Desserts Liban Recettes de cuisine Recettes du monde Sans gluten

Mouhallabieh ou mouhalabie (crème de riz à la fleur d’oranger) d’Estérelle

 

Mouhallabieh mouhalabie creme riz fleur oranger Liban
Mouhalabie
Versione italiana più giù
Soyeuse, légère et parfumée, cette petite crème (ou flan) de riz a quelques chose de magique. Elle fait rêver, voyager et apaise 🙂 Aujourd’hui nous partons donc au Moyen-Orient ou plus exactement au Liban (même si cette crème est répandue dans toute la zone géographique… fruit du passage de l’Empire Ottoman) avec le mouhallabieh ou mouhalabieh ou même mouhalabie. Il s’agit d’une petite crème à base de lait liée avec de la farine de riz et parfumée avec un sirop à la fleur d’oranger ou à la rose. Selon les recettes on peut ajouter aussi du miel et des amandes en poudre. Elle est décorée en général avec des pistaches un peu grillées et quelques fois de noix (moins chères).
Elle me rappelle comme texture un peu le biancomangiare sicilien ou le gelo di limone… l’influence arabe est la même 🙂

Il se trouve, même si j’en ai jamais parlé ici (je vous en cache des choses), que j’aime beaucoup la cuisine Libanaise et du Moyen-Orient mais aussi de la Méditerranée en général. Toutefois  je la cuisine peu… je la déguste plûtot au restaurant même si comme toujours l’idéal serait d’aller sur place.
Le mouhallabieh fait d’ailleurs partie de mes desserts préférés et j’en prépare depuis des années en changeant toujours un peu la recette car jamais satisfaite à 100%.
C’est avec le petit livre Crèmes dessert maison d’Estérelle que j’ai trouvé mon bonheur. Un livre axé sur toutes les nuances et types de crèmes dessert (classiques au chocolat et vanille mais aussi aux marrons, à la pâte d’amande, aux fruits…), ce livre est un vrai coup de coeur. Une mine d’idée, des recettes impeccables et comme toujours chez Estérelle on apprend plein de trucs même au-delà de la recette en elle-même. J’ai d’ailleurs plusieurs livres de cette auteure (que j’ai la chance de connaître aussi en vrai, c’est un personne intelligente et pleine d’humour). Ce que j’aime chez elle c’est qu’elle approfondit, fait le tour la question, du coup même un petit livre devient riche. Ce qui arrive très rare avec les livres thématiques, souvent des variations sur thème un peu ennuyeuses 🙂
Pour revenir à la crème, c’est très simple et rapide. Il suffit de chauffer et de tout mettre au frigo. Idéal si vous avez peu de temps et après un repas copieux. Légère avec la sensation douce du riz au lait sans le riz (un peu comme ces crème de riz à la rose).
J’ai suivi la recette d’Estérelle (à quelques virgules près, j’ai mis de la farine de riz à la place de la crème de riz) qui n’ajoute pas le sirop à la fin (en effet cela deviendrait trop sucré à mon goût). Quand aux pistaches traditionnelles, je n’en avais pas, c’était dimanche et il neigeait. Je les ai donc remplacée par des abricots moelleux (meilleurs que les secs) et je ne regrette pas du tout mon choix : cette touche fruitée et acidulée fait merveille.
Mouhallabieh ou mouhalabie (pour 6 personnes)
 
  • 75 cl (750 g) de lait frais entier
  • 40 g de farine de riz (ou de fécule de maïs type Maizena)
  • 120 g de sucre semoule
  • 6 abricots moelleux (ou à défaut secs, un peu réhydratés)
  • eau de fleur d’oranger ou eau de rose (j’ai utilisé une Libanaise : Cortas, excellente) 
  • 6 amandes
1. Mélanger 25 cl de lait froid avec la farine de riz. Ajouter ensuite le reste de lait froid et mélanger à nouveau. Verser dans une casserole avec le sucre et porter à petite ébullition sans cesser de remuer avec un cuillère en bois pendant 5 à 10 minutes le temps que la crème devienne plus épaisse un pue comme une crème pâtissière. Éteindre et ajouter 2 à 3 cs d’eau de fleur d’oranger (goûter dès la première cuillère, cela dépend des marques).
2. Verser dans des ramequins ou verrine laisser tiédir à température ambiante puis réserver au réfrigérateur au moins 4-5 heures (même toute une nuit). Elle se gardent bien 2 à 3 jours.
Poser des morceaux d’abricots et une amande sur les crème et servir bien frais.
Mouhallabieh mouhalabie creme riz fleur oranger Liban
Creme riz fleur d’oranger
Versione italiana
Una cremina leggera, setosa, bianca, antica e profumata. Ho un debole per il mouhallabieh o mouhalabieh, un dolce Libanese (ma diffuso in tutta la zone geografica, origine ottomana 🙂 che mi ricorda il biancomangiare siciliano. Si tratta di una cremina di latte legata con farina di riso e profumata al fior d’arancio.
La versione classica è più dolce (con un sciroppo al fior d’arancio o rosa) ed è decorata con pistacchi o noci o anche mandorle tostate. Spesso si aggiungono anche mandorle tritate nella crema. Questa qui presa da un libricino ottimo sulle creme, è per me perfetta.
Facilissima da fare (ci vogliono 10 minuti), semplice, si conserva molto bene ed è ideale dopo un pranzo un po’ abbondante o anche per merenda sognando di essere al sole.
Mouhallabieh, budini di riso all’acqua di fiori d’arancio (per 6 persone)
  • 750 ml (750 g) de latte fresco intero
  • 40 g di farina di riso (o amido di mais)
  • 120 g di zucchero sucre
  • 6 albicocche secche ma morbide
  • 6 mandorle intere, acqua di fiori d’arancio
Mescolare 250 ml di latte freddo con la farina di riso poi aggiungere il resto del latte mescolare di nuovo. Mettere in un pentolino con lo zucchero e portare appena a bollore senza smettere di mescolare. Cuocere per 5-10 minuti finché non si forma un crema densa. Spegnere aggiungere 2 o 3 cucchiai d’acqua di fiori d’arancio (assaggiare dopo il primo e regolarsi). Versare in delle ciotoline, far raffreddare poi conservare in frigo almeno 5 ore (meglio tutta la notte)
Servire freddo con un albicocca e una mandorla. Si conservano bene, coperti 2-3 giorni in frigo.
mouhallabieh mouhalabie creme riz fleur oranger rose Liban
Budini di riso all’acqua di fiori d’arancio

41 Commentaires

Commenter

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer