Desserts Entremets Light Recettes de cuisine Régimes & occasions Sans gluten

Eton mess aux pêches

Eton mess peches recette legere facile
Eton mess (pavlova déstructurée) léger aux pêches. Recette rapide sans four

Le dessert d’été léger, frais, à préparer n’importe où et qui fait si plaisir en ces soirées joyeuses. Si vous n’avez pas de four, pas envie de passer des heures en cuisine mais présenter un dessert fruité et plein de belles sensations, le voici : un Eton mess léger aux pêches (avec ma touche des amaretti). Photo prise dans le jardin sous les oliviers en fin de journée… j’adore prendre des photos comme ça (ce qui est très rare) je me plonge totalement dedans, un moment suspendu.

Qu’est-ce qu’un Eton Mess ?

Il s’agit d’un dessert minute, gourmand et chaotique (le mess ! ;-). D’origine de Eton au Royaume-Uni, inventé dans les années 30′ par les étudiants du College de Eton. Un peu comme une pavlova déstructurée si vous voulez, mais beaucoup plus rapide et en moins sucré.

Elle est composé de trois éléments (alternés et dans le désordre) :

  • une base de meringue (vous avez la recette de meringue sur le blog et aussi de meringues sans oeufs)
  • de la chantilly (ici remplacée par du yaourt grec, sans laitages vous pouvez opter pour du yaourt au coco)
  • des fruits (entiers et en coulis) en général acidulés et juteux. À l’origine l’Eton Mess était aux fraises mais on peut varier, comme ici avec des pêches.
Aller à la recette

Les ingrédients de cet Eton mess léger aux pêches

Des ingrédients presque que du placard (à part les fruits) La recette avec tous les détails est dans l’encadré (et vous pouvez aussi l’imprimer) :

  • pêches (ou un mélange avec des abricots)
  • meringue
  • sucre
  • yaourt grec (pour l’onctuosité, la légèreté et la tenue). Si vous n’e avez pas faites égoutté un yaourt nature sur une gaze au moins 3h.
  • amaretti (pour la touche en plus, saveur d’amande clin d’oeil à cette association très italienne que l’on retrouve d’ailleurs dans les pêches farcies aux amaretti typiques du Piémont). Vous pouvez aussi réaliser des amaretti sans oeufs comme ces amaretti aux noisettes
Eton mess leger aux peches recette facile rapide
Eton mess léger aux pêches

D’autres recettes d’Eton Mess

Eton Mess aux fraises
L’Eton Mess original aux fraises. Une verrine fraîche, facile, rapide et délicieuse
Voir la recette
eton mess fraises
Eton mess aux framboises
Un dessert minute, frais et délicieux à base de framboises, chantilly et meringues
Voir la recette
Eton mess mangue fruit de la passion
Un dessert anglais (comme une pavlova déstructurée donc plus facile et moins sucrée) à base de meringue, crème et fruits. Un délice frais et très facile à réaliser
Voir la recette
Eton mess mangue passion recette rapide facile sans gluten
Eton Mess à la Rhubarbe
Eton mess facile à la rhubarbe (meringue, chantilly et rhubarbe)
Voir la recette
Eton mess rhubarbe
Eton mess peche recette rapide legere
Eton mess aux pêches une recette fraîche, légère et rapide
Eton mess leger aux peches recette facile rapide

Eton mess léger aux pêches

Type de plat: Dessert
Cuisine: anglaise
Temps de préparation: 10 minutes
Temps de cuisson: 10 minutes
Portions: 6 personnes
Auteur: Edda Onorato
Un Eton Mess (sorte de pavlova déstructurée) aux pêches. Une recette facile, rapide et légère pour l'été !
Imprimer la recette

Equipment

  • poêle

Ingrédients

  • 3 grosses pêches jaunes ou de nectarines (ou 2 pêches et un bel abricot)
  • 450 g yaourt grec (dense) à 5% de matière grasse
  • 3 càs sucre
  • 24 petites meringue
  • 12 petits amaretti secs
  • quelques feuilles menthe ou de basilic

Instructions

  • Laver et couper les trois pêches en morceaux (plutôt des dés de 1 cm).
  • Faire chauffer une poêle à feu moyen, puis ajouter le sucre et les fruits. Laisser sauter 2-3 minutes. Retirer un tiers des pêches et garder de côté.
  • Faire sauter encore 5 bonnes minutes le reste des pêches de manière à ce qu'elles deviennent fondantes (cela va également concentrer le goût). Les passer au mixeur pour obtenir un coulis. Laisser tiéidir
  • Distribuer la moitié des meringues dans six verrine sou verres moyens. Verser la moitié du coulis (une cuillère environ par verre) ajouter les pêches en morceaux puis le yaourt (en quenelles).
  • Ajouter un amaretto, encore un peu de coulis, des pêches et finir par des meringues (émiettées ou pas). Mettre au frais au moins 30 min (pas obligatoire)
  • Garnir avec une feuille de menthe et servir.

Notes

Conseils :
Conservation :  il s’agit d’un dessert minute qui ne se gardent pas lontemps (la meringue va se ramollir, les pêches s’oxyder… Vous pouvez les garder deux ou trois heures maximum au frais. Pour vous organiser, vous pouvez préparer le coulis à l’avance et le garder couvert au frais 6h.

La nostalgie d’Italie… est partie

Voilà presque 20 ans que je reviens chaque été ici, près de Rome, dans la maison de famille où rien n’a bougé. Ni le chant des grillons, les montagnes et la mer au loin, le bois tout près, le vent frais du soir, les meubles, les paniers remplis de pêches et de pastèques, la lumière éclatante, les repas délicieux, la gentillesse et la sympathie des italiens…. et les discours de famille. Ni même les milliers de kilomètres parcourus en peu de temps pour aller voir des amis à Rome en trattoria, d’autres membres de la famille jusqu’à Naples, notre plage favorite à Sperlonga ou le lac dans les Abruzzes, ou pour aller acheter la mozzarella à 100 km d’ici. Et revenir le soir sur la si ancienne via Appia toute droite aux milliers de pins sur les bords (je pense toujours aux romains qui l’ont crée), le soleil couchant en feu sur la gauche puis les étendues des oliviers…

Pendant des années, j’adorais revenir, avec enthousiasme, curiosité (redécouvrir et apprécier quelque chose qui m’était si familier avant de vivre en France, presque invisible). J’avais toujours quand même un petit pincement au coeur : d’amour pour ce pays, mon passé, un sentiment de nostalgie, joie et tristesse à la fois. Et au fond de moi une sorte de petite voix indécise : allais-je revenir ? Mais depuis un bout de temps, cette sensation s’est évanouie… la curiosité et le plaisir sont toujours présents mais beaucoup d’années ont passé, j’ai vécu des choses, j’ai eu des enfants (avec toute l’énergie que cela demande), j’ai grandi, j’ai changé et j’ai envie d’ailleurs. C’est toujours aussi beau et apaisant mais moins magique aussi, plus réaliste, plus présent… Ces lieux, ces paysages et ces sensations m’appartiendront toujours, mes racines profondes, une partie de ma jeunesse mais mon chez-moi est aussi en France où je suis si bien. J’ai désormais deux pays de coeur pour toujours. Voilà pour la minute confidence.

Et vous qui avez changé de lieux de vie, qu’est-ce que cela vous fait de revenir ?

22 Commentaires

  • J’adore la recette mais aussi la confidence. Je comprends votre sentiment. Originaire de Lorraine, j’ai été contrainte de muter pour mon travail en Picardie. 10 ans déjà…je n’arrive toujours pas à me dire que cette nouvelle région est la mienne même si j’y ai construit ma vie, mon couple, acheté une maison, nouer des relations amicales. Mais quand je reviens en Lorraine, je ne suis plus totalement chez moi non plus. Et certaines choses ont disparu, moins de nostalgie aussi…

  • Bonjour !
    Merci pour ces si nombreuses recettes qui nous régalent .
    Je vis dans le Var .depuis 4 ans, et après 45 ans vécus dans le Nord près de Valenciennes, ça fait un sacré changement.
    Ce qui me fait remonter : la famille qui y reste, avant tout.
    J’y apprécie certains paysages, les fermes en briques rouges perdues dans les prés verts, le ciel capricieux, les rangées de peupliers et leurs feuilles qui bruissent doucement sous le vent , les vaches noires et blanches qui regardent passer mon train, la tarte au maroilles (mais je sais la faire , ouf ) .
    Cependant, je me sens chez moi en Provence !
    Odeurs, lumière, tiédeur : comment vouloir autre chose ?
    Voilà pour mon partage, merci encore pour votre passion .

    Thérèse

  • 5 stars
    Quelle bonne idée cette recette d’été .., nous adorons les Eton mess succulents desserts faciles à réaliser
    Vous avez un véritable talent de romancière , j’ai pris un réel plaisir à lire vos confidences comme je me suis plongée dans des livres durant cette pause estivale
    Au plaisir de vous relire ..
    une marseillaise depuis toujours

  • Bonjour Edda,

    Merci pour le partage.

    Pour ma part, j’ai vécu la moitié de mon enfance au Brésil, l’autre moitié au Japon et l’âge adulte en Europe. Le hasard a voulu que j’accouche à Rome, d’où mon intérêt particulier pour votre blogue. 😊

    Je pense que la nostalgie est là tant que l’on n’a pas fait le deuil du pays que l’on a énormément aimé. Je n’ai eu la nostalgie ni du Brésil, ni du Japon mais de Frascati et de Besançon. Mon cœur est bien libre et bat pour certaines régions, chansons et parfums.

    Je vous souhaite des belles découvertes à l’horizon.

    Maya

    • Merci beaucoup Maya !! L’attachement au lieu dépend de ce qu’on ressend là-bas mais aussi de ce qu’on a vécu, période de vie, émotions…

  • 5 stars
    Jolis mots de confidences, un brin nostalgiques, mais définitivement ancrés dans la réalité du présent.
    La suite, ailleurs ..

  • 5 stars
    être né quelque part…. c’est le lot de chacun, mais la vie court très vite et avec les années qui passent on le pouvoir de changer les gens et les lieux. Voilà plus de trente ans que je vis à Bordeaux, j’ai passé ma jeunesse en Auvergne, puis dix ans à Paris, mais aujourd’hui je me sens bordelaise et quand je retourne là où je suis née, je ne connais plus personne et seules « mes » montagnes n’ont pas bougé. Désormais, quand je pars, je suis toujours heureuse de revenir chez moi à Bordeaux !

    • Merci beaucoup pour le message ! Je suis tout à fait d’accord, c’est très personnel et parfois on découvre un vrai chez-soi profond loin de celui de notre enfance.

  • les routes se croisent … depuis le nord d’où je viens, où je vis, où j’ai construit ma maison et une famille, après tant d’ années à parcourir le monde pour le travail, je pensais être rentrée chez moi sagement et ‘profiter d’une retraite bien méritée’ .. et pourtant, je songe à plonger dans le sud, entre toscane et sardaigne pour l amour d un homme peu commun aux yeux noisette et, je dois l avouer, pour celui de ce si beau pays ..

  • Ciao Edda
    se sei in vacanze  » Buone ferie  » … e sei ti trovi nella penisola : buon per te !!
    Seguo la tu aventura da un po’ ed ogni tanto testo le ricette. L’ultima in data la ricetta della focaccia senza lunghi intervalli di lievitazione … o se vuoi « sans pétrissage » Ma il mio risultato era poco famoso !! …
    Bref, il 6 agosto 2021 ho festeggiato, i miei 25 anni da quando vivo in maniera stabile in France … Se ti va di disquisire sul tema, fammi cenno… Son gli italiani che possono dibattere il soggetto, visti i km macinati !! Che le fronde dei salici possano inchinarsi al tuo passare e cose cosi… Cris

  • Je suis tombée amoureuse de l’Italie étant adolescente, et depuis je m’y rends aussi fréquemment que possible… pour les vacances. À chaque fois que j’en pars, mon cœur saigne, et tout le reste de l’année j’éprouve de la nostalgie pour un pays qui n’est pas le mien et où je n’ai jamais vécu… comme si c’était là-bas que se trouvait mon vrai « chez moi. »

    • Merci beaucoup Marie pour votre témoignage qui me touche… C’est nous qui décidons le vrai chez nous 😉
      Belle journée !

Commenter

Evaluation de la recette




Partagez
Tweetez
Enregistrer