni rivendicano l'origine bresciana.
Ci sono naturalmente varianti da famiglia a famiglia, alcuni, infarinano la carne, usano solo olio, le arrotolano...
Queste sono quelle di casa, semplicissime e zero rischi visto che la cottura è rapida e neanche troppo delicata.
Prossimo post...la mia rubrica mensile sulle basi ;-)

Saltimbocca alla romana (per 4 persone)

- 6-8 fettine fine di noce di vitello
- 8 fette di prosciutto di Parma
- 16 foglie di salvia fresche
- 50 g di burro (+ un pò d'olio d'oliva, facoltativo)
- vino bianco secco

1. Mettere le fettine di vitello tra due fogli di carta forno a pellicola e schiacciarli con il batticarne (o anche una pentola. Devono essere spessi qualche millimetro (oppure chiedere al mascellaio di farlo). 
2. Dividere in due (o lasciare così) poggiare mezza fetta di prosciutto e una foglia di salvia, bloccare con uno stuzzicadenti. 
3. Far sciogliere la metà del burro in una padella e farlo schiumare (non deve bruciare, eventualmente mescolare olio e burro a freddo). Cuocere la metà delle fettine lato prosciutto per 3 minuti circa il tempo che si stacchi e diventi un po' croccante. Riggirare cuocere ancora qualque minuto. Versare un pò di vino e lasciar evaporare. Procedere allo stesso modo con l'altra metà della carne. Servire caldo con la salsina.  

lundi 16 janvier 2012

Les authentiques spaghetti alla carbonara (Trattoria)

Spaghetti carbonara recette astuces histoire
Pâtes à la carbonara
Versione italiana più giù

Je vous avoue que je n'aurais jamais pensé publier ici la recette des spaghetti à la carbonara, un grand classique de Rome et qui a fait le tour du monde (avec des fois des drôles d'interprétations). Un peu comme le tiramisù traditionnel, cela me semblait presque banal alors que nous adorons ça.
Et puis suite à plusieurs demandes, de lecteurs mais aussi de mon frère (choqué qu'il n'y ait pas cette recette sur le blog ;-). Suite aussi à mes affinités avec les classiques notemment italiens (comme les spaghetti cacio e pepe par exemple)... j'ai décidé de vous présenter la vraie carbonara, avec le guanciale (charcuterie issue de la joue de cochon, typique de Rome ramenée d'Italie). Très simple et absolument irrésistible.
Au fond c'est un plat minute, de tous les jours (même si costaud) et populaire avec uniquement 4 ingrédients : les pâtes, le guanciale, les oeufs et le fromage (pecorino romano de préférence). Donc pas de crème, pas de vin, pas de laurier ou autre... Un recette presque du placard mais vraiment magique.

samedi 14 janvier 2012

Coings au vin rouge (Barolo?) - Cotogne al vino rosso

Quince with red wine...

Versione italiana più giù

Le rouge et le noir. Le pere al Barolo (poires au vin rouge spécial, j'y reviens) : un grand classique en Italie et pas que. Ma mère les préparait souvent (j'ai encore son vieux livre des années 70' avec la recette). Dessert né dans un milieu paysan et viticole, on le trouve désormais sur les cartes des desserts des trattoria mais égalmement des restaurants, des bistrots. Au fond c'est des poires au vin non ?
C'est aussi un des premier desserts (avec le tiramisù ;-) que j'ai préparé à 20 ans et nous l'aimons toujours autant...
Le Barolo : un vin rouge d'exception originaire du Piémont (en particulier dans la région de Cuneo). Appellé aussi le roi des vins en Italie, il est produit avec un seul cépage, le nebbiolo. Pour des raisons historiques, les vins italiens sont caractérisés par une grande variétés de cépages que l'on ne trouve pas forcément dans les autres pays. Je ne vous cache pas que son prix est elévé mais c'est une expérience à vivre à mon avis.
Je fais un peu outing car je ne suis pas une buveuse de vin (la seule d'ailleurs, avec ma mère, en famille... les hommes sont des grands amateurs). J'aime beaucoup leur goût, leur parfum mais pour des raisons sur lesquelles je ne vais pas m'attarder, je n'en bois pas beaucoup. D'ailleurs si vous cherchez un joli blog sur le vin et la cuisine, allez chez Stéphanie de Un mets dix vins :-)
Ceci dit j'ai des grands coups de coeur, de ceux qui restent pendant des années.

jeudi 12 janvier 2012

Soupe de chou et salami piquant - Zuppa di verza con soppressata calabrese

Cabbage soup with spicy salami

Versione italiana più giù

Toujours en période végétale et hivernale (le chou : le légume de saison, super sain) mais avec une petite touche du sud et piquante : un salami calabrais, la soppressata (qui signifie pressée). La Calabre est par ailleurs le règne des piments super piquants mais aussi de la bergamote et de la réglisse :-) Vous en trouvez aussi dans les Pouilles et la Basilicate. Celui de la Calabre a un label protégé.
Ce salami, aux origines très anciennes, est composé de piment et d'épices bien sûr mais aussi de poivron, d'où sa couleur. Très parfumé. Généralement en Italie on sert les charcuteries plutôt à l'apéritif mais ici c'est un accompagnement à quelque chose de chaud. On est en hiver non?
Cette soupe est vraiment un mariage Nord-Sud de l'Italie (ou de l'Europe). Le chou très utilisé au Nord en soupe mais aussi avec des pâtes et des viandes et un salami piquant au poivron (qui s'apparente au chorizo) en direct du talon de la botte. Un côté rustique très simple (le chou à l'état pur mais vous pouvez ajouter du fromage, de la crème, des pommes de terre...) et le salami. Une soupe virile et frugale.

mercredi 11 janvier 2012

Budino de pommes de terre et pommes (sans gluten)

Budino di patate e mele

Versione italiana più giù

Petit retour sur la cuisine italienne, tendance végétale et pleine de secrets. Vous avez bien compris, c'est un gâteau... mais avec des pommes de terre et des pommes. Tous les types de pommes réunies ;-). La présence des noisettes (à la place de la farine) permet d'en faire un dessert sans gluten très intriguant. 
En Italie il existe de très nombreux plats à base de pommes de terre. A part les gnocchi (recette ICI) vous avez aussi des pains, des pizza, des salades, des gâteaux... C'était souvent un ingrédient moins cher que la farine.
Ici nous avons un budino qui remonte loin dans le temps (deux siècles ;-) Non pas du boudin mais une sorte de gâteau-flan, qui peut être bien crémeux comme la crème caramel, très léger au citron ou ressembler à un pudding comme le budino di colomba. Un univers très vaste. En général il est caractérisé par sa cuisson douce, son côté réconfortant d'enfant, de grand-mère. On les appelle aussi dolci al cucchiaio (gâteaux que l'on mange à la cuillère :-)
J'avais envie de vous le faire découvrir. Je me suis inspirée du budino di Pellegrino Artusi (le fameux auteur classique dont je vous ai parlé ici) et d'une belle recette, plus moderne péchée dans un ancien numéro de La cucina italiana...un peu-beaucoup modifiée (dont la présence de l'huile d'olive).

D'accord d'accord mais qu'est-ce que ça donne me direz-vous. Une pâte très moelleuse, c'est fondant, humide et fruité grâce aux pommes. Simple, franc, au goût d'enfance... Méditerranéenne. Un gâteau sain que vous pouvez préparer aussi quand il vous reste des pommes de terre cuites. Ne pas révéler le secret à vos invités avant qu'ils n'aient goûté ;-) Vous pouvez les servir avec une glace à la vanille (de Pierre Hermé ou au lait concentré, toutes deux à tomber).

A ce propos, je voulais vous demander si vous connaissiez d'autres desserts traditionnels (européens ou pas) à base de pommes de terre. Il me semble d'avoir vu des beignets, des brioches...

Gâteau sucré de pommes de terre, pommes et noisettes (pour 4-6 personnes)

- 300 g de pommes de terre farineuses (genre Bintje) cuites à l'eau et si possible, encore tièdes
- 100 g de sucre + un peu
- 100 g de poudre de noisettes
- 80 g d'huile d'olive
- 2 oeufs
- 2 petites pommes ou 1 grosse (Royal Gala, Golden ou Reinette)
- cannelle ou vanille

1. Préchauffer le four à 200°C. Eplucher les pommes et les couper en fine tranches. Former 4 ou 6 cercles sur une plaque recouverte de papier cuisson en superposant les tranches. Badigeonner avec 20 g d'huile et saupoudrer de sucre. Cuire pendnat une dizaine d eminutes au four pour les faire caraméliser.
2. Ecraser les pommes de terre, ajouter les noisettes puis les oeufs et mélanger. Ajouter le reste d'huile (60g), le sucre et deux pincées de cannelle.
Poser les pommes au fond d'un ramequin huilé et saupoudré de sucre puis ajouter la pâte à base de pommes de terre. Poser les ramequin dans un bain-marie (moule rempli d'eau chaude jusqu'à ¾) et cuire à 180°C pendant un quart d'heure environ. Laisser lègèrement tiédir, démouler et servir.
Ces gâteaux gardent bien leur moelleux un jour.

