Desserts Italie Pain Pizza Recettes de cuisine Toscane

Focaccia sucrée aux figues

Focaccia sucrée aux figues
Focaccia sucrée aux figues
Cette focaccia sucrée aux figues est un peu le goûter de saison, tout simple, fruité… qui disparait très très vite. Il y a quelques années, je vous ai proposé une focaccia au raisin frais (schiacciata con l’uva) typique de Toscane et de la période des vendanges. Aujourd’hui c’est le tour des figues (la schiaccia ou schiacciata con i fichi) moins connue mais qui a les mêmes anciennes origines paysannes et de campagne.
Au fond, il s’agit de pain avec des fruits et un peu de sucre. À mi chemin entre quelque chose de salé et de sucré. En effet ce n’est pas vraiment un gâteau, car peu sucré (avec en plus de l’huile), le reste étant apporté par les fruits.
J’aime cette saveur simple, presque ancestrale et idéale pour le goûter des enfants. Je m’imagine aussi dehors assisse dans l’herbe ou sur un tronc d’arbre, avec l’air plus frais de septembre, l’odeur de la terre humide, la lumière encore belle, en train de la déguster.

Pour la base, on utilise de la pâte à pain huilée ensuite (ou à focaccia), il y a beaucoup de variantes subtiles. Pour la part, j’ai pris ma recette de focaccia sans pétrissage avec un soupçon d’épeautre (céréale typique de Toscane justement). Elles est inratable et plait toujours autant à la maison.
À partir de là vous pouvez panacher avec d’autres fruits, ou même en faire une focaccia sucrée salée, sans le sucre au-dessus mais servie avec du jambon cru et un filet de miel.
On peut vraiment jouer avec, ce sera toujours bon.
Focaccia sucrée aux figues (schiaccia con i fichi)
Focaccia sucrée aux figues (schiaccia con i fichi)
Focaccia sucrée aux figues comme en Toscane (schiacciata ou schiaccia ai fichi) (pour 4 à 6 personnes)
Préparation : 10 min (+ 2h20 de repos)
Cuisson : 20 min
  • 150 g de farine à pain (riche en gluten : manitoba, gruau, bonne T45 voir ce billet sur les farines pour pain)
  • 100 g de farine d’épeautre (le grand) ou, à défaut toujours de la farine à pain
  • 18 cl d’eau
  • 40 g environ de sucre (plus si on aime)
  • 6 figues mûres mais fermes
  • 3 g de levure sèche de boulanger ou 9 g de fraîche (voir mon billet sur la levure, si bien utilisée il n’y a pas de différence entre les deux dans le résultat final)
  • quelques groseilles ou myrtilles (facultatif et pas dans la recette traditionnelle)
  • une pincée de sel
  • huile d’olive vierge extra

1. Préparer la pâte. Dans un saladier, mélanger les farines avec la levure, ajouter l’eau et le sel puis mélanger avec un cuillère (en bois ou pas) de manière à ce que la pâte s’amalgame. Elle ne doit être forcément complètement homogène mais former quand même une boule. Elle sera un peu molle du fait de l’eau c’est normal.
2. Huiler légèrement la surface, couvrir le saladier de film alimentaire et laisser lever environ 2h dans un endroit tiède, le temps que la pâte double de volume et fasse des bulles.
3. Transférer délicatement cette pâte sur une plaque recouverte de papier cuisson et légèrement huilée. En profiter pour huiler légèrement la surface. Mettre dans le four éteint et laisser lever une dizaine de minutes.
4. Pendant ce temps, laver et couper les figues en tranches (trois morceaux environ, ne pas les faire trop fines). Ils faut quelles restent épaisses pour plonger dans la pâte.
Étirer délicatement la pâte en partant du milieu de manière à garder les bulles (l’air incorporé pendant la levée). Y poser les figues et les autres fruits, saupoudrer de sucre et huile légèrement. Laisser reposer ainsi quinze à vingt minutes.
5. Pendant ce temps, préchauffer le four à 200°C (statique, traditionnel). Quand il est chaud, enfourner la focaccia plutôt dans le bas du bas du four 15 à 20 minutes, le temps que la surface dore et caramélise, plus ou moins selon les goûts.
Laisser légèrement tiédir et déguster.
Conseils :
Conservation : bien qu’elle soit vraiment meilleure tout juste préparée, cette focaccia se conserve plusieurs heures voire jusqu’au lendemain. On peut la déguster telle quelle mais aussi la réchauffer légèrement.
Sucre : elle est volontairement et traditionnellement peu sucrée. Tout d’abord u fait des figue smais surtout car il s’agit d’un entre-deux, entre le pain et le gâteau. Vous pouvez bien sûr ajouter un peu de sucre dans la pâte et puis sur le dessus. Vous pouvez aussi en finition après cuisson (mais ce n’est pas typique) ajouter un filet de miel
Base : j’ai utilisé ma base de focaccia sans pétrissage (que j’adore et très facile, pour les nuls) mais vous pouvez très bien partir d’une pâte à pain ou pizza plus classique. Vous avez une variante ici
– La farine d’épeautre est notamment utilisée en Toscane où il est produit. Généralement on utilisait de la pâte à pain (avec un mélange ou ce qu’on avait sous la main même que de la farine blanche). Aujourd’hui (oui c’est la tendance on peut partout) on tend à mélanger les farines. Personnellement je l’aime beaucoup, elle est très facile à utiliser et apporte un petit goût en plus
Variantes : la première et la plus connue est celle aux raisins frais, la schiacciata con l’uva (clic) mais vous pouvez panacher figues avec des fruits rouges ou noir, ajouter des épices comme la cannelle ou bien des herbes comme le romarin. Ou même la réaliser sans sucre et la servir avec du fromage ou du jambon par exemple.

15 Commentaires

Commenter

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer