Conserves, sauces & condiments Italie Recettes de cuisine Sans gluten

Confiture de pêches au romarin

Confiture de pêches au romarin
Confiture de pêches au romarin
Récemment, à propos de la confiture d’abricots à la fleur d’oranger, une chère lectrice m’a demandé si j’avais une recette de confiture de pêches. La voici donc, absolument divine (à condition d’avoir de bonnes pêches, j’ai fait un mélange de genres) avec la touche spéciale de romarin. Non obligatoire évidemment.
Comme expliqué dans mon article sur comment réussir les confitures, j’utilise toujours la même méthode et proportions, affinées avec le temps et adaptées aux fruits (plus ou moins sucrés) : temps de repos et une cuisson pas trop longue pour préserver le goût du fruit.

Cela demande un peu plus d’organisation ou plutôt de plage horaire mais je préfère. Cela étant dit, si vous êtes pressés et voulez tout faire dans la journée, vous pouvez faire reposer 1h puis cuire 5 mn puis faire reposer à nouveau 2h et enfin cuire.
Je me suis régalée tous les matins avec, dans du yaourt, sur du pain… Elle est parfaite aussi dans une tarte.

Confiture de pêches
Confiture de pêches
Confiture de pêches ou nectarines au romarin (pour deux pots de 300 g environ)
Préparation : 10 mn (+ repos d’au moins 6h voire 12h)
Cuisson : 15 à 20 min environ
  • 500 g de pêches jaunes ou de nectarines ou un mélange de blanches et jaunes
  • 250 g de sucre semoule
  • le jus d’un petit citron jaune
  • 2 branches de romarin frais

 

1. Laver les pêches, retirer le noyau et les couper en morceaux. Les mettre dans une large casserole à fond épais (ou encore mieux une bassine à confiture). Ajouter le sucre et le jus de citron.
Mélanger et laisser reposer ainsi 2 à 3 h (cette opération permet de faire ressortir en partie l’eau des fruits, voir mon article sur comment réussir les confitures).
2. Mettre sur le feu et porter à frémissement 5 minutes. Éteindre, couvrir de papier cuisson (ou de film alimentaire) et laisser reposer 3 à 4h voire toute la nuit.
3. Stériliser les pots (avec les couvercles) au four à 130°C pendant 15 minutes ou bien dans une casserole d’eau bouillante. Les garder au chaud (sans les essuyer).
4. Reprendre la casserole, porter à nouveau à frémissement à feu moyen/doux en écumant su besoin pendant une dizaine de minutes. Mettre le romarin, et laisser cuire 3 à 5 minutes puis le retirer.
La confiture doit arriver à 105°C (avec le thermomètre) autrement faire le test de grand-mère : faire couler une goutte de confiture sur une petit assiette bien froide (la mettre au congélateur au préalable). La confiture doit couler très doucement. Si liquide, laisser cuire encore 5 minutes en faisant quand même attention à ne pas trop cuire. En effet la confiture va encore épaissir en refroidissant.
5. Verser la confiture chaude dans les pots chauds. Si on la souhaite lisse, on peut passer le tout au mixeur au préalable. Fermer hermétiquement et renverser pour faire le vide. Laisser refroidir puis renverser à nouveau les pots.
Conseils :
Conservation : si le pots sont bien stérilisés, la confiture se conserve plusieurs mois (2 à 3) dans un endroit sec. Une fois ouverte, conservez-la au frais quelques jours. Si vous souhaitez conserver la confiture plus longtemps (type un an) ajoutez plus de sucre (350g en tout).
Si vous savez que vous allez la consommer rapidement (dans la semaine par exemple), vous pouvez simplement la verser dans des pots propres et la garder au frigo
Romarin : il va donner une note aromatique que j’aime beaucoup et qui se marie bien avec les pêches mais sachez que si on a un palais aiguisé il se sent (mon mari par exemple le sent et n’aime pas 😉 pour les amateurs et les téméraires. je l’ai laisser infuser très peu (il faut quand même qu’il chauffe pour des raisons d’hygiène et de goût) et retiré après mais à vous de voir. On peut le laisser dans le pot.
Méthode : c’est celle que j’ai affinée (inspirée de chefs mais avec mes nuances et moins de sucre) et que je trouve qui marche le mieux. La repos, la pré-cuisson rapide, à nouveau le repos et puis la cuisson permettent aux fruits de bien s’imprégner de sucre (et d’avoir du goût) et de ne pas trop cuire.
Sucre : en principe il faudrait mettre entre 70 et 100% de sucre par rapport aux fruits. Bien sûr cela dépend des fruits, de temps de conservations. En général si les fruits sont mûrs et sucrés j’opte pour 50% (moitié du poids) mais à vous d’adapter.

16 Commentaires

Commenter

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer