vendredi 27 janvier 2017

Curry thaï de porc aux navets boule d'or

Curry thaï de porc aux navets boule d'or
Curry thaï de porc aux navets boule d'or
Une recette de curry à la thaïe, hivernale, dorée et parfumée pour se réchauffer est ce qu'il faut en ce moment. À la maison nous adorons les curries, c'est très simple, plein de peps, variable à l'infini et on voyage dès la première bouchée. 
Aujourd'hui c'est le tour de ce curry rouge au porc et navets boule d'or, un régal ! Je vous avais déjà proposé une recette de curry à base de porc comme ce curry vert de porc aux légumes avec tous les conseils pour réussir vos curry thaï.

J'ai récidivé avec cette viande qui devient d'un moelleux incroyable et les navets apportent une texture et une note douce parfaite avec la noix de coco. Il y a juste deux trois ingrédients à avoir en plus et que l'on trouve désormais assez facilement et que je vous conseille d'avoir toujours dans le placard si vous êtes fan de ces cuisines.
Si vous aimez les plats à la fois réconfortants, un peu doux, piquants et surprenants, n'hésitez pas !
Curry thaï de porc
Curry thaï de porc
Curry thaï de porc aux navets boule d'or (pour 6 personnes)

Préparation : 10 min
Cuisson : 2h

  • 700 g de d'échine de viande de porc (sans l'os) en gros dés
  • 500 g de navets boule d'or
  • 70 cl de lait de coco (voir ce billet sur le lait de coco)
  • 20 cl de crème de coco
  • 10 feuilles de menthe
  • 10 feuilles de coriandre
  • 6 feuilles de combava (lime kaffir) ou à défaut, des feuilles de citronnier non traitées
  • 3 à 4 càs de pâte de curry rouge* (en épicerie asiatique ou grande surface rayon cuisine du monde)
  • 4 càs de sucre (dans l'idéal de palme ou de canne blond)
  • 3 càs d'huile (dans l'idéal de coco ou de palme ou à défaut d'arachide ou d'huile d'olive)
  • 3 càs de nuoc-mâm
  • 2 cm de gingembre coupé en dés
  • le jus d'un citron vert

1. Dans une casserole à fond épais, faire chauffer l'huile puis ajouter la pâte de curry, le gingembre et le sucre. Faire chauffer à feu doux jusqu'à ce qu'il se forme une pâte puis ajouter la viande et laisser colorer.
2. Ajouter 20 cl de lait de coco, laisser cuire encore quelques minutes et mélanger afin que la viande absorbe un peu la sauce. Verser le reste de lait de coco et porter à frémissement.
3. Ajouter les feuilles de kaffir et laisser cuire à feu doux pendant 1h30 en ajoutant un peu d'eau si besoin. La viande doit devenir bien tendre.
4. Pendant ce temps, éplucher les navets et les couper en gros morceaux (en 4 ou en 8). Les ajouter dans la casserole (ils doivent cuire autour de 1 h)
5. Ajouter ensuite la crème de coco et laisser cuire encore un quart d'heure environ.
4. Ajouter le nuoc-mâm et gouter (si besoin en mettre plus). Ajouter les herbes ciselées et le jus de citron. Servir chaud avec du riz thaï nature.

Conseils :
- Conservation : ce curry sans les herbes fraîches et le citron (mieux vaut toujours les ajouter au dernier moment) se conserve bien un ou deux jours au frais, recouvert de film alimentaire au contact. Le réchauffer ensuite avec un peu d'eau et ajouter les herbes
- Viande : la viande devient fondante, savoureuse au charme fou ! Une belle façon d'utiliser ce morceau moins noble du porc (en plus c'est bon marché).
- *Pâte de curry rouge : il s'agit d'une pâte à base d'épices, feuilles, piment... frais typique thaïlandais. C'est en principe la pâte de curry la plus pimentée (sachant que là-bas on l'aime pimentée ;-) mais sa force dépend vraiment des marques. Je vous suggère donc d'en mettre la moitié et puis rectifier en cours de cuisson
- Réussir le curry thaï : vous avez dans ce billet tous les conseils et réflexes à avoir (très facile !) sachant bien sûr que cela peut changer selon les habitudes, les familles... mais le procédé que je vous donne reste mon préféré
- Assaisonnement : selon les goûts, les envies, les habitudes, les curry sont plus ou moins salé (nuoc-mâm) ou sucrés, à vous d'adapter.
- Navets : ces navets oranges (appelés poéitiquement boule d'or) sont plus doux que les blancs (on les trouve au marché, margasin bio..) ici il apporte une texture un peu dense et fondante (mais plus 'léger') que des pomms de terre et en plus ils s'imprègnent bien de la sauce, miam !
- Variantes : j'ai testé aussi la même base avec le poulet et des topinambour (avec bien sûr une cuisson plus brève), ça marche très bien.

4 commentaires:

  1. Oh, oh, un plat qui deviendra ici un plat de saison !!! Soleil garanti dans la tête comme sur la table ! Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Oui je confirme pour le soleil :-)

      Supprimer
  2. Une petite erreur ? A la fin de la recette vous dites ajouter le reste de courgettes mais je n'en voie pas dans les ingrédients ?
    Bon ca ne m'empêchera pas de la tenter sans les courgettes 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bernadette,
      Oui erreur de frappe (distraction) : il n'y a pas de courgettes, vous êtes sauvée !
      Tenez-moi au courant !

      Supprimer