Brunch Cake Desserts Italie Recettes de cuisine Rome (Latium)

Ciambellone à l’orange et à l’huile d’olive (sans laitages)

Ciambellone à l'orange et à l'huile d'olive (sans laitages)
Ciambellone à l’orange et à l’huile d’olive
Aujourd’hui je vous propose un gâteau simple et incontournable italien : le ciambellone (qui signifie gros gâteau rond avec un trou au milieu, en forme de bouée…). Ici il est parfumé à l’orange et à l’huile d’olive (sans laitages). Merveilleusement léger en bouche, moelleux, gorgé de soleil, il a été dévoré à la maison.
Un gâteau gentil, tout doux, même dans sa texture très souple, opposée au fondant du quatre quarts à l’orange que j’aime énormément aussi.

Le ciambellone ou la ciambella (mais c’est moins courant comme désignation) est le cake classique, le dessert que toutes les femmes italiennes doivent savoir faire (enfin ça, c’était plutôt avant ;-). Typique notamment du centre de l’Italie (dans d’autres régions, ce type de gâteau porte d’autre noms) et des zones de campagne, c’est un gâteau très simple, humble, avec des ingrédients du placard qui était un des seul qu’on pouvait déguster pendant l’année (le gâteau est un luxe !), à l’occasion des fêtes, mariages, baptêmes… Le ciambellone est devenu une icône, le gâteau réconfortant du petit déjeuner des enfants ou des grands, celui qu’on offre aux voisins et aux amis. Et la madeleine de tous les italiens… ou presque.
Dans ma belle famille, saufs quelques exceptions (et ceci vaut aussi pour ma grand-mère napolitaine par exemple), ils sont plus doués pour la cuisine que la pâtisserie mais le ciambellone reste à la première place des gâteaux point de repère. Comme pourrait être le quatre quart en France par exemple.
Mon mari, qui a grandi avec, a été « traumatisé » par ces ciambelle trop cuites (voire à moitié brûlées sur les bords) de sa maman (qui en passant est une fine cuisinière). Du coup, pendant longtemps, il n’en a pas voulu, m’indiquant qu’après il aurait fallu un litre de lait pour pouvoir l’accompagner (lire avaler) décemment.
Mais, vous me connaissez, pour moi, si bien fait (sauf goûts personnels) rien ne peut être vraiment mauvais. Et personnellement durant mon enfance j’ai goûté à de très bons ciambelloni moelleux et parfumés préparés par des amis de mes parents. Ma maman étant plutôt du côté du quatre quart.
Du coup, j’en refais et j’ai enfin réussi à réconcilier mon mari avec ce gâteau parfait pour le petit déjeuner et le goûter.
Ciambellone cake italien à l'orange et à l'huile d'olive
Ciambellone, cake italien à l’orange et à l’huile d’olive
Ciambellone à l’orange et à l’huile d’olive (sans laitages) pour 6 personnes, un moule rond avec trou de 22 cm (ou un moule à gâteau de 20-22 cm de diamètre)
 
Préparation : 15 min
Cuisson : 40 min
  • 230 g de farine ordinaire (T55 ou, éventuellement T65)
  • 3 gros oeufs entiers (170-180 g sans la coque)
  • 120 g de sucre
  • 12 cl d’huile d’olive vierge extra délicate et parfumée (ou bien une huile plus neutre comme l’huile de pépins de raisins par exemple)
  • 3 grandes oranges non traitée et à la peau épaisse (on doit prélever le zeste et obtenir entre 13 et 15 cl de jus)
  • 8 g de levure chimique (un peu moins qu’un petit paquet de 11 g)
  • une pincée de sel 
  • le zeste d’un petit citron jaune
  • sucre glace pour la finition
1. Préchauffer le four à 170°C (chaleur tournante) ou 180°C (chaleur statique). Tamiser la farine avec la levure.
2. Laver les oranges et le citron, les essuyer et prélever le zeste à l’aide d’un zesteur fin (type microplane. Les mettre immédiatement dans un saladier (ou la cuve d’un robot) avec le sucre et mélanger. Presser les oranges afin d’obtenir 13-15 cl de jus. Mélanger ce dernier à l’huile.
3. Ajouter les oeufs, le sel et fouetter à vitesse moyenne jusqu’à ce qu’ils deviennent plus clairs et mousseux (il faudra 3 minutes environ).
4. Incorporer le mélange d’huile/jus d’oranger et fouetter encore légèrement 30 secondes (juste le temps que ça s’amalgame) puis ajouter la farine et mélanger à l’aide d’une spatule afin d’obtenir une pâte homogène et fluide. Ne pas trop travailler (s’il devait rester 2-3 mini grumeaux ce n’est pas grave).
5. Verser la pâte dans un moule rond avec trou au centre, recouvert de papier cuisson légèrement humidifié ou bien en silicone ou bien en métal bien beurré et fariné (c’est mieux mais ce n’est plus sans laitages (quelques mg) ou bien on peut remplacer le beurre par de l’huile de noix de coco).
6. Enfourner dans la partie un peu basse (2/3) du four et laisser cuire 40 à 50 minutes selon les fours et le type de moule. Le gâteau doit gonfler, dorer et en enfilant un cure-dent ou la pointe d’un couteau dans la pâte, ils doivent ressortir sec. Faire attention à ne pas trop cuire.
Laisser reposer dans le moule une dizaine de minutes puis démouler et saupoudrer de sucre glace.
Conseils :
Conservation : le gâteau se conserve bien 2 à 3 jours bien recouvert de film alimentaire. Je pense qu’on peut aussi le congeler une fois parfaitement refroidi. Dans ce cas le faire décongeler quelques heures à température ambiante.
Ciambella ou ciambellone classique italien : le ciambellone varie aussi de famille en famille. La version classique qu’on retrouve le plus souvent est composée de farine, d’oeuf, de sucre, d’un peu de liqueur pour l’arôme, de levure chimique, d’huile végétale (huile d’olive mais le plus souvent une huile de graines comme le tournesol, le maïs…), de zeste de citron et de lait. Désormais souvent l’huile est remplacée par le beurre mais c’est moins traditionnel. C’est un cake moelleux, à la texture vraiment souple.
– La recette que je vous donne ici est une variante très parfumée (grâce au jus d’orange qui remplace le lait et à l’huile d’olive qui s’utilise uniquement dans certaines régions). Le jus d’orange va donner une légère note fraîche et acidulée et permettre encore une meilleure levée. Si vous souhaitez rester plus classiques et avoir un peu plus de douceur, utilisez le lait.
Temps de cuisson : comme toujours il est indicatif, voir mon billet sur comment cuire les gâteaux. Il dépend du four (ils sont tous différents !), du moule, son matériel qui conduit plus ou moins bien la chaleur… C’est pourquoi je donne toujours d’autres éléments et dans ce type de gâteau le test du cure-dent est le plus sûr.
– Sur cette base vous pouvez bien sûr varier les plaisirs : d’autres agrumes, un yaourt à la place du lait ou du jus d’orange, des épices, une liqueur pour aromatiser…
– La recette est inspirée avec quelques modifications (dont le jus d’orange) à un livre italien charmant dont je vous ai souvent parlé Fragole a merenda de Sabrine d’Aubergine.
– Le moule (que j’adore !) est de la marque de grande qualité Nordicware (je vous mets le lien)
 

43 Commentaires

Commenter

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer