Italie Recettes de cuisine Sans gluten Végétarien

Bruschetta à la caponata siciliana, un vrai délice !

Bruschetta with Sicilian caponata

Versione italiana più giù

La bruschetta, antipasto frugal de pain typique du centre de l’Italie et l’authentique caponata sicilienne. Ce dernier est un plat magique gorgé de soleil, d’histoire et de parfums. Des saveurs profondes d’été (ou même un avant ou après-goût de cette belle saison).
La caponata est un ragoût de légumes, principalement d’aubergines, caractérisé par son côté aigre doux, très subtil et absolument séduisant, dû au vinaigre, sucre et raisins secs.
Son origine est lointaine et très probablement noble, du début du XVIIIème siècle. Il paraît que l’éthymologie du nom caponata (qui n’a rien à voir avec les aubergines, melanzane) vient du mot capone, un poisson local sicilien à la chair fine et maigre qui était mariné avec du vinaigre, des raisins… Ensuite, elle a été réinterprétée par les classes les plus pauvres qui ont remplacé le poisson par les aubergines :-). Il existe même des versions anciennes avec des aubergines, du poisson, du poulpe et…du chocolat.
Une autre théorie soutient que le mot dérive du mot caupone qui signifie taverne : la caponata était dégustée en ces lieux 😉
En tous cas, ce plat reste un grand symbole de la cuisine sicilienne, de sa finesse et son originalité. Il existe une multitude de variantes, officielles ou même de famille. Dans certaines zones de l’île on ajoute ancore aujourd’hui des poivrons ou du poisson ou même du cacao (signe, à l’époque, de richesse).
Depuis que je cuisine, j’en ai préparé beaucoup, c’est pratique et délicieux. Mais là il fallait que je partage avec vous cette version absolument sublime à mes yeux. Elle est inspirée d’une recette de la mère sicilienne d’amis bloggeurs, qui ont d’ailleurs écrit un très beau livre sur cette cuisine en italien (La cucina siciliana). J’ai juste modifié un peu les proportions et les modes de cuisson du céleri.
L’équilibre est parfait, on sent les aubergines caressées par le céleri et les tomates discrètes mais indispensables. Le tout est légèrement doux et aigre, de manière subtile. Avec les pignons, les olives et les raisins c’est vraiment un festival de parfums.
Vous trouverez une autre belle variante chez Silvia di blog Savoirs et Saveurs
Très simple à faire, il faut juste respecter les étapes pour obtenir le goût originaire. Vous pouvez l’utiliser comme entrée ou accompagnement mais aussi assaisonner les pâtes avec.
Quant à la bruschetta (qui se prononce « brousketta » 😉, rien de plus ancestral. Du pain de campagne (au levain) grillé. D’ailleurs le nom vient de mot bruscare qui signifie griller. On l’assaisonne avec de l’huile, de l’ail mais la plus connue est celle avec les tomates. Un apéritif adoré des italiens.
Voilà donc un antipasto sicilien-romain !
Bruschetta à la caponata sicilienne d’aubergines (pour 6 personnes)
– 800g-1kg d’aubergines violettes siciliennes petites et longues (sans pépins) ou des grosses aubergines rondes
– le coeur d’un céleri branche (4-5 branches avec les feuilles environ, bien tendres)
– 2 gousses d’ail
– 12 tomates cerise (ou 4-5 tomates en grappe bien mûres, sans la peau)
– 100 g d’olives vertes (siciliennes 😉
– 1 cs de câpres sous sel (déssalée dans l’eau une demi-heure)
– 80 g de pignons de pin
– 80 g de raisins secs
– 2 cs de sucre
– 1/3 de verre de vinaigre de vin rouge
– tranches de pain de campagne au levain
– huile de friture (arachide), huile d’olive, basilic, sel et poivre
1. Préparer la caponata plusieurs heures à l’avance (même la veille). Laver, essuyer puis couper les aubergines en dés (si elles sont amères, les parsemer de sel, les faire reposer une heure puis les rincer et sécher : ancienne méthode). Laver, sécher et couper le céleri en dés et ciseler les feuilles.
2. Préparer le bain de friture (l’huile doit être très chaude, 170-180°C mais pas fumante) dans une poêle profonde. Y frire, peu à la fois, les aubergines puis les poser sur du papier absorbant. Les saler. Frire aussi la moitié di céleri.
3. Dans une poêle faire revenir, 2 cs d’huile d’olive avec le reste de céleri et l’ail en morceaux. Dès qu’ils colorent, ajouter les tomates coupées en dés, les câpres, les olives, les pignons et les raisins. Ajouter 1 cs rase de sucre et laisser mijoter une dizaine de minutes (le céleri doit être cuit). Ajouter les aubergines et quelques feuilles de basilic puis cuire encore une dizaine de minutes. Mélanger 1 cs de sucre dans le vinaigre et le verser sur les légumes. Eteindre après quelques minutes. Saler, poivre et laisser reposer la préparation.
4. Peu avant de servir, griller des tranches de pain. Verser un filet d’huile d’olive et les garnir avec la caponata et quelques feuilles de basilic.

Bruschetta con caponata siciliana

Versione italiana

La bruschetta, rustica ed essenziale, e la caponata siciliana, sontuosa e magica. La bruschetta non ha bisogno di presentazioni, uno di quei antipasti dell’età della pietra (esagero 🙂 che pero’ piacciono sempre. Buonissima, semplice e amichevole.
La caponata, ragù di verdure (pare che all’origine fosse un modo di preparazione di un pesce, in agro-dolce, il capone appunto) che pero’ si veste a festa con tutti i suoi profumi speciali. Originariamente piatto nobile (dal 700′) spesso arricchito di pesce ma anche di cacao, è diventato piatto popolare pur mantenendo tutta la sua raffinatezza.
Da quando cucino, ne ho preparate tante e ne esistono in effetti centinaia di versioni, ufficiali o non.
Questa è la caponata di Anna dei cari Calycanti (che trovate anche nel loro bel libro La Cucina Siciliana, di cui ho parlato qui). Ho giusto modificato qualche virgola (tipo di melanzane e cottura del sedano). Il loro entusiasmo, oltre al legame affettivo, non poteva lasciarmi indifferente. E anche per me è diventata la migliore caponata mai mangiata. Un equilibro sottile dove la melanzana è protagonista, accarezzata dal pomodoro e il sedano, discreti. L’aceto, lo zucchero, le olive, l’uvetta e i pinoli creano un sapore unico.
Da provare assolutamente da sola o con il tocco romano della bruschetta 🙂
Bruschetta alla caponata siciliana di melanzane (per 6 persone)
– 800g-1kg de melanzane siciliane viola lunghe e piccole (senza semi) oppure grosse melanzane viola tonde
– il cuore di un sedano (4-5 rami con le foglie)
– 2 spicchi d’aglio
– 12 pomodorini pachino (o 4-5 pomodori freschi, bene maturi e pelati)
– 100 g d’olive verdi (siciliane 😉
– 1 cuchiaio di capperi sotto sale e dissalati (mezz’ora nell’acqua)
– 80 g di pinoli
– 80 g d’uvetta
– 2 cucchiai di zucchero
– 1/3 di bicchiere d’aceo di vino rosso
– fette di pane rustico a lievitazione naturale
– olio di frittura (arachidi), olio dol’iva, basilico, sale e pepe
1. Preparare la caponata diverse ore prima (anche la vigilia). Lavare, asciugare poi tagliare le melanzane a dadini (se sono amare, metterle sotto sale 1 ora, poi sciaquarle e asciugarle). Lavare, asciugare e tagliare a dadini il sedano e le foglie a strscioline.
2. Friggere le melanzane nell’olio d’arachidi molto caldo (170-180°C ma non fumante) poche alla volte. Sistemarle su carta assorbente e salarle. Friggere anche la metà del sedano.
3. In una padella, versare 2 cucchiai d’olio e far soffriggere leggermente il resto del sedano e l’aglio a pezzetti. Aggiungere i pomodori, le olive, i pinoli, l’uvetta e 1 cucchiaio raso di zucchero. Cuocere una decina di minuti (il sedano deve essere cotto) poi aggiungere le melanzane, qualche foglia di basilico e cuocere ancora una decina di minuti. Mescolare 1 cucchiaio raso di zucchero con l’aceto e versarlo sulle melanzane. Spegnere dopo qualche minuto e lasciar riposare qualche ora.
4. Poco prima di servire, grigliare delle fettine di pane. Versare un po’ d’olio e sistemarci la caponata.

Caponata di melanzane siciliana

40 Commentaires

Commenter

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer