Conserves, sauces & condiments Recettes de cuisine Régimes & occasions Sans gluten Végétarien

Pesto d’ail des ours

Recette facile de pesto d'ail des ours
Pesto d’ail des ours

Mmm un pesto sauvage, des sous-bois (ou clairières…) au nom de fable : le pesto d’ail des ours ! Il m’a conquise au plus haut point. Bon, je dois être la dernière sur la terre qui y a goûté vu qu’il est très tendance depuis une dizaine d’année (mieux vaut tard que jamais n’est-ce pas ?). En effet j’ai découvert son existence sur internet avant d’avoir le blog, une sorte de produit exotique et inaccessible. Au début cela me semblait un snobisme puis j’ai compris que ça devait être vraiment très bon vu l’enthousiasme d’amis (outre le plaisir immense de l’avoir cueilli soi-même lors d’une promenade). Mais pour moi, pas d’ail des ours snif.

C’est au détour du primeur, en cherchant une salade (et oui) que j’ai vu cette petite boîte d’ail des ours sauvage (100% naturel, cueilli dans les bois qu’il était écrit, sur le naturel cela me fait un peu sourire à chaque fois, c’est devenu presque un concept 😉 En tous cas, j’ai sauté dessus tout de suite et la chose la plus simple et la plus appréciée que je pouvais faire (vous me connaissez) était un pesto !

Apparemment pendant longtemps, cet ail sauvage était considéré comme une plante magique qui protégeait notamment les femmes enceintes (peut-être aussi les ours qui sortaient de leur hibernation ? 😉

Même si ça fait un peu l’effet « j’ai le graal » (quoique on peut peut-être en trouver dans certains marchés paysans et plusieurs lecteurs m’indiquent qu’il y en a aussi à Paris rue Daguerre et chez Grand Frais), sachez que c’est vraiment bon, herbacé, subtilement aillé (j’ai même mangé les bourgeons crus). Si vous avez l’occasion goûtez-y. Et si vous avez le chance de pouvoir en cueillir (d’avril à juin), profitez et faites plein de réserves (on peut le congeler pour les autres saisons 😉

pesto ail des ours recette
Pesto d’ail des ours
recette de pesto d'ail des ours délicieuse

Pesto d’ail des ours

Type de plat: Sauce
Cuisine: Française
Temps de préparation: 10 minutes
Portions: 4 personnes

Pesto sauvage parfumé, délicieux qui ne prend que quelques minutes

Imprimer

Ingrédients

  • 100 g ail des ours (plante sauvage, à cueillir des fois au marché ou certains primeurs)
  • 30 g pignons de pin
  • 3 cl huile d’olive vierge extra voire un peu plus
  • 30 g parmesan ou pecorino romano râpé
  • sel

Instructions

  1. Laver les feuilles d’ail des ours et retirer le bas de la tige. Les couper en lanière puis les mettre dans le bol du mixeur avec le sel, les pignons et l’huile

  2. Mixer par à coups (afin de ne pas trop chauffer) puis ajouter le fromage. Un doit obtenir un ensemble pâteux, plus ou moins homogène. Si trop sec ajouter encore un peu d’huile.

  3. Consommer de suite ou conserver au frais, dans un pot, recouvert d’huile d’olive et de film alimentaire au contact.

Notes

Conseils :

Conservation : au frais, bien recouvert d’huile comme indiqué, il se conserve bien trois jours. Vous pouvez aussi le congeler (dans des bas à glaçons par exemple).

Goût : malgré son nom romantique, la saveur est très familière… d’ail délicat, d’herbe (bon je n’ai pas pu m’empêcher d’ajouter des touches italiennes comme les pignons ou le fromage mais sachez que vous pouvez les omettre, ce sera encore plus pur).

Comment utiliser le pesto ? Avec des pâtes bien sûr, dans un risotto, sur une pizza ou focaccia, une tartine, dans une quiche, une pâte à pain, une soupe…

Et les feuilles vous pouvez les mettre dans une salade, une soupe, les sauter comme des épinards, ou en parfumer un beurre.

recette de pesto d'ail des ours délicieuse
Pesto d’ail des ours
Imprimer

26 Commentaires

  • 5 stars
    Bonjour Edda,
    Comme tu as raison d’y avoir succombé, c’est un pur délice. C’est très fin et très parfumé.
    Malheureusement, ici, à quelques kilomètres d’Aix , je n’ai jamais trouvé d’ail des ours frais. Pour remédier à mon problème, ma gentille belle soeur qui vit en Alsace, est allée m’en cueillir un beau bouquet dans les bois, elle l’a mis sous vide et me l’a envoyé par la poste! J’ai bien rigolé en ouvrant l’enveloppe et je me suis empressée de faire un bon pesto !
    Il paraîtrait qu’il y en a parfois dans les magasins « grand frais ».
    Bonne journée.

    • Merci beaucoup pour le message et quelle chance et quelle gentillesse de la part de ta belle soeur (quand les passions gourmandes se croisent).
      Oui j’ai eu des confirmations de plusieurs lecteurs, on en trouve chez Grand Frais (plus compliqué pour moi à pied mais bon à savoir)
      Belle soirée !

      • Ici au Canada la vente est interdite puisqu il y a un quita de 50 par personne par année. Donc à vos marques! prêt ? Cueillez et surtout bon appétit !

  • 5 stars
    Mmmh l’ail d’ours, j’en mange depuis que j’ai des dents et chez nous pas de Pâques sans ail d’ours (dans la salade, le gigot d’agneau et même… la fondue!)
    Pour le conserver durant des mois je le sèche bien et le met seulement dans l’huile avec du sel, sans fromage (que je rajoute sur le moment ) !
    Miam c’est le printemps!

    • Merci beaucoup pour le message et quelle jolie histoire avec l’ail des ours. Merci aussi pour les conseils.
      Bonne soirée

  • Bonjour Edda ! J’ai découvert l’ail des ours en Hte Savoie chez ma meilleure amie où cela pousse partout. Il fait trop chaud dans mon sud. Elle vient de m’ envoyer des feuilles déshydratées. Je vais essayer ton pesto en les réhydratants. À voir.
    Sinon je crois que je pourrai en trouver au marché paysan . Tu peux utiliser les feuilles fraîches dans une omelette.
    Bonne fin de journée. Bises.

  • J’adore aussi l’ail des ours et son pesto.
    Surtout depuis que j’ai découvert un coin tout près de chez moi!
    Il m’arrive de remplacer les pignons par de la poudre d’amande.
    J’en mets partout, comme toi.

  • Bonsoir,
    si vous avez l’occasion d’en ramasser, replantez les petits bulbes qui viennent parfois avec les tiges dans un endroit frais du jardin, ils se naturalisent très facilement.

    • 5 stars
      un GROS bémol sur la naturalisation de l’ail des ours….C’est une plante de sous-bois (très) humide, fréquemment même de bords de ruisseau. Il est impossible de le cultiver dans des terres qui ne soient pas ressemblantes de ses conditions naturelles. Après (excusez-moi, ce n’est pas une critique…), lors de la reécolte, il n’y a aucune raison de tirer dessus et d’extraire les bulbes car les feuilles se coupent trés facilement avec l’ongle…C’est sortir le bulbe qui transforme votre désir légitime de vous régaler avec des plantes sauvages, en dégat…tout simplement

  • En Suisse on en trouve partout dans les endroits proches d’un cours d’eau.
    Par contre la cueillette se fait plutôt en mars-avril, quand les feuilles sont toutes jeunes. Ensuite il fleurit.
    Personnellement je fais mon pesto avec des amandes que je grille car les pignons sont devenus hors de prix, et je mets presque la même quantité d’amandes et d’ail des ours. Et pour les Omega 3 je mélange huile d’olive et de colza pressée à froid.
    Il se conserve très bien dans de petits pots au congélateur.

    • Merci Denise pour le message ! Oui avec les amandes (souvent je les utilise aussi effilées) ça marche très bien. Les pignons malheureusement sont devenus très chers… car la cueillette reste manuelle, elle n’est plus rentable et plus personne ne veut le faire.
      Pour la conservation, oui je l’ai indiqué dans mes notes à l’article 😉

  • 5 stars
    C’est vrai qu’en Suisse l’ail des ours fait partie de la cuisine traditionnelle.
    Le samedi soir la télévision suisse romande a une émission culinaire animée par une journaliste Annick Jeanmairet et un cuisinier de la région (elle a fait de nombreux livres de cuisine avec souvent une source italienne). Ce samedi l’émission était consacrée à l’ail des ours et son pesto ainsi que des tagliatelles à l’ail des ours. J’ai été en cueillir et ai confectionné les 2 recettes. Un vrai régal. Le pesto est en fait une pâte faite uniquement d’huile et de sel afin de permettre une longue conservation.

    • Merci Marie-Claire pour le message et tous les détails ! Vous avez les circonstances idéales 🙂
      Comme indiqué en début d’article, j’ai réalisé un pesto à l’italienne (avec des pignons et du fromage) mais on peut aussi simplement mixer avec de l’huile et du sel bien sûr (cela dépend si on souhaite le conserver et où car au congélateur par exemple, le fromage ne pose pas de problèmes).
      Bonne journée

  • ah l’ail des ours , partout en Bretagne, sur les bords des chemins, dans les jardins, celà pousse très vite ;
    il en existe deux sortes, le sauvage(fleurs simples et feuilles étroites) et celui que l’on peut cultiver chez soi, les fleurs éclosent en bouquet d’étoiles (très joli et très bon dans une salade) quant aux feuilles elles ressemblent beaucoup aux feuilles du muguet et on en fait comme vous Edda du pesto ou simplement hachées et ajoutées dans les salades , etc.
    Quand les pignons sont très chers et qu’on n’en connaît pas la provenance, on peut les remplacer par des noix.
    Bonne journée.

    • Merci Annie pour le message ! Oui on peut remplacer par des noix (les plus fraîches possible), des noix de cajou ou des amandes.
      Belle soirée !

  • Savez-vous qu’on peut aussi en faire des « chips » ? Bien laver les feuilles et les sécher, les oindre d’huile d’olive des 2 côtés avec un pinceau, les déposer sur un papier sulfurisé au four doux (90° maxi) et surveiller ! Dès le premier signe de brunissement, les sortir du four, les saupoudrer d’un peu de fleur de sel et se régaler ! Moi je les cueille dans un petit bois aux alentours de Carcassonne dans lequel prend naissance un ruisseau nommé la Cesse qui arrose le beau village de Minerve qui a donné son nom à sa région, le Minervois. Belle journée et merci !

  • J’avais repéré votre recette (je suis une grande adepte de vos recettes), et mon fils aîné est très intéressé par les plantes comestibles que l’on trouve à l’état sauvage, alors, comme nous avions repéré de l’ail des ours au cours d’une promenade récemment, nous sommes retournés dans le sous-bois et avons cueilli de quoi réaliser le pesto et nous nous sommes régalés ce soir avec nos tagliatelles; cela change du pesto au basilic que nous fait un de mes autres fils en été (avec des feuilles de basilic énormes récoltées par ses soins chez notre productrice bio). Encore merci Edda!
    Et la bonne nouvelle, c’est que j’ai repéré 3 plants d’ail des ours dans mon parc:-)))

  • Ici au Canada la vente est interdite puisqu il y a un quota de 50 par personne par année. Donc à vos marques! prêt ? Cueillez et surtout bon appétit !

Commenter

Partagez
Tweetez
Enregistrer