Brioches Brunch Pain Recettes de cuisine Recettes du monde

Estonian Kringel à l’orange et aux marrons

Estonian Kringel with orange and chestnut
Versione italiana più giù

J’ai cédé au charme du Kringel
Estonien : cette couronne brioche tressée aux mille tourbillons, parfumée à
la cannelle ou à la cardamome, typique du Grand Nord et qui se sert
généralement pour les anniversaires. Une brioche pour les dimanches au
chaud, quand il neige dehors et on envie de cocon.
C’est un peu la faute à l’adorable et
très sympathique Manue (La popote de Manue: ses billets ultra
gourmands me mettent toujours de bonne humeur), qui à son tour avait
été influencée par Iza de La petite pâtisserie d’Iza. Ce gâteau
qui tourne depuis un bout de temps sur les blogs anglosaxons, a
commencé à voyager chez nous, à être réinterprété chez Khala,
Paprika, Philou (et son billet plein d’humour), Philo, Tiuscha, Manue B, Kashyle, Isabelle, Stef ô fourneaux, Marie et bien d’autres…
L’envie est arrivée chez moi aussi. Au
point que j’ai commencé à réfléchir à une association de goûts
et en ai préparé trois fois de suite (il disparaît si rapidement
:-). Le marron et l’orange m’ont séduite il y a longtemps dans ces truffes (que je vous conseille vivement) et maintenant les voilà
dans le Kringel. Je vous donne deux variantes de farce : plus orangée
ou plus marronnée 😉

C’est extrêmement simple à faire et
il suffit d’un petit geste (couper en deux la brioche roulée) pour
que la magie des tourbillons opère. Et puis vous pouvez donner libre
cours à votre imagination…

Bonne soirée !
P.S. Si vous connaissez l’histoire de
cette brioche (je n’ai pas trouvé grand chose sur la toile), je suis
preneuse
Kringel Estonien à l’orange et à la
farine de châtaigne
(pour 6 personnes)
Brioche :
– 220 g de farine T45 (ou spécial pizza
en magasin bio) + un peu
– 80 g de farine de châtaigne
– 120 g (ml) de lait tiède
– 30 g de miel de chataîgner
– 30 g de beurre mou
– 4 g de levure de boulanger sèche
active ou 10 g de fraîche
– 1 oeuf
– 2 cs de lait en poudre (en pharmacie ou grande surface)
– ½ càc de sel fin, le zeste d’une
orange non traitée
Garniture :
– 20 g de beurre mou
– 2 cs de sucre roux
– 4 cs de marmelade d’oranges ou de crème
de marrons
– 40 g d’oranges confites en dés ou de
marrons glaçés en morceaux
– 1 jaune d’oeuf + un peu de lait pour
badigeonner
– Sucre glace
1. Préparer la pâte. Mélanger la levure
dans un verre avec 2 cs d’eau tiède et laisser mousser pendant une
dizaine de minutes. Mélanger les farines et le sel dans un saladier
(ou la cuve d’un robot: c’est l’idéal), ajouter le miel. Former un
puit au centre et verser la levure puis le lait. Mélanger jusqu’à
ce que la pâte devienne homogène, incorporer ensuite l’oeuf et
continuer de mélanger jusqu’à ce que la pâte devienne souple et se
détaches des parois. Ajouter enfin le beurre et le zeste d’orange,
mélanger à nouveau. La pâte doit former des sortes de cordes et
rester humide (légèrement collante mais pas trop). Si elle est trop
humide ajouter un tout petit peu de farine et si trop sèche 1 cs
d’eau (cela dépend de la qualité de la farine). Former une boule,
couvrir de papier film ou d’un linge humide et laisser lever dans le
saladier pendant au moins une heure dans un endroit tiède chaud
(autour de 25°C) et sans courants d’air. La pâte doit doubler de
volume.
2. Ecraser la pâte avec les mains sur un
plan de travail fariné de manière à dégazer (enlever l’air). A ce
stade on peut aussi la couvrir et la faire lever au réfrigérateur
pendant une nuit (si on n’a pas le temps par exemple ;-). Sinon l’utiliser de suite. Etaler la pâte à 1cm d’apisseur et en
rectangle. Parsemer de morceaux de beurre mou et de sucre.
Badigeonner avec la marmelade d’orange puis parsemer d’orange confite
ou de marrons glaçés. Ou bien, étaler de la crème de marron et parsemer d’orange confite.
3. Rouler le rectangle dans le sens de la
longueur, assez serré mais pas trop. Mettre le pli vers le bas puis
couper en deux dans le sens de la longueur (on obtient ainsi deux
demi cylindres avec plein de couches dedans). Tresser ensuite les
deux morceaux puis former une couronne. Poser sur une plaque
recouverte de papier cuisson. Laisser lever encore une heure.
4. Préchauffer le four à 180°C.
Badigeonner le Kringel avec le jaune d’oeuf mélangé avec 1 cs de
lait. Cuire pendant une vingtaines de minutes. Il doit dorer. Servir
tiède ou garder dans du papier film
Note : comme pour beaucoup de
viennoiseries, le kringel a tendance a déssècher assez vite. Mieux
vaut le manger rapidement mais cela ne posera pas de problème.
Versione italiana 
Dopo averlo visto varie volte nei blog
(in particolare dalla bravissima Laksmi) ed essere stata rapita da
tutte quelle curve meravigliose, ho ceduto anch’io all’Estonian
Kringel. Si tratta di una coronna di brioche intrecciata, aromatizzata alla
cannella e cardamomo, tipica del grande Nord e servita di solito per
i compleanni. Tra l’atro se conoscete la sua storia, sarei
curiosissima di leggerla.
Prima di me, Patrizia (Via delle Rose) e Claudia (Mon petit bistrot) sono state sedotte anche loro e lo hanno reinterpretato.
Ho cominciato quindi a pensare a come
reinterpretarla, con sapori particolari e mi sono ricordata di questi
tartufini strepitosi all’arancia candita e marrons glacés. Ho quindi
aggiunto un po’ di farina di castagne e di miele di castagne
all’impasto e infine l’ho farcita con marmellata d’arancia e marrons
glacés oppure crema di marroni e arancia candita. Insomma alla fine
ne ho fatte tre versioni: i sapori sono intercambiabili.
Il procedimento è molto facile e anche
veloce (potreste quasi farne una per stasera :-), i diversi strati in
realtà si formano da soli con un semplice gesto: taglio del
salsicciotto di pasta 🙂
Una brioche profumata e dolce perfetta
per le sere a casetta quando fuori nevica (sì ha nevicato hi hi).
Estonian Kringel all’arancia e
castagne
(per 6 persone)
Impasto:
– 220 g di farina forte (manitoba o altro
+ un po’
– 80 g di farina di castagne
– 120 g (ml) di latte tiepido
– 30 g di miele di castagno
– 30 g di burro morbido
– 4 g di lievito di birra secco attivo o
10 g di fresco
– 1 uovo
– 2 cucchiai di latte in polvere
– ½ cucchiaini da caffè di sale fino,
la scorza di un’arancia non trattata
Ripieno:
– 20 g di burro morbido
– 2 cucchiai di zucchero di canna
– 4 cucchiai circa di marmellata d’arance
o crema di marroni (ricetta QUI)
– 40 g d’arancia candita a dadi o di
marrons glacés a pezzi
– 1 tuorlo + un po’ di latte per
spennellare
– zucchero a velo
1. Preparare la pasta brioche. Mescolare
il lievito in un bicchiere con 2 cucchiai d’acqua tiepida e lasciar
fermentare per dieci minuti. Mescolare in una ciotola (del robot, è
meglio) le farine, il sale poi il miele. Versare al centro il lievito
e poi a poco a poco il latte. Lavorare a mano o con la frusta a
gancio finché la pasta non diventa elastica (devo formare delle
corde), omogenea e sis tacca dalla pareti. Se troppo umida aggiungere
poca poca farina e se troppo secca 1 cucchiaio d’acqua. Incorporare
il burro e la scorza d’arancia e lavorare di nuovo.
Formare una palla, corprire la ciotola
con pellicola o un panno umido e far lievitare per almeno un’ora in
un luogo caldo (intorno ai 25°C) e senza correnti. Deve raddoppiare
di volume.
2. Schiacciare la pasta con le mani in
modo da togliere una parte dell’aria. A questo punto si puo’ anche
ricoprire di nuovo e lasciar lievitare infrigorifero per una notte. Oppure si puo’ usare subito.  Stenderla a forma di rettangolo con il mattarello, a 1 cm di spessore.
Cospargere con il burro e lo zucchero poi spennellare di marmellata
d’arance (o crema di marroni) e cospargere d’arancia candita o
marrons glacés.
3. Arrotolare (non troppo lento) nel senso
del lungo per ottenere un salsicciotto. Mettere la piega verso il
basso e tagliare in due il cilindro. Intrecciare i due pezzi poi
formare una corona. Sistemarla su una placca coperta da carta forno e
lasciar lievitare un’ora
4. Scaldare il forno a 180°C.
Spennellare il Kringel con il tuorlo sbattuto con un cucchiaio di
latte poi cuocere per una ventina di minuti. Deve dorare. Servire
caldo o tiepido cosparso di zucchero a velo.
Nota: come molti di questi tipi di
lievitati hanno tendenza a disidratarsi, meglio quindi mangiarli
appena fatti (ma ciò non pone problemi immagino :-).

34 Commentaires

Commenter

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer