Brioches Desserts Espagne Recettes de cuisine Recettes du monde

Ensaïmada (brioche espagnole)

Ensaimada recette brioche espagnole
Ensaimada brioche espagnole

Je ne sais pas si vous connaissez l’ensaimada ou les ensaimadas (si en version individuelle comme ici). Il s’agit de brioches espagnoles, typiques de Majorque toutes douces avec une texture unique (oui il y a plein de petits secrets de préparation, très faciles mais qui demandent un peu de patience). C’est la délicatesse personnifiée et en plus si emblématique de l’île !

L’origine est incertaine, il se peut qu’il y ait des influences du Proche-orient (vu le type de tour de main) mais aussi juives (sans le saindoux bien sûr). En tous cas c’est une des brioches espagnoles les plus connues, à juste titre car elles sont délicieuses.

Des spirales moelleuses avec un coeur légèrement feuilleté, au goût essentiel, qui attendent là que l’on allonge la main, qu’on les déguste le sourire aux lèvres, un peu de sucre sur le visage et une tasse de café ou de thé de l’autre… en rêvant de mer et de lumière de Méditerranée.

Je dédie ces ensaïmadas à une chère lectrice, Anne, qui me les avait demandées il y a un bout de temps (ne jamais perdre espoir, il m’arrive de publier des recettes que je souhaite une ou deux années après, heureusement que ce n’est pas un blog mode ! ? 😉

Je vous invite pour le goûter ?

Astuce du jour : utilisez une bonne farine de force (j’en ai parlé ici) et la pâte plutôt froide afin de pouvoir bien l’étaler finement.
Ensaimada vraie recette
Ensaimadas brioche espagnole
Ensaimada vraie recette

Ensaimada ou ensaimadas

Type de plat: Breakfast
Cuisine: espagnole
Temps de préparation: 30 minutes
Temps de cuisson: 15 minutes
Temps total: 45 minutes
Portions: 6 personnes
Auteur: Edda Onorato

La recette de la brioche espagnole (typiques de Majorque), facile, moelleuse et parfumée en version individuelle

Imprimer

Ingrédients

  • 380 g farine pour brioche, de force, riche en gluten (bonne T45, manitoba…)
  • 12 cl eau
  • 120 g sucre
  • 100 g saindoux ou de beurre (environ)
  • 7 g levure de boulanger sèche (ou 20 g de fraîche)
  • huile d’olive vierge extra ou huile végétale
  • 1 oeuf
  • eau de fleur d’oranger facultatif
  • sucre glace pour la finition

Instructions

  1. Dans un saladier ou le bol d’un robot, mélanger la levure avec 5 cl d’eau et 50 g de farine. Couvrir le récipient avec du film alimentaire et laisser reposer 1h. Des petites bulles doivent se former.

  2. Dans le même saladier ou cuve du robot, avec cete sorte de petit levain, ajouter le reste de farine (330 g) mélangée au sucre, l’oeuf, le reste de l’eau (7 cl) et 3 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger. Mélanger et travailler la pâte (avec le crochet si au robot) jusqu’à ce qu’elle devienne, souple, homogène et se détache des parois. Elle sera un peu molle. Si au contraire elle semble un peu sèche, ajouter un tout petit peu d’eau.

  3. Former une boule, l’huiler et la garder dans le saladier ou la cuve du robot. Couvrir le récipient de film alimentaire et laisser lever à température ambiante au moins deux heures. La pâte doit gonfler et doubler de volume. À ce stade on peut aussi tout mettre à lever au frais une nuit et réaliser le reste le lendemain.

  4. Reprendre la pâte. La diviser en 6 pâtons de 80-100 g (mieux vaut les peser et en tous cas diviser le poids par 6) puis former des boules en les repliant vers le dessous. On peut aussi ne réaliser que 4 pâtons pour avoir des spirales plus longues. Huiler un plan de travail (ou si on ne souhaite pas tout salir, huiler une planche à découper). Pendre une boule et l’étaler à l’aide d’un rouleau huilé lui aussi, en la tournant d’un quart de tour à chaque fois, peu à peu. On doit obtenir un rectangle de pâte très fin, presque transparent. Il faut un peu de patience et procéder par petites touches en étirant (sans déchirer), un peu comme un strüdel voire plus (tourte landaise, pâte filo pour les grands pros 🙂

  5. Etaler ensuite dessus du saindoux (l’idéal) ou bien du beurre bien mou, sur toute la surface. Etirer encore un peu les bords de la pâte, puis rouler le tout assez serré du côté long du rectangle afin d’obtenir un boudin. À l’aide de mains huilées (et oui surtout pas de farine) étirer encore un peu le boudin avec les mains ou mieux, en le roulant sur la plan de travail huilé.

  6. Sur une plaque recouverte de papier cuisson, poser le boudin et l’enrouler en forme d’escargot ou spirale en ayant soin de laisser de l’espace (2 cm environ) entre les tours car elle va encore lever. 

  7. Procéder de même avec les autres pâtons et posez les spirales sur la même plaque. Mettre dans le four éteint et laisser lever une à deux heures. Elles doivent gonfler sans pour autant doubler de volume.

  8. Retirer les ensaimadas du four et le préchauffer à 190°C (chaleur statique ou bien chaleur tournante avec la vapeur si on en a).

  9. Enfourner pendant un quart d’heure environ : les brioches doivent un peu gonfler et colorer légèrement (pas trop). Sortir du four, laisser refroidir puis saupoudrer de sucre glace.

Notes

Conseils :

Conservation ; ces brioches sont meilleures une ou deux heures après la préparation mais se conservent bien jusqu’au lendemain. Je n’ai pas testé mais je pense que sans le sucre glace (et bien refroidies) elle peuvent se congeler. Dans ce cas, faites-les décongeler à température ambiante (ou au micro-ondes) et réchauffez-les un peu avant de servir.

Pour vous organiser : préparez la pâte la veille et faites-la lever au frais. Vous pouvez aussi (s’il ne fait pas très chaud chez vous, autour de 15°C) faire lever les spirales plus longtemps (4-5 heures). Après faites toujours attention, vérifiez le volume et l’aspect de la pâte car une levée trop longue fera en sorte que la levure »mangera » tout le sucre et le goût et la texture (elle retombe) seront moins  (voire pas du tout) réussis.

Texture : c’est un brioche très moelleuse (même si un peu aérée), légère en bouche, délicate, avec un léger « feuilletage » à l’intérieur (je dois encore perfectionner le tour de main car plus elle sera fine plus il y aura cet effet final). En effet c’est l’alternance pâte et saindoux (quand on roulé la pâte) qui donne cet effet, un peu comme les brioches suédoises roulées à la cannelle.

Recette : bien sûr il existe nombre de recettes vous pouvez imaginer, avec des proportions un peu différentes avec ou sans la fleur d’oranger (la plupart du temps c’est sans mais j’aime avec ;-). Les points de repères restent : la farine, l’oeuf et le saindoux à l’intérieur et très souvent l’utilisation de l’huile pour travailler la pâte. Ne vous inquiétez pas, à la base la pâte n’est presque pas grasse du coup tous ces éléments vont lui donner du moelleux.

Grande brioche : si vous souhaitez réaliser une brioche unique (comme à l’origine 😉 le procédé reste le même mais il faudra un grand plan de travail pour étaler la pâte (et faire bien attention à ne pas la déchirer) et les temps de cuisson seront plus longs (entre 30 et 40 minutes toujours en vérifiant l’aspect).

Saindoux : j’en avais déjà parlé sur le blog, je l’affectionne (et il fait partie aussi de la tradition italienne comme espagnole) notamment dans les desserts. Il a la texture semblable au beurre ou à l’huile de coco, s’étale très facilement, est absolument neutre en goût. Il est un peu magique. Désormais il se trouve difficilement et à un prix presque d’or ;-). À défaut, utilisez du beurre mou ou même de l’huile vierge extra de coco.

Garniture : la recette d’origine est ainsi, simple, avec du sucre glace mais en Espagne on trouve de plus en plus des ensaimadas garnies avec de la crème pâtissière, de la confiture cabell d’angel (une sorte de courge particulière) ou autre ou même du chocolat… et il y a aussi des versions salées !

Pour la recette, j’ai fait des croisements et me suis largement inspirée (même si avec quelques modifications notamment dans le procédé) d’un livre que j’aime bien : Una merenda a Barcellona de Maria Teresa Di Marco. Ecrit par une amie italienne qui habite depuis des années à Barcellone et qui a publié de nombreux livres de cuisine.

Recette ensaimadas brioches Majorque
Ensaimada
Imprimer

26 Commentaires

  • Bonjour Edda,
    Il me semble qu’il y a une erreur sur la quantité de farine :
    380 g de farine pour la recette
    50 g de farine pour le levain et « 130 g de farine » à incorporer, je crois qu’il faut lire 230 g non ?
    Petit détail, mais toujours un réel plaisir à exécuter vos recettes toujours très abouties, et que je rate jamais, merci.
    Bien cordialement
    Dominique

    • Bonjour Dominique,
      Oui oui tout à fait (la tête ! ;-), merci pour la signalisation, c’est rectifié !
      Et un grand merci pour vos mots !
      À bientôt

  • Je l’attendais depuis longtemps, après avoir vécu en Espagne.
    Je me souviens aussi du « pan de patata » typique de Mallorca. Une idée lancée comme ça.
    Merci pour cette « madeleine » Edda

  • J’ai demandé à mon épouse de me la faire dans les jours prochains. Grande pâtissière devant l’Eternel…on verra comment elle se débrouille ! Merci à vous pour cette recette. JPR

  • Oh merci Edda ! J’en parlais il y a peu de temps avec ma maman, dont les parents étaient mallorquin. Quels souvenirs!
    A chaque fois que nous sommes allés à Palma, nous en avons rapportés. Un délice! Ma maman se souvient exclusivement de celle avec la confiture de cheveux d’ange…. Je vais essayer d’en faire en cachette , et je lui ferai goûter quand elle sera réussie. Encore merci

  • Bonjour Edda,
    J’ai eu l’occasion de découvrir ces brioches, je les connaissais avec cheveux d’ange comme tu l’évoques dans tes notes. Merci pour cette recette ! 🙂


  • Oh dios mios !!!

    que de souvenirs ! je m’en rendais malade quand j’étais petite tellement j’aimais ça lorsque mes parents m’amener en vacances en Espagne.
    Et j’ai reproduit ça avec ma fille depuis quelques années, mais il est vrai que je les achète toujours dans les pâtisseries ou au café car elles ont un goût inimitable.
    Alors merci pour la recette, je vais essayer de me lancer ! Mettre un mini taureau dans le salon, le drapeau espagnol un peu de flamenco et ça devrait peut être recréer cette merveilleuse ambiance.

    Grazie Edda !
    Aurélie

    • Grazie a te, tes souvenirs sont superbes, merci de les avoir partagés ! Oui c’est vrai qu’elle est un peu addictive 😉
      Tu me diras alors (oui oui l’ambiance aide c’est sûr)
      Bon week-end

  • Dona Edda,
    Comment se faire désirer ?
    Délicieuses et addictives petites brioches qui nous ont fait patienter toute l’après midi de dimanche : à faire des bulles , le petit levain, à langoureusement gonfler au chaud sous les rayons de soleil tournants, à se laisser étirer jusqu’à la transparence puis tartiner mollement de beurre, à se laisser rouler finement en colimaçon, à dormir et gonfler encore un peu dans le four tiède, et enfin à dorer juste comme il faut. Le nez poudré neigeux , les joues croustillantes, la bouche tendre et sucrée : un régal !
    Merci Dona Edda

    • Un grand merci à vous pour ces mots poétiques et gourmands, vous l’avez si bien décrite… et merci aussi de partager ces moments avec moi 😉
      Heureuse qu’elle vous ait plu !
      Belle journée


  • Bonjour Edda,
    Voici une radieuse journée qui commence grâce à toi.
    Je ne me suis pas contentée de « ça a l’air bon » en admirant tes ensaímadas!
    Confiante comme toujours avec tes recettes, je l’ai réalisée, à l’huile d’olive douce.
    Un régal délicieux, ces ensaímadas accompagnées d’une fine gelée de pommes vanillée et d’un ristretto ou d’un chocolat espagnol « à la taza »
    Quel bonheur! J’en ai même fait une photo
    Merci Edda.

Commenter

Partagez
Tweetez
Enregistrer