Plats Recettes de cuisine Viandes

Joue de boeuf braisée au vin rouge

Joue de boeuf braisée au vin rouge
Joue de boeuf braisée au vin rouge
Il ya quelques jours, nous avions envie d’un bon plat mijoté lentement et gentiment. De ces plats de bistrot et très français, plein de goût, de tradition et d’histoire. J’ai donc opté pour des joues de boeuf braisées au vin rouge qui sont juste succulentes ! Elles fondent en bouche et sont parfaites avec la douceur d’une purée. Un peu dans le même esprit que le boeuf bourguignon, le veau marengo ou la blanquette de veau.
J’aime beaucoup ce genre de plat où la viande (souvent un bas morceaux) est cuite très lentement avec des aromates et surtout du vin. Il va lui donner un goût inimitable.

En plus l’avantage, c’est qu’en gros tout se fait tout seul, la viande se conserve bien et les restes peuvent avoir une belle deuxième vie. Il faut juste rester chez soi, savourer cette lenteur comme d’antan… et ensuite profiter de ce plat convivial et chaleureux.
Et pourquoi pas, le servir en dessert les poires au vin rouge (histoire de rester dans le thème ;-).

Si vous n’avez jamais cuisiné la joue de boeuf (j’étais dans votre cas), je vous rassure : c’est facile et le résultat est extra (en plus c’est bon marché). Je sais déjà que j’utiliserai plus souvent ce morceau même pour des préparations très différentes.

Joue de boeuf braisée au vin rouge (et tous les conseils)
Joue de boeuf braisée au vin rouge (recette et conseils)
Joue de boeuf braisée au vin rouge (pour 6 personnes)
  • 3 joues de viande boeuf (1,5 kg environ, faut compter en tous cas une joue pour deux personnes)
  • une bouteille de vin rouge bon et un peu corsé (75 cl)
  • 50 cl (500 g) de bouillon de boeuf (dans l’idéal maison) ou végétal ou bien de l’eau chaude
  • 4 carottes
  • 3 oignons
  • 3 gousses d’ail
  • 2 càs de concentré de tomate
  • 2 feuilles de laurier et/ou 4 branches de thym ou un bouquet garni
  • farine
  • huile d’olive vierge extra ou beurre
  • sel et poivre
1. Couper (ou faire couper par le boucher) les joues en gros morceaux. La veille, faire mariner une nuit la viande dans un récipient plat, recouverte de vin avec les feuilles de laurier, l’ail et les carottes coupées en dés.
2. Le lendemain, préchauffer le four à 170°C. Émincer les oignons. Retirer les joues de la marinade et les fariner légèrement. Dans une grande cocotte en fonte (ou casserole à fond épais avec couvercle qui puisse passer au four), chauffer 3 càs d’huile ou bien 60 g de beurre ajouter les joues et les faire colorer de les côtés : cela prendra quelques minutes et il faut avoir soin de ne les retourner que quand elles se détachent facilement du fond. Retirer le viande et la garder de côté.
3. Dans la même cocotte, ajouter un peu de beurre et faire revenir les oignons avec l’ail puis ajouter les carottes sortis de la marinade. Laisser un peu colorer en mélangeant puis ajouter le concentré de tomates et la viande. Saler poivrer puis ajouter le vin et le bouillon. Porter à frémissement, mélanger puis enfourner la cocotte (avec son couvercle) pendant 2 à 3 heures (le jus doit avoir un peu réduit et la viande doit devenir tendre). Retirer le couvercle et laisser encore au four pendant 30 minutes environ.
Retirer la viande de la cocotte et filtrer le jus. Laisser réduire ce dernier d’au moins un tiers. Servir la viande chaude avec son jus accompagnée d’une purée maison.
Conseils :
– Ici je vous ai donné le procédé que j’aime et qui me convient le mieux avec une marinade préalable et une cuisson en cocotte au four. Cela demande peu de préparation et le résultat est extra. Cela étant dit, si vous êtes plus pressés, vous pouvez omettre la marinade et si vous n’avez pas de cocotte en fonte ou de four, vous pouvez tout cuire sur le feu (comme dans beaucoup de recettes) en ayant soin de faire mijoter lentement et de contrôler  régulièrement
– La viande cuite se conserve bien deux jours au frais, elle est d’ailleurs meilleure le lendemain. Réchauffez-la doucement avant de servir
– Avec les légumes de cuisson ensuite filtrés, vous pouvez assaisonner des pâtes et du riz (oui il a du vin mais vous verrez c’est très intéressant et même traditionnel, du moins en Italie 😉
– Pour les légumes, vous pouvez remplacer une partie des oignons par des échalotes ou même des poireaux. On peut aussi remplacer le concentré par des tomates fraîches (4 environ) ou bien des tomates en boîte concassée (300 g environ).
Avec les restes : s’il vous reste un peu de quantité, utilisez-la pour en faire une tourte à la viande sur le même principe que cette tourte à la viande mijotée à la bière ou même des lasagnes comme les lasagne à la bolognaise mais en remplaçant le ragù par la viande ou bien un hachis parmentier. Vous pouvez aussi en ajouter un peu dans des croquettes de pommes de terre, sur le même principe que ces croquettes de pommes de terre au saumon.

19 Commentaires

  • Je me demandais justement comment cuire la joue de boeuf et je pensais que c'était beaucoup plus dur. Cette recette simple est bien de saison. J'adopte de suite. Il faudra que je teste avec mes enfants 😉

  • excellent plat que celui ci ! le moelleux des joues de boeuf est un atout , par rapport aux autres bas morceaux qui souvent sont coriaces et filandreux . pour ma part, je rajouterais bien une ou deux tranches de pain d'épice dans la sauce ; l'ascendance alsacienne n'oubliant pas de se manifester, sans doute ! ;-))

  • J'ai testé la recette et c'est effectivement délicieux. Toutefois ayant acheté les joues à l'hypermarché, j'ai dû batailler pour enlever tout ce qui n'était pas viande mais cela vaut la peine..

  • Mon dieu pour ma part je fais tout en autocuiseur pot au feu comme daube et je prends chaque fois que je le peux des joues de boeuf car il n'y a rien de plus fondant et non filandreux excellent ! La seule cuisson au four c'est pour mes desserts et la fameuse cocotte à four pour les poulets et rôtis !Bon ce n'est pas très cuisine d'autrefois mais je vous assure que ma daube avec un bon vin rouge et les joues du boucher sont un délice !

  • Mon dieu pour ma part je fais tout en autocuiseur pot au feu comme daube et je prends chaque fois que je le peux des joues de boeuf car il n'y a rien de plus fondant et non filandreux excellent ! La seule cuisson au four c'est pour mes desserts et la fameuse cocotte à four pour les poulets et rôtis !Bon ce n'est pas très cuisine d'autrefois mais je vous assure que ma daube avec un bon vin rouge et les joues du boucher sont un délice !

  • Une merveille cette recette ! je ne m'en lasse pas … ni à préparer (trop facile) ni à déguster (délicieuse..) et si en plus vous avez un boucher A – D – O – R – A – B – L – E … grâce à lui et Edda : merveilleux moment garanti !! merci !!

    • Mille merci Gaëlle, je suis ravie du régal et totalement d'accord avec vous (moi aussi j'ai la chance d'avoir un boucher qui me la prépare).
      Très belle soirée !

    • J ai ajouté des écorces d orange a la marinade et on peut en effet, si la sauce est trop épaisse, faire comme dans le nord, ajouter une ou des aux tranches de pzun d épices qu on peut tartiner de moutarde

    • Bonjour Angélique,
      Merci beaucoup pour le message et la fidélité !
      C'est toujours le même vin puisqu'on utilise toute la bouteille pour faire la marinade comme indiqué au point 1
      Bonne journée et tenez-moi au courant !

  • Bonjour. Ce petit message pour vous remercier de cette très bonne recette que j'ai réaliser pour le déjeuner. Bonne journée à vous

  • Bonjour. Recette testée et approuvée !!!! La joue de boeuf cuisinée de cette façon est un vrai régal. La viande est extrêmement fondante et la sauce bien onctueuse. Nous avons beaucoup aimé. Je l'ai accompagnée d'une bonne purée maison. J'ai suivi la recette à la lettre et elle est désormais dans mes recettes favorites !!! Merci pour ce partage

  • Un délice, tout simplement!!! Le plaisir d'une daube, mais en plus simple… Une viande fondante et moëlleuse,qui plaît autant aux petits qu'aux grands, un grand "Waouh" quand on ouvre la cocotte à table… Et des restes qui attendent tranquillement au frigo pour une pasta au coin du feu le dimanche soir! Et la purée, l'accompagnement parfait…
    Seul hic de la recette : le vin! Comment est-ce possible de verser une bouteille ENTIERE de BON vin dans la marinade? J'ai donc corrigé : une bouteille… moins un verre… que j'ai siroté avec plaisir dans la cuisine, en rêvant à notre futur festin! 🙂
    Merci pour tout! Et pour poursuivre dans ce week-end aux recettes réconfortantes, je vais préparer le risotto à la butternut et aux amandes, histoire de mettre de la couleur!

    • Un grand merci Agnès pour ce retour et vos mots qui illuminent la soirée ! Si contente que vous vous soyez régalés… et d'être un peu parmi vous.
      À bientôt et bon risotto !

Commenter

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer