Brunch Irlande Pain Recettes de cuisine Recettes du monde

Pain noir pour les nuls

Pain noir pour les nuls
Pain noir pour les nuls
Si vous aimez bien le pain un peu noir, complet, rustique, dense et parfait avec du beurre et que vous n’avez jamais fait de pain de votre vie, j’ai la recette pour vous (et pour les amoureux de la boulange aussi hein 😉 : ce pain noir pour le nuls !
Pas besoin de pétrissage ni de temps de repos, il faut juste tout mélanger dans un saladier. Rapide et plein de caractère.
En fait il s’agit d’un pain irlandais, le soda bread dont je vous ai déjà parlé mais ici composé de farine complète, de lait fermenté bien sûr et de petits plus qui le rendent unique. Presque un gâteau… pour les becs salés.

J’avoue qu’il a vite disparu à la maison, tranché très fréquemment par mes soin tout le long de la journée. J’aime ce goût d’antan, rustique, profond, le côté un peu dense et rustique et le fait que l’on peut l’associer comme on veut. Parfait au petit déjeuner ou goûter avec de la marmelade d’orange (mon binôme préférée) mais aussi avec du jambon, une pâte à tartiner, une soupe…
Il ressemble à ces pains nordiques (même si chacun a son identité) niveau aspect, texture dense, un petit arrière goût à la fois doux et acidulé, mais est un peu différent du pain noir allemand ou suédois.
Bon et si facile !
Pain noir ou soda bread complet facile
Pain noir ou soda bread complet facile
Pain noir pour les nuls ou pain complet irlandais (soda bread complet) (pour un pain)
Préparation : 10 min
Cuisson : 1 h environ

  • 450 g de farine complète (T110, T150…ne pas aller trop loin)
  • 80 g de flocons d’avoine
  • 48 cl (450 ml) de lait fermenté (lait ribot, buttermilk) (en grande surface ou magasin bio)
  • 2,5 càs de mélasse claire* (ou 1 càs de mélasse et 1 càs de miel)ou à défaut de golden syrup
  • 1 bonne càc de bicarbonate alimentaire (en grande surface, magasin bio…) 4 g
  • une pincée de sel

1. Préchauffer le four à 190-200°C (statique) ou 180°C tournante. Huiler un moule à cake ou recouvrir de papier cuisson.
2. Tamiser la farine avec le bicarbonate. La mettre dans un saladier avec les flocons d’avoine et le sel. Mélanger la mélasse et le miel au lait fermenté. Former un puits au centre puis ajouter le mélange lait fermenté/mélasse. Mélanger avec une cuillère en bois ou les mains de manière à obtenir une pâte qui se tienne (ne pas trop mélanger, ni la pétrir !). Elle sera légèrement collante c’est normal.
La mettre dans le moule à cake et la lisser légèrement avec les mains pour qu’elle ait toujours la même épaisseur.
3. Enfourner pendant 45 min à 1 heure. La pain doit gonfler, colorer et en tapant dessus le son doit être vide. En enfilant la pointe d’un couteau, elle doit ressortir presque sèche (pas complètement car tous les pains sont un peu humides en sortant du four). Laisser tiédir puis démoule et laisser encore tiédir sur une grille.
Conseils :
Conservation : ce pain se conserve bien deux jours, à température ambiante, recouvert de film alimentaire. Une fois un peu séché (3 à 4 jours voire plus) on peut l’utiliser pour des croûtons ou même le griller pour des tartines.
Lait fermenté : c’est un peu le secret de ce pain , même s’il existe des versions irlandaise avec le lait classique. C’est lui qui va permettre une bonne levée grâce à son acidité qui se marie avec le bicarbonate. On en trouve désormais partout et on peut faire plein de choses avec.
Pâte et moule : la pâte est un peu souple et collante (c’est normal, il y a beaucoup d’eau). Le plus simple est d’utiliser un moule mais la cuisson est un peu plus longue. Si vous n’avez pas de moule ou souhaiter une forme de pain plus rustique, vous pouvez très bien former un boule avec les mains et le plan de travail farinés et la poser sur une plaque recouverte de papier cuisson comme pour le soda bread classique.
*Mélasse : même principe que le golden syrup, la mélasse est le résidu du travail de la canne à sucre, utilisé depuis très longtemps §on ne jète rien à notamment dans les pays ango)saxons d’ailleurs). Elle a un aspect donc qui se rapproche du miel mais plus fluide, une saveur moins sucrée que le sucre, contient des minéraux et donc aussi un goût plus complexe. Je vous suggère pour commencer la mélasse claire (mais on ne la trouve pas toujours) autrement vous avez la mélasse brune, plus complète, aux notes de réglisses. Si vous n’en avez pas, n’aimez pas et/ou souhaitez des notes plus douces, optez pour le miel.
Sucré ? Ne vous y méprenez pas, ce n’est pas un gâteau mais un pain… légèrement sucré (très léger si vous utilisez que de la mélasse et plus si vous prenez aussi du miel). Le tout va s’équilibrer avec le goût de la farine complète) et l’acidulé du lait fermenté.
Variantes : vous pouvez panacher la farine complète avec un peu de farine T65 ou d’épeautre T70 par exemple. Vous pouvez omettre la mélasse (même si c’est plus authentique avec) et ne mettre qu’une càs de miel. Vous pouvez ajouter quelques graines (là aussi moins authentique ;-), des raisins et des épices…
– La recette avec quelques modifications est un croisement entre deux recettes (pain noir pour les nuls mais sans oeufs et le pain complet tendre et sucré) tirée d’un beau livre dont je vous ai souvent parlé Mon Irlande de Trish Deseine.

30 Commentaires

Commenter

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer