mardi 11 mars 2014

Veau Marengo

Veau Marengo
Veau Marengo
Le veau marengo est un de ces plats mijotés délicieux pratiquement en toute saison. La viande tendre qui fond dans la sauce rouge et qui rencontre la douceur des champignons, les herbes... mmm j'en salive à nouveau. Un plat qui se fait tout seul, qui peut se préparer bien à l'avance et très pratique en semaine.
Et ce qui est rigolo c'est que c'est une recette française entrée dans la tradition italienne aussi (Piémontaise), crée par le cuisinier de Napoléon 1er il y a plus de deux siècles (en 1800) en Italie. En effet son nom vient de la ville de Marengo, au Piémont, en hommage à une bataille gagnée (évidemment ;-). Un plat transversal donc.

Ce qui est encore plus amusant c'est qu'il s'agit d'une recette née sur le champs, pratiquement improvisée avec ce qu'on avait à disposition et différente de celle-ci car à base de poulet, d'oeufs et même d'écrevisses (si si, je devrais d'ailleurs essayer). Ce n'est que par la suite qu'elle a été affinée et est devenue plus noble et linéaire avec l'utilisation du veau.
Un grand classique, comme le boeuf bourguignon ou la blanquette de veau, toujours apprécié.
Veau marengo (mijoté aux champignons et tomate)
Veau Marengo
Veau Marengo (aux champignons, carottes et tomate) (pour 4 à 6 personnes)

  • 1 kg environ de morceaux de veau à blanquette (de qualité, mieux vaut aller chez le boucher) ou de jarret ou d'épaule parées et désossée
  • 300 g de champignons de Paris
  • 3 carottes
  • 3 gousses d'ail
  • 2 échalotes ou 3 petits oignons
  • 2 cs de concentré de tomates ou 300/400 g de tomates concassées en boîte (de qualité)
  • 1 cs de farine
  • 1 verre de vin blanc
  • 2 feuilles de sauge et une feuille de laurier (facultatif)
  • persil pour servir
  • huile d'olive vierge extra, sel et poivre

1. Éplucher les carottes et les couper en gros bâtonnets. Éplucher les échalotes et l'ail. Ciseler les premières et couper en deux les seconds. Couper les morceaux de viandes à 3 cm.
2. Dans une grande casserole à fond épais, verser 4 cs d'huile d'olive, faire à peine chauffer puis ajouter la viande. La faire dorer de tous les côtés puis ajouter la farine et mélanger. Retirer et garder au chaud.
Dans la même casserole, ajouter 2 cs d'huile puis les échalotes, l'ail et les carottes. Les faire suer (elles doivent dorer un peu, enrobées d'huile mais pas colorer) puis rajouter la viande, le laurier et la sauge.
3. Mélanger et faire à peine colorer. Verser le vin et faire évaporer. Ajouter la tomate, saler un peu puis couvrir d'eau ou de bouillon de viande. Laisser mijoter pendant 30 minutes environ puis ajouter les champignons lavés et coupés en grosses tranches. Cuire encore 30 minutes le temps que la viande devienne très tendre et la sauce plus épaisse (si besoin rajouter de l'eau). Retirer le laurier et la sauge. Saler, poivrer et laisser reposer 5 minutes. Servir chaud avec du persil ou bien, réchauffé le lendemain (c'est encore meilleur après le repos).

19 commentaires:

  1. Figure toi que c'est un de mes plats fetiches - transmis par ma maman d'ailleurs. Les versions sont multiples, mais chez nous on le fait au vin blanc, ca donne une sauce gouteuse, je te dis que ca!

    RépondreSupprimer
  2. les veaux napoléoniens devaient être moins nourris aux hormones que les nôtres à présent ! mais qu'à cela ne tienne, la recette est fameuse et mérite en effet une excellente viande servie par un boucher qui aime son métier ...
    Merci, Edda, ce plat est diablement revigorant et sent bon le printemps !
    Francine B

    RépondreSupprimer
  3. C'est avec un veau marengo que j'ai séduit mon mari… il y a déjà 16 ans de cela!

    RépondreSupprimer
  4. Ca a l'air délicieux... très jolie recette à garder sous le coude ;)
    Bonne journée, bises

    RépondreSupprimer
  5. J'aime énormément le veau marengo, mais n'en fait que rarement. Désormais, c'est ta recette que j'appliquerai : elle me semble parfaite !
    Et je sens d'ailleurs, que je vais faire un tour chez mon boucher ... :-)

    RépondreSupprimer
  6. C'est drôle, j'avais justement creusé l'histoire de cette recette la semaine dernière en voyant une rue s'appeler "Marengo". Je suis allée chercher alors le pourquoi de cette recette. Une improvisation qui a fait des émules ! Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  8. Recette testée hier et réussie ! Miam miam :)
    J'avais accompagné mon veau marengo de spaghetti et, en entrée, j'ai tenté la recette du livre d'Edda "salade d'artichauts menthe & pécorino" ! Pas mal du tout ! Pour le dessert, les fraises du jardin ...
    Très chouette repas !

    Il me semblait avoir lu que vous prépariez un second livre... je l'attends avec hâte !

    Kizette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Kizette,
      Ah ravie qu'il vous ait plu et quel joli repas !
      Concernant le livre oui, il sort le 13 mai. J'en reparlerai dans les détails la semaine prochaine sur le blog :-)
      Bonne journée !

      Supprimer
  9. Salve, se per caso voglio fare la ricetta senza il vino cosa mi consigli di fare ? (E per un amica musulmana) Pensi che sarebbe possibile ? Scusa del disturbo Silvana

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ciao Silvana, puoi semplicemente ometterlo :-)
      Buona cucina

      Supprimer
    2. Perfetto!!
      Visto che non cucino mai questo tipo di cose, non sapevo. Grazie mille.

      Supprimer
  10. Bonjour Edda, vaut mieux prendre du tendron de veau ou bien du jarret ? merci et merci pour toutes vos superbes recettes !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sophie,
      Merci à vous pour le message enthousiaste !
      Personnellement je prends toujours de la viande pour blanquette chez mon boucher ou bien du jarret. Je vous suggère de demander conseil à votre boucher, la viande doit devenir très tendre (sans trop de cartilages ;-)
      Bonne journée

      Supprimer
  11. je ne savais pas quoi faire pour mes invités lundi et bien ce sera veau marengo et votre recette qui me paraît excellente. En plus un peu d'histoire ne fait pas de mal !! L'entrée sera une salade de bouquet à la vinaigrette de fruits et en dessert des ile flottante. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bonne idée (c'est un plat savoureux et pratique ;-) et très bon menu !
      Bonne journée également

      Supprimer
  12. Bonjour!
    Merci pour votre recette! Que conseillez-vous comme accompagnement avec le veau marengo?
    Merci d'avance!
    Hélène.

    RépondreSupprimer
  13. Un grand merci pour cette recette que je viens de réaliser. C'était un délice : la viande, tendre à souhait, la sauce onctueuse, les carottes douces et les champignons fondants.
    Une seule question au sujet de la farine : j'ai l'habitude de fariner mes morceaux de viande avant de les rissoler ou alors d'ajouter la farine juste avant de verser le liquide. J'ai suivi votre recette à la lettre, et c'était parfait, mais je me demandais, par curiosité, les raisons de l'ordre que vous indiquez (fariner après avoir fait rissoler la viande). Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bélinda,
      Un grand grand merci pour l'enthousiasme, heureuse que ça vous ait autant plu !
      Pour la farine, oui vous pouvez aussi fariner la viande ou l'ajouter avant le liquide. Ici, c'est une façon de la torréfier un peu et d'avoir d'abord la réaction au contact avec la chaleur uniquement avec la viande (c'est meilleur). Après aux fins de densifier la sauce les résultats sont très semblables, il s'agit de subtilités ;-)
      Belle journée !

      Supprimer