mardi 15 novembre 2011

Tarallucci e vino...rosso (street food italien)

Tarallucci au vin rouge

Versione italiana più giù

"Finisce tutto a tarallucci e vino" est une expression italienne rigolote pour dire que finalement tout s'est conclu en légèreté (ou n'importe comment) en mangeant des tarallucci et en buvant du vin.
Pour le 5ème épisode des street food italiens (dès le prochain post nous passons à des recettes minute pour femme pressée ;-), je vous présente les tarallini (petit taralli).
Les taralli sont des anneaux de pâte à pain croustillants très anciens. Il en existe plusieurs variétés au Sud de l'Italie, plus ou moins légers, salés ou sucrés. L'origine du nom est incertaine, il est probable qu'il vienne du grec daratos (un type de pain) ou du latin torrere (griller).
Ils sont nés parmis les classes populaires qui se contentaient donc des restes de pâte à pain que le boulanger faisait dorer et vendait moins cher. Pendant longtemps vendus dans la rue ou chez l'épicier, par la suite ils on été enrichis avec de la matière grasse. Ils ont l'avantage de se garder longtemps et de bien accompagner le vin.

Aujourd'hui ils sont devenus chics (même exportés à l'étranger) et se servent avec l'apéritif.
Cette version petit format à l'huile d'olive et au vin (rouge dans ma variante et sans les grains de fenouil) est originaire des Pouilles et particulièrement légère. Ils s'appellent tarallini vu leurs petites dimensions.
Une autre fois je vous parlerai des taralli napolitains qui ont accompagné toute l'enfance de mon père.

Pour revenir au côté pratique, il s'agit d'une pâte à pain que l'on fait lever une seule fois puis que l'on plonge dans l'eau bouillante (comme les bretzels) ce qui lui donne une belle texture friable.
Très attrayants, ils peuvent se grignoter tout au long de la journée et même faire office de cadeau gourmand salé.

N.B. Concernant mon livre, Un déjeuner de soleil en Italie, je voulais encore vous remercier de tout coeur pour tous vos retours enthousiastes ! Merci aussi au site Ô délices pour son interview, Pascale, Mamina et Carine pour leurs billets adorables.
Je vous confirme par ailleurs, qu'il sera en vente au Salon du blog de Soissons et que je ferai des dédicaces le samedi à 14h (si vous m'attrappez dans un couloir pendant le weekend ça ira aussi ;-)

Tarallini au vin rouge et poivre (pour une quarantaine)

- 260 g de farine
- 3 g de levure sèche de boulanger active (ou 9 g de levure fraîche)
- 60 g d'eau
- 50 g d'huile d'olive
- 60 g de vin rouge
- 1 càthé de poivre noir du moulin
- 1 càc de sel fin

1. Mélanger la levure avec l'eau et laisser fermenter une dizaine de minutes le temps qu'il se forme une écume à la surface. Ajouter l'huile et le vin. Mélanger la farine avec le sel et le poivre puis incorporer peu à peu le mélange liquide précédent. Travailler la pâte jusqu'à ce qu'elle devienne lisse, souple et homogène. Elle doit se détacher des parois.
2. Former une boule, la mettre dans un saladier fariné et couvrir d'un torchon humide (ou de papier film). Laisser lever dans un endroit tiède à l'abri de courants d'air pendant au moins une heure. La pâte doit doubler de volume.
3. Porter à ébullition de l'eau dans une casserole.
4. Couper un morceau de pâte, la rouler pour obtenir plusieurs mini saucissons de 1 cm de diamètre et 12 cm de longueur. Refermer en cercle en ayant soin de bien sceller les bords. Procéder de même avec le reste de pâte. Plonger les tarallucci dans l'eau (peu à la fois). Dès qu'ils remontent à la surface, les retirer à l'aide d'une écumoire et les poser sur un torcon. Laiser sécher au moins une heure.
5. Préchauffer le four à 170°C. Poser les taralli sur une plaque recouverte de papier cuisson et cuire pendant trois quarts d'heure environ. Ils doivent dorer et durcir. Laisser tiédir. Ils se gardent très bien dans une boîte pendant des jours.

Versione italiana

L'espressione tarallucci e vino mi fa sempre ridere (anche se a volte c'è poco da ridere ;-) C'è qualcosa di divertente e generoso: la voglia di stare insieme e forse anche una certa leggerezza (a volte troppa) nel prendere la vita.
Per continuare il viaggetto nei street food italiani (che poi sono anche spesso degli antipasti, degli aperitivi o delle merende) ecco i tarallini pugliesi (in versione personale vino rosso e pepe invece del bianco e del finocchio). Magari un'altra volta vi parlerò dei taralli napoletani che hanno accompagnato l'infanzia di mio padre.

Il bello dei taralli in generale è la loro origine povera (dei resti di pasta da pane, tostati e venduti meno cari) diffusa in tutto il sud Italia...che poi li ha resi chic e famosi anche a l'estero visto che sono stuzzicosissimi e trasportabili. Certo poi ci sarebbero anche i taralli dolci...
I tarallini pugliesi sono leggeri, friabili a base di vino e olio (quindi sani no? ;-). Il piccolo segreto sta nel lessarli (un po' come i bretzels) e poi cuocerli al forno. Un'idea carina anche come regalo goloso.

Promesso la prossima volta si passa a speedy ricette per donne molto di corsa :-)

Tarallini al vino rosso e pepe (per una quarantina)

- 260 g di farina
- 3 g di lievito di birra secco attivo (o 9 g di fresco)
- 60 g d'acqua
- 50 g d'olio d'oliva
- 60 g di vino rosso
- 1 cucchiaino di pepe nero macinato
- 1 cucchiaino da caffè di sale fino

1. Mescolare il lievito con l'acqua e lasciar fermentare per una decina di minuti il tempo che si formi una schiumetta in superficie. Aggiugere l'olio e il vino. Mescolare la farina con il sale e il pepe poi incorporare a poco a poco il miscuglio precedente (liquido). Lavorare l'impasto finché diventa liscio, elastico ed omogeneo. Metterlo in una ciotola infarina, coprire con un panno umido (o pellicola) e lasciar lievitare per almeno un'ora. Deve raddoppiare di volume.
2. Portare a bollore dell'acqua in una pentola.
3. Prendere l'impasto, tagliare un pezzo poi arrotolarlo per ottenere vari salsiciotti di 12 cm di lunghezza e 1 cm circa di spessore. Richiuderli ad annello avendo cura di siggillare bene i bordi. Procedere allo stesso modo con il resto di pasta.
4. Tuffare i tarallini (pochi alla volta) nell'acqua bollente e non appena vengono a galla toglierli con la schiumarola. Farli asciugare su un panno almeno un'ora.
5. Scaldare il forno a 170°C. Sistemare i tarallini su una teglia coperta da carta forno e cuocere per ¾ d'ora circa. Devono scurirsi e diventare duri. Far intiepidire. Si conservano in una scatola per diversi giorni.

26 commentaires:

  1. Tout l'art de la cuisine Italienne : un produit simple, des matières premières toujours dans la maison ou presque...et transformer en délicieuses petites choses qui s'améliorent au fil du temps et qui deviennent des produits....tels que celui-ci...un régal !
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Inutile dire che li amo ed è dall'anno scorso che voglio farli ed ho invocato, invano, l'aiuto di mia madre: mi sa che è la volta buona :D
    I tuoi sono perfetti e la foto rende benissimo l'idea :D

    P.S.: del resto ogni cosa che vedo da te, mi fa venir voglia di correre in cucina a provarla!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Che buoniii!!!! E che bellissima foto!
    Un abbraccio
    Paola

    RépondreSupprimer
  4. i tarallucci sono lo spuntino e l'appetitivo che soddisfano tutti!! comunque bisogna dirlo, la cucina italiana è ricca e buonissima!! nulla da invidiare ad altri!! ^_^

    RépondreSupprimer
  5. Oh, c'est déjà fini la Street Food? J'adore ça, ça me donne l'impression de voyager un peu (sur les bancs des amphis gelés de ma fac' c'est un vrai luxe!)

    RépondreSupprimer
  6. Mi hai fatto pensare a Luca Spaghetti, uno degli straordinari personaggi di "Mangia, Prega Ama" (il libro, non il film), che parla spesso della superficialità italiana... "si litiga, si litiga e poi finisce tutto a tarallucci e vino"... Mi prendo volentieri i tuoi tarallucci e un bicchiere (o forse due) di novello, ma spero di non perdere mai il mio piglio litigioso e il sacro fuoco che mi anima contro le ingiustizie!!!

    RépondreSupprimer
  7. i classici pugliesi sono fatti con il vino bianco ed i semi di finocchio, ma questa variante golosa la farei volentieri :)
    L'aspetto è bellissimo, ma trattandosi di te come poteva essere diverso?
    Un bacio m:)

    RépondreSupprimer
  8. Adoro i taralli, sono come le ciliegie, ne mangerei all'infinito! la versione con il finocchietto selvatico è il mio preferito... la tua versione con pepe e vino non l'ho mai provata, saranno spettacolari!

    RépondreSupprimer
  9. ahhh tarallucci e vino! un classico che piace sempre!

    RépondreSupprimer
  10. Mais ce n'est pas possible ! Tes billets devancent même mes questions maintenant : après la "Frolla" et la "schiacciata", je me demandais justement comment faire ces délicieux petits biscuits salés ! Les versions que j'ai déjà goûtées comprenaient souvent des graines d'anis, mais j'imagine que le principe de fabrication reste le même. Maintenant, y'a plus qu'à... Merci !

    RépondreSupprimer
  11. Mi devo informare: questa cosa del lessarli mi incuriosisce non poco!

    RépondreSupprimer
  12. davvero deliziosa questa ricetta, molto appetitosa! complimenti, un bacio!

    RépondreSupprimer
  13. un'ottima idea per un regalino natalizio homemade. Adoro questa serie di street food italiano!

    RépondreSupprimer
  14. Merci à tous pour votre passage !

    Grazie mille a tutti per i vostri commenti carinissimi!

    @ Cibou: sì hai ragionissima mi sono dimenticata di specificare che questa è una mia variante rispetto alla pugliese classica (ho rimediato ;-) Grasssie

    @ Kink: on est sur la même longueur d'ondes alors. Oui la version salée des Pouilles se fait généralement avec du vin blanc et des graines de fenouil (je l'ai re-précisé). La fabrication est la même et on peut la personnaliser. Bonne soirée !

    @ Pips: prova, è un gestino in più che cambia tutto ;-)

    RépondreSupprimer
  15. J'aime terriblement ces recettes anciennes, un peu rustiques...

    RépondreSupprimer
  16. edda sei meravigliosa.
    Come sai da noi ancora ci sono e ci saranno sempre.
    E continuare a farli è una magia.
    Brava.
    Anna

    RépondreSupprimer
  17. this looks like mini donuts but much healthier than donuts!

    RépondreSupprimer
  18. ciao Edda! sono bellissimi questi tarallucci! Non li ho mai provati col vino rosso, ma sono così belli un pò abbronzati ;)
    Un bacione e a presto

    RépondreSupprimer
  19. Encore une jolie découverte :) C'est parfait pour l'apéro et ça a l'air délicieux !
    Bises,
    Delphine

    RépondreSupprimer
  20. Tes petits tarallucci sont dorés et semblent croquants à souhait. J'imagine aussi que qd on commence, il est difficile de s'arrêter ;-) !! En fait tu vas être un peu la star vedette de Soissons.. : les demandes d'autographes et les paparazzi vont bien t'occuper !

    RépondreSupprimer
  21. sfornati da qualche ora! :))
    sono buonissimiiii!!!!
    mia nonna, le zie di mia mamma preparavano sempre i taralli con vino bianco e semi di finocchio...quanti ricordi e che divertimento preparare i tuoi tarallucci!
    con vino rosso e pepe, molto gustosi!
    grazieee di cuore!!!!!

    RépondreSupprimer
  22. @Laurent : moi aussi ;-)

    @ Anna : grazie per le belle parole. Sono d'accordo, è magia ;-)

    @ Jocelyn: thanks! Yes, much healthier ;-))

    @ Viola: grazie, mi piace l'idea dei taralli abbronzati ;-)

    @ Delphine: oui :-)

    @ Françoise: tu as tout compris....on allonge le bras et hop on en grignote toute la journée, au bureau, dans la cuisine, au salon... Non non je ne suis pas une star, c'est juste le plaisir de rencontrer les personnes en vrai ;-) Bises

    @ Chiara: grazie mille a te per il tuo messaggio, che bello che ti siano piaciuti!

    RépondreSupprimer
  23. Mmmhh, ils me plaisent bien! Ils doivent avoir une saveur formidable.

    Bises,

    Rosa

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Edda, j'ai confectionné hier ta recette. Un délice ! que je referai très vite. Merci beaucoup pour ce partage et bonne journée. Marion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marion, merci beaucoup le retour enthousiaste ! Bonne journée

      Supprimer