Gâteau aux deux pommes

Versione italiana

Le patate, il grande alimento che ha salvato molti popoli dalla carestia ma soprattutto che ha stimolato l'immaginazione. Oggi non potremmo più farne a meno. Le patate sono buone, simpatiche e ottime amiche....anche nel pane, nel dolce. Sì confesso questo è un dolce. Strano modo di tornare alla cucina italiana vegetale (d'altra parte anche l'Artusi parlava di budino di patate e sottolineava che in questi casi è meglio non rivelare ai commensali gli ingredienti ;-)
Questo budino è ispirato (con parecchie modifiche tra cui l'olio d'oliva) ad una ricetta tratta da La cucina italiana. Mi piaceva l'idea di giocare con le mele e le patate (che in francese hanno nomi simili ;-). Il risultato è super confortante, morbido, sano e il tocco delle frutta ci sta benissimo.
Da servire tiepido con un gelato alla vaniglia.

A questo proposito, conoscete altri dolci tipici di altri paesi a base di patate?

Budino di patate, mele e nocciole (per 4-6 personnes)

- 300 g di patate bianche farinose lessate (possibilmente ancora un po' tiepide)
- 100 g di zucchero + un pò
- 80 g d'olio d'oliva
- 100 g di farina di nocciole (nocciole tritate molto finemente con poco zucchero)
- 2 uova
- 2 piccole mele o una grossa (Royal Gala, Golden o Reinette)
- cannella o vaniglia

1. Scaldare il forno a 200°C. Sbucciare le mele e tagliarle a fettine sottili. Formare 4 o 6 cerchi su un placca coperta da carta forno, facendo accavallare le fettine. Spennellare con 20 g d'olio d'oliva e cospargere di zucchero. Cuocere per una decina di minuti.
2. Nel frattempo schiacciare le patate aggiungere le nocciole ed incorporare le uova. Aggiungere il resto d'olio (60g), lo zucchero e due pizzichi di cannella.
Oliare e cospargere di zucchero degli stampini individuale (di ceramica o metallo), poggiare sul fondo i cerchi di mele poi aggiungere l'impasto alla patata. Cuocere a bagnomaria (in un stampo riempito d'acqua calda a ¾) a 180°C per un quarto d'ora. Fare intiepidire poi rovesciare e servire.
Rimangono morbidi per un giorno.

mardi 10 janvier 2012

Beurre de noix de cajou maison - Peanut butter?

Beurre de noix de cajou 

Versione italiana più giù

Un test (réussi) parce que c'est toujours plus rigolo de le faire soi-même... Voici le beurre de noix de cajou maison : un beurre végétal, mono-ingrédient ;-)
Quand on prononce le mot peanut butter, (miam) on pense immédiatement à l'Angleterre et aux Etats Unis, à leur sandwich beurre de cacahouètes et confiture (pour lesquels je ne raffole pas d'ailleurs). On en vend partout. 
Pourtant c'est si facile de la faire à la maison. Enfin, il faut avoir un peu de patience et un bon mixeur. En plus, il peut faire office d'ingrédient alternatif, dans ce cas on l'appelle purée de noix de cajou ;-) Il peut remplacer le beurre (testé et approuvé) dans une sauce pour la lier, dans des biscuits...

lundi 9 janvier 2012

Salade de mâche, pomme et noix de cajou - Insalata tutta verde agli anacardi

Salade de mâche, pomme et noix de cajou

Versione italiana più giù

Encore du vert. Après le cake au thé matcha voici une salade très légère et parfumée (il faut bien un peu de light non? ;-). 
Tout est né car au nouvel an j'ai préparé (une fois n'est pas coutume) un menu d'inspiration Thaï à base de poisson, pour changer (avec cette soupe de curry rouge aux crevettes, cette glace au coco...). Heureusement tout le monde a apprécié (y compris ma belle-maman italienne, j'avais un peu peur d'aller hors tradition ;-). Je cherchais de la papaye verte pour la faire en salade mais je ne l'ai pas trouvée près de chez moi. Et le 31 je n'ai pas eu le courage d'aller jusqu'à l'immense Tang Frères. Du coup en papotant avec un vendeur de légumes que j'aime bien (chinois d'ailleurs) il m'a dit qu'on peut la remplacer par de la pomme verte. Ce n'est pas du tout la même chose au niveau du goût mais c'est bon.

dimanche 8 janvier 2012

Cake pain de Gênes au matcha

Matcha cake

Versione italiana più giù

Un gâteau tout vert du dimanche, ultra moelleux, au goût intrigant du thé matcha et parfait pour le petit déjeuner.
En realité, j'avais envie de passer au salé (plein de légumes, ça va venir ;-) mais ce cake était là depuis octobre, tout sage en train d'attendre son tour. Préparé avec la pâte d'amandes maison (vous avez le billet complet ICI), il espérait passer juste après, mais non... Noël, les plats italiens...le pauvre. Là, je devais vous le présenter.
En plus, d'être bon, ce cake est spécial. Premièrement car c'est une recette (trouvée dans Thuriès de septembre) du grand pâtissier Frank Fresson, Meilleur Ouvrier de France. J'ai eu la chance de le croiser à Oloron, lors du Concours International de la Photographie Culinaire : une personne gaie, décontractée, toujours souriante et très chaleureuse. C'est un homme passionné et d'un jovial incroyable (très rock and roll ;-). Ses recettes sont originales, avec beaucoup de feeling pour les produits japonais. Vous en avez la preuve ici (j'ai simplifié la recette : sans figues ni crème de vinaigre balsamique)
Deuxièmement, la pâte est très intéressante.

vendredi 6 janvier 2012

Couronne des rois à l'épeautre - Brioche al farro e fior d'arancio

Couronne des rois
Versione italiana più giù

Aujourd'hui c'est l'Epiphanie et nous restons dans le Sud (de la France) au soleil. Après la galette des rois feuilletée (à tomber, avec une pâte spéciale) voici la couronne brioche des rois. Cette dicothomie de traditions Nord-Sud, feuillatege-brioche, m'a toujours frappée et amusée.
Apparement la tradition de la fève est très ancienne et remonte aux temps des romains ;-) puis elle s'est répandue et a voyagé même en Outre-Atlantique (je vous laisse lire l'histoire très intéressante sur Wikipédia).
La galettes des rois est une tradition qui existe dans beaucoup de pays. Notamment sous son format brioche, nous la retrouvons aussi en Italie (du Nord et oui ;-), en Espagne, au Portugal, au Mexique et en Grèce. Vive la gourmandise !
Chez nous, on a toujours fêté et la Befana et la galette des rois (c'est l'avantage d'avoir deux origines, on essaie de prendre le meilleur des deux ;-)

jeudi 5 janvier 2012

Calissons aux cerises et fleur d'oranger

Calissons aux cerises

Versione italiana più giù

Vous pensiez que la saga des calissons était finie ? Et bien non mais ne vous inquiétez pas, je ne partirai pas dans des dates ou des souvenirs d'enfance (je vous laisse tranquilles ;-)
Après les classiques calissons d'Aix voici une version moderne, glamour, chic même.
Une fois maîtrisée la base, on a envie d'habiller les calissons avec tous les ingrédients. Et le livre de José Maréchal, Calisson maison y est sûrement pour quelque chose (il donne envie de préparer des calissons pendant une semaine, le problème après c'est les manger ou alors il faut avoir plein d'amis, une fête en vue...)

mardi 3 janvier 2012

Délicieux calissons d'Aix, les vrais ;-)

Calissons d'Aix-en-Provence
Versione italiana più giù

Ah les calissons d'Aix-en-Provence, friandise mythique, petits bijoux aux amandes et melon confit, si délicats !
Chez nous les calissons c'est une longue histoire d'amour. Découverts quand nous étions enfants lors d'un des voyages de ma mère dans le Sud de la France, c'était le cadeau français que nous désirions (mon père demandait de la moutarde ;-). Encore maintenant en Italie, il est très difficile d'en trouver.
Apparemment nés au XIIème siècle en Vénitie ou selon certains en 1454 lors du mariage de René d'Anjou, ils symbolisent l'hostie, le berceau du Christ ou, en allant encore plus loin, la fécondité. Ils font partie d'un des 13 desserts du Noël provençal (si bien décrit d'ailleurs par Françoise sur son blog Saveurs Croisées et par Tiuscha dans Yummy). Le mot viendrait même de calisone, calzone, en italien (latin-vénitien) ou Kalitsounia en grec (il y a en Crète des gâteaux semblables mais aux noix). J'aime toujours ces plats aux origines incertaines, multiples et qui voyagent dans toute la Méditerranée.

lundi 2 janvier 2012

2012 ! Et best of 2011 ;-)

Bonjour à tous et très belle année 2012 !! Je vous souhaite une année de joie (bonheur), santé, d'affection, de jolis projets... et plein d'optimisme !
Pour ma part 2011 a été une année très intense, tant au niveau humain que professionnel. J'ai fait de magnifiques rencontres grâce au blog, j'ai écrit un livre (au cas où vous ne l'aviez remarqué ;-), j'ai cuisiné, photographié et surtout, je l'ai passé avec vous ici en papotant et partageant (pas que des recettes).
Comme chaque année, je vous propose une petite sélection de recettes préférées (enfin une partie, j'ai du mal à choisir, je suis gourmande et j'aime tout ce que je vous propose). Disons que c'est celles qui on le plus plu.
A part cette liste, inconsciemment cette année a été un l'année du citron (en risotto, en boulettes, en crème et chocolat blanc, en tarte meringuée...) du caramel (pot de crème et chocolat, glace, bonbonéclair....) et des boulettes. Allez savoir pourquoi ;-)
Faites CLIC sur la photo pour voir la recette.
Bon début de semaine